Logo ={0} - Retour à l'accueil

cité ouvrière de la mine de fer de la Société des mines de Soumont (SMS)

Dossier IA00001086 réalisé en 1986

Fiche

Appellationscité ouvrière de la mine de fer de la Société des mines de Soumont (SMS)
Parties constituantes non étudiéeslogement d'ouvriers, logement de contremaître, château d'eau, lavoir, chapelle
Dénominationscité ouvrière
Aire d'étude et cantonFalaise périphérie - Falaise-Nord
AdresseCommune : Potigny
Adresse : rue, de la Libération, sente, aux Mineurs, rue, du Clos Michel, rue, de Suvez, le Suvez, sente, du Nord, rue, de Varsovie, rue, de Prague, rue, Louis-Bouillard, rue, des Bleuets, rue, des Marguerites, rue, des Jardins, rue, de la Coopérative, rue, des Jonquilles, rue, des Tulipes, rue, des Oeillets, rue, des Lys, rue, des Capucines, rue, des Paquerettes, rue, Circulaire, rue, Louis-Lefevre, rue, des Pervenches, rue, des Balcons, rue, du Rond-Point, rue, du Centre, rue, des Pinsons, rue, de Normandie, rue, du Marché, rue, des Hirondelles, rue, de la République, rue, de Paris, rue, des Chardonnerets, rue, des Colombes, rue, des Fauvettes, rue, de la Paix, rue
du Tais
Cadastre : 2015 B 145, 156, 216, 221, 224, 355 à 416, 524, 525, 528 à 599, 603, 649 à 652, 655, 657 à 681, 683 à 686, 689 à 693, 696 à 699, 701 à 704, 707 à 715, 717 à 721, 723, 724 à 809, 812 à 815, 820 à 831, 834 à 837, 1025 à 1181, 1183 à 1212, 1222 à 1266, 1271, 1293, 1294 Potigny ; 2015 C 74, 163 à 182, 184 à 187, 189 à 303, 308 à 321, 323 à 330, 332 à 345, 347 à 350, 362 à 365, 378, 379 Potigny  ; 2014 D 376, 377 Potigny ; 2013 AB 44, 45, 54, 55, 56, 68, 79, 86, 88, 90, 105, 124, 220, 221 Soumont-Saint-Quentin (Rue des Grands-Bureaux, rue du Plateau, rue de la Mine)
Précisionsoeuvre située en partie sur la commune Soumont-Saint-Quentin

La municipalité de Soumont se montrant réticente à accueillir une nouvelle population sur son territoire, c'est principalement sur la commune voisine de Potigny que la Société des mines de Soumont (SMS) développe sa cité ouvrière. Dès 1908, Julien Pabois, entrepreneur cherbourgeois officiant également aux mines de Dielette (50), reçoit commande d'une cantine-dortoir, de deux maisons d'employés sur Soumont et de deux groupes de six logements d'ouvriers sur Potigny. Suite à sa faillite, le chantier est terminé par l'entreprise caennaise Marie Frères, qui ajoute deux unités aux bâtiments de Potigny en 1910. Cet ensemble de type coron prendra le nom de "Vieilles Cités". Devant le nombre grandissant des recrutements, la SMS lance de nouvelles constructions. Le 6 mai 1911, elle signe avec le Dunkerquois Edouard Lecomte la réalisation de "150 logements", qui constitueront les cités de la rue de la Gare et de la Sente aux Anes. Ce programme, supervisé par l'architecte parisien Albert Hébrard, est édifié en briques, fournies par la maison Dudemaine d'Ussy. Par souci esthétique, trois modèles architecturaux sont proposés, désignés sous les noms de type D (pour le groupe Denain), type H (pour Hébrard) et type P (pour Pirel, administrateur de la société). Trois autres contrats suivent le 12 mars 1913 pour la construction d'un hôtel pour célibataires et de maisons d'employés (cité du Tais), le 4 avril 1913 pour celle de deux bâtiments - l'un de 24 chambres (les Balcons), l'autre de 8 logements - et enfin le 20 juin 1913 pour celle de "100 logements" (dont les cités d'Ussy et du Suvez). Pour ce dernier programme, qui comptera au final 104 logements, les modèles types sont déclinés et portent les appellations Dm, Dn, Hn, Pm et Pn. Les cités sont dotées d'équipements collectifs, tels qu'un château d'eau pourvu d'une éolienne (date portée 1912) et de lavoirs. Une division hiérarchique est opérée au sein des cités, les logements, plus spacieux, des employés et des ingénieurs sont établis sur la cité du Plateau, à proximité des Grands Bureaux à Soumont. Cette première phase s'achève en 1916. Durant la Première Guerre mondiale, les logements servent de cantonnement à l'Armée française, qui installe sur place un centre d'instruction militaire. Avec la reprise des activités minières, Potigny connaît au cours des années 1920 une forte immigration polonaise, qui lui vaut le surnom de "Petite Varsovie". Une deuxième vague de constructions est engagée à la fin de cette décennie. Les "Nouvelles cités" sortent de terre entre 1927 et 1930, bâties notamment par l'entreprise Buron pour les six blocs des rues des Bleuets et des Marguerites. Elles sont complétées par des logements financés par la société Habitations économiques de Basse-Normandie (HEBN), dépendant elle aussi de la Société métallurgique de Normandie. Parallèlement, des cantonnements comprenant chacun une cantine et trois bâtiments de logements pour célibataires sont aménagés au Suvez et sur Soumont, ainsi qu'une coopérative. Après la Deuxième Guerre mondiale, les cités sont remises en état ; l'Hôtel des célibataires, détruit, ne sera pas reconstruit. La SMS entreprend sa dernière campagne de travaux entre 1952 et 1954 avec la réalisation de 62 logements mitoyens au Clos Saint-Michel, confiée à l'architecte parisien Jacques Duvaux. Deux lieux de culte ont également été édifiés par les mineurs, à savoir la chapelle polonaise Notre-Dame de Czestochowa (1948) et la chapelle Sainte-Barbe par l'architecte Serge Soupizet (1956). Après la fermeture de la mine en 1989, la gestion du parc immobilier est opérée par la Société Bail Industrie, qui assure la vente des logements à leurs locataires ou à des tiers. Certains sont rachetés par la commune, notamment le cantonnement du Suvez, converti en 1996 en salle des fêtes, gîte de groupe et maison des associations.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1912, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Société des mines de Soumont propriétaire attribution par source
Auteur : Hébrard Albert architecte attribution par source
Auteur : Pabois Julien entrepreneur attribution par source
Auteur : Lecomte Edouard entrepreneur attribution par source
Auteur : Buron entrepreneur attribution par source
Auteur : Duvaux Jacques architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Soupizet Serge architecte attribution par travaux historiques

