Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à farine dit moulin de Flavigny

Dossier IA14000965 réalisé en 1999

Fiche

Appellationsmoulin de Flavigny
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, bassin de retenue, atelier de fabrication, logement, étable à chevaux, étable à vaches, poulailler, toit à porcs, grange, charretterie
Dénominationsmoulin à farine
Aire d'étude et cantonCalvados - Evrecy
Hydrographiesla Guigne
AdresseCommune : Evrecy
Lieu-dit : Flavigny
Cadastre : 1827 A3 de l'Eglise 590, 591, 592, 593 ; 2013 B 46

Objet d'un bail en 1586 entre Jacques Leboucher, sieur de Flavigny, et Gilles Guesdon, le moulin de Flavigny comprend alors un moulin à blé et un moulin à orge. Passé par alliances matrimoniales et héritages aux Macé, puis aux de la Ferrière, il est exploité au 18e siècle par la famille Hallot, dont Pierre, qui réunit vraisemblablement le moulin à orge au moulin à blé entre 1760 et 1770, dotant celui-ci de deux roues hydrauliques, puis par les Mouget. Ces derniers en deviennent propriétaires sous la Révolution, suite à la confiscation des biens de Siresmes de la Ferrière. Acquéreur du moulin en 1880, Magloire Leroyer réalise deux ans plus tard d'importants travaux de modernisation, convertissant l'établissement à une mouture à l'économique avec l'installation d'une bluterie. A la fin du 19e siècle, le moulin de Flavigny occupe quatre à cinq personnes suivant les saisons. Exploité par Louis Leroyer, il produit quotidiennement cinq quintaux de farine en 1918. Il faut attendre les travaux entrepris en 1935 par Eugène Bouchard, son gendre, et la mise en place de nouveaux équipements de broyage, convertissage et tamisage livrés par les établissements Ph. Lafon de Tours, pour qu'il soit adapté entièrement à la méthode dite de mouture à l'anglaise. Il développe alors une capacité d'écrasement de trente quintaux de blé par jour, une seule roue assurant désormais l'entraînement des machines. Cependant, son contingent est fixé à 6 570 quintaux de blé par an, bien en deçà de sa capacité effective. Les dommages de guerre sont employés à l'édification "d'un moulin neuf" sur les bases de la charreterie. Mais faute de financements suffisants, celui-ci ne sera jamais achevé. André Bouchard continue à moudre une farine de bonne réputation pour les boulangers des villages voisins et quelques Caennais, puis "à façon", avant de cesser son activité en 1983.

Période(s)Principale : 16e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques

Les bâtiments du moulin de Flavigny, en moellons de calcaire, s'organisent autour d'une cour ouverte. Le moulin, dit à éclusées, en rez-de-chaussée sur étage de soubassement surmonté d'un étage de comble, est couvert en ardoise. Sa roue hydraulique verticale par en-dessus, en métal, est alimentée par un bassin de retenue, extrémité d'un canal d'amenée de 700 mètres de long. L'équipement de mouture et de bluterie est en place. La partie minoterie, jamais mise en service, est couverte en tôle ondulée. Le logement, à un étage carré surmonté d'un étage de comble couvert en ardoise, a été repris dans les années 1960.

Murscalcaire moellon
béton parpaing de béton
Toitardoise, tôle ondulée
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble, 1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
appentis
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit
Énergiesénergie hydraulique produite sur place roue hydraulique verticale
énergie électrique achetée
État de conservationétablissement industriel désaffecté, bon état
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesmachine de production (étudiée dans la base Palissy)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. M 7933. Subsistances. Contingentement des moulins, 1936-1937.

  • AD Calvados. M 8605. Statistique agricole, réponse à l’enquête préfectorale du 10 décembre arrondissement de Caen. 1806.

  • AD Calvados. 1Q 594. Biens séquestrés de 2e origine. Cyresme de Banville et de Martragny.

  • AD Calvados. 1Q 974. Biens nationaux.

    Rapport sur les moulins et usines appartenant à la République dans le district de Caen, 2e année républicaine et 3e année, signé Meurdrac et Queudeville.
Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1943_081_082. Plan cadastral napoléonien. Evrecy. Section A3 de l’Eglise. 1827.

Bibliographie
  • BOUCHARD, Annie. Il était une fois sur la Guigne. Caen : Editions-Diffusion du Lys, 1997. 191 p.

  • COLLEGE PAUL-VERLAINE D’EVRECY. Evrecy, mutations d’un bourg rural, des origines à nos jours. Cabourg : Cahiers du Temps, 2004. 152 p.

  • MINISTERE DE LA GUERRE, COMITE CONSULTATIF D'ACTION ECONOMIQUE DE LA 3e REGION, SOUS-COMITE DU CALVADOS ; SCHEIKEVITCH, Antoine. Enquête sur la situation des industries dans le département du Calvados. Premier volume. Caen : Henri Delesques, Imprimeur-Editeur, 1918. XXI-370 p.

    p. 132.
Périodiques
  • MESPLEDE, Jean. Une activité artisanale, les moulins de la Guigne. Art de Basse-Normandie, n°87, Vieux, 1983, p. 52-55.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.