Inventaire général du patrimoine culturel de Normandie

L'Inventaire a pour mission de recenser, étudier et faire connaître le patrimoine urbain et rural, architectural et mobilier de la France. Cette mission est portée depuis 2007 par les Régions.
Découvrez les missions de l'Inventaire du Patrimoine et ses acteurs en Normandie

 

En Normandie, la documentation scientifique rassemblée depuis 50 ans par les chercheurs, sous forme de dossiers normalisés est progressivement mis en ligne sur ce site. 

Laissez-vous entraîner en quelques clics vers la richesse du patrimoine normand au travers de 4 000 dossiers illustrés par 24 700 photographies.

 

 

Voir nos études
Image du jour
Le moulin et sa roue hydraulique verticale, vue du nord-est.
Lumière sur

Les amours d’Omphale et d’Héraclès constituent un thème populaire qui appartient au genre du « monde à l’envers ». Chez Diodore de Sicile, Omphale, reine de Lydie, achète comme esclave Héraclès qui doit expier le meurtre d’Iphitos. Elle lui confie la tâche de débarrasser son royaume de divers monstres et brigands. Séduite par ses exploits, Omphale découvre les origines du héros et lui rend sa liberté ; elle l’épouse et lui donne même un fils, Lamos. Le motif de l’effémination d’Héraclès se développe à l’époque romaine. Les auteurs se plaisent à décrire comment, sous l’emprise de sa maîtresse, l’identité masculine du héros vacille. Les amants échangent leurs vêtements, leurs attributs et leurs rôles : amolli, parfumé et revêtu d’atours féminins, Héraclès « de sa robuste main file la douce laine », tandis qu’Omphale adopte sa massue et sa peau de lion. Dès la Renaissance, ce couple insolite a inspiré les artistes qui ont traité sur le mode burlesque l’épisode piquant des rôles inversés, dépeignant le héros soumis et féminisé, occupé à des travaux d’aiguille ou apprenant à manier la quenouille et le fuseau aux pieds d’Omphale. Cet engouement contraste avec le désintérêt relatif des imagiers de l’Antiquité, en dépit de l’importance du thème dans la tradition littéraire. L’image de ce couple non conventionnel n’apparaît qu’à l’époque hellénistique. Dans l’art romain, peu de documents font allusion à la dimension négative de la servitude d’Héraclès, à la perte de son identité héroïque et sexuelle, hormis quelques représentations, peut-être influencées par la propagande d’Octave qui vise à dénoncer la corruption d’Antoine, dominé par une reine orientale. Le décor de demeures campaniennes met l’accent sur l’ivresse du héros dans un cadre bachique propice au franchissement des limites (...)

Vue d'ensemble.