Logo ={0} - Retour à l'accueil

jardin botanique privé d'Emmanuel Liais, actuellement parc public Emmanuel Liais

Dossier IA50001345 réalisé en 2006

Fiche

Appellationsparc Emmanuel Liais
Destinationsparc
Parties constituantes non étudiéesserre, pièce d'eau, monument, tour
Dénominationsjardin botanique
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : 1 rue de l'
Abbaye
Cadastre : 2008 BE 391

Emmanuel Liais (Cherbourg, 15 février 1826 – Cherbourg, 5 mars 1900), maire de la ville de 1884 à 1886 puis de 1892 à 1900, est à l'origine de la création du parc public qui porte son nom. Héritier d'une famille d'armateurs, scientifique de formation, il débute sa carrière comme directeur-adjoint de l'Observatoire de Paris en 1854, avant d'entreprendre, à partir de 1858, de nombreux séjours au Brésil où il effectue des observations météorologiques ainsi que plusieurs études spécialisées sur les plantes des régions reculées du pays. Directeur de l'Observatoire impérial de Rio de Janeiro de janvier à juillet 1871, puis de 1874 à 1881, c'est à partir de 1878 qu'il décide d'aménager dans sa propriété familiale de Cherbourg un jardin botanique agrémenté d'une tour d'observation. Composé de plantes rares qu'il expédie du Brésil vers la France et dont il confie l'acclimatation au célèbre horticulteur cherbourgeois César Cavron, le jardin, étendu sur un hectare, est alors doté de plusieurs serres destinées à abriter une collection de spécimens, introduits, pour certains, pour la première fois en Europe. A la mort du savant, le 5 mars 1900, le jardin et la propriété familiale deviennent, selon les voeux du testateur, la propriété de la ville de Cherbourg. En 1903, une statue en pied représentant le célèbre astronome, réalisée par le sculpteur Alphonse Marcel Jacques, dit Marcel-Jacques, est érigée dans le parc ouvert au public. L'année suivante, la maison d'habitation accueille les collections du musée d'ethnographie et d'histoire naturelle, installées autrefois à l'hôtel de ville. Après la Seconde Guerre mondiale, la statue, enlevée pendant l'Occupation par les Allemands, est remplacée le 11 décembre 1955 par un buste en pierre calcaire réalisé par Mlle Sloïmovici. Une grande partie des serres, où le savant expérimenta l'emploi d'un triple vitrage particulièrement efficace pour la conservation de certaines plantes exotiques, sont remplacées par un nouveau bâtiment en béton édifié en 1965.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates1878, daté par source
1965, daté par source
Auteur(s)Auteur : Liais Emmanuel
Liais Emmanuel (1826 - 1900)

Source :

Site internet de la Société des sciences de Cherboug, URL : http://www.societesciencescherbourg.org/22500098ac0db1b13/22500098ab142bf01/0000009cfc0096b03.html, consulté le 08/03/2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire attribution par source
Auteur : Cavron César horticulteur attribution par source
Auteur : Jacques Alphonse Marcel , dit(e)
Jacques Alphonse Marcel , dit(e) (1864 - 1952)

Emmanuel Luis, De places en jardins. La statuaire dans l'espace public de la Manche, 1800-1945.Conseil général de la Manche, collection Patrimoine, juin 2007 (p. 166-173).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source
Auteur : Sloïmovici Antoinette sculpteur attribution par source

Le parc Emmanuel Liais, d'une contenance d'environ un hectare, occupe une parcelle de forme irrégulière, délimitée au nord par la rue de l'Abbaye, à l'est par la rue Emmanuel Liais et la rue de la Comédie, au sud par la rue de la Bucaille, à l'ouest par le rue Bonhomme. Influencé dans sa conception par les jardins à l'anglaise dont la mode se répand en France à la fin du 18e siècle, celui-ci est organisé selon un plan totalement irrégulier. Le couvert y occupe la majeure partie de l'espace et c'est au milieu des arbres que serpentent les chemins d'agrément. Malgré les importantes pertes entraînées par un relatif abandon au début du 20e siècle et par les ravages de la Seconde Guerre mondiale, le parc renferme toujours une importante collection d'essences intéressantes. On peut citer un Jubaea Spectabilis, deux Encephalartos, un Tulipier de Virginie (Liriodendron Tulipifera), un Théier (Camellia Thea Sinensis), un Févier d'Amérique (Gleditschia Triacanthos).

Plansjardin irrégulier
Élévations extérieuresjardin accidenté

Le parc Emmanuel Liais est un des plus beaux jardins de la ville. Sa création est contemporaine à Cherbourg de plusieurs autres jardins, dont le jardin d'acclimatation et d'expérimentation de la Société d'Horticulture de Cherbourg, futur jardin Montebello (IA50001344) ainsi que celui de la propriété de l'avocat Alfred Favier, sur la butte Fauconnière, inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1978 (IA50001558).

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreintérêt botanique
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Faisant Etienne - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.