La cité ouvrière édifiée pour la Société des mines de Soumont s'étend sur la partie ouest de Potigny et compte quelques éléments sur le Plateau de Soumont, à proximité de l'ancien carreau.

Les "Vieilles Cités", implantées rue de la Libération et perpendiculaires à la route départementale 658, sont les plus proches du bourg ancien. Elles sont constituées par l'alignement de quatre blocs de six logements, à un étage carré en moellons de calcaire couverts de toits à longs pans en tuiles mécaniques.

En retrait du bourg, les programmes construits par Edouard Lecomte forment les cités de la Gare, de la Sente aux Anes, d'Ussy et du Suvez. Les maisons en brique y sont déclinées en huit modèles différents présentant des variations de façades, d'ouvertures, de formes de toits, couverts en tuiles mécaniques ou en ardoises. Des frises de calcaire se font éléments de décor en façade. Les 164 logements des "Nouvelles cités" et des logements HEBN sont en rez-de-chaussée ou à un étage carré, en moellons de calcaire et couverts de toits à longs pans. La cantine du Suvez et ses deux bâtiments de logements sont aussi en moellons de calcaire.

Sur le Plateau à Soumont-Saint-Quentin, ont été conservés les logements d'employés - comprenant un modèle à un étage carré en moellons de calcaire couvert d'un toit à longs pans à demi-croupe en tuiles mécaniques et un second en rez-de-chaussée en brique, sur sous-sol, surmonté d'un étage carré enduit couvert de toits à longs pans à croupe en ardoises - et ceux d'ingénieurs, dont un modèle à un étage carré surmonté d'un étage de comble en moellons de calcaire couvert de toits à longs pans à demi-croupe en tuiles plates. Un seul bâtiment de cantine sur quatre est en place.

Les 31 maisons mitoyennes du Clos Saint-Michel, à un étage carré en briques creuses et parpaings de béton enduits sur sous-sol, sont couvertes de toits à longs pans asymétriques en tuiles mécaniques.

Murscalcaire moellon
brique
brique enduit partiel
brique creuse enduit
béton parpaing de béton enduit
Toittuile mécanique, ardoise, tôle ondulée, tuile plate
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
croupe
demi-croupe
Statut de la propriétépropriété d'une personne morale
propriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 651 EDT 16/1. Potigny. Déclarations de constructions nouvelles. 1913-1948.

  • AD Calvados. 651 EDT 45/7. Potigny. Société des mines de fer de Soumont : plan de concession, syndicat de mineurs, société amicale du personnel, redevance des mines et répartition auprès des communes, plan de construction de la cité de la Gare, plan de la salle des fêtes. 1910-1936.

  • AD Calvados. 651 EDT 46/1. Potigny. Reconstruction. Plan d'aménagement, permis de construire... 1948-1960

  • AD Calvados. 42J. Fonds de la Société des mines de Soumont (dépôt).

Documents figurés
  • Les Vieilles Cités.- Carte postale, s.d., début 20e siècle. (AD Calvados. 18Fi 509/13).

  • 63. Potigny Le Château d'eau et son éolienne.- Carte postale, s.d., photogr-éd. C. Jeanne, Falaise. (AD Calvados. 18Fi 509/14).

  • 184 - Potigny - L'une des Cuisines du camp.- Carte postale, s.d., vers 1914. (AD Calvados. 18Fi 509/15).

Bibliographie
  • BARGE, Jean, BILLAUX, André, COFTIER, Pierre, et al. Les mondes souterrains : histoire de l'exploitation du sous-sol du Calvados. Caen : Conseil général du Calvados : Archives départementales du Calvados, 2003. 246 p.

    pp. 206-213 : FOURNIER, Gérard. Les cités minières de Potigny, Soumont-Saint-Quentin, Urville et Saint-Germain-le-Vasson.
  • COLLEGE PIERRE-ET-MARIE-CURIE, POTIGNY, LYCEE LOUIS-LIARD, FALAISE ; FOURNIER, Gérard, GAYOT, Fabienne, MIOSSEC, Véronique, et al. Potigny, terre d'immigration. Catalogue, témoignages et réflexions. Boulogne-Billancourt : Le Livre de l'Année, 1999. 112 p.

  • FOURNIER, Gérard. Les Mineurs de Soumont-Potigny, 1907-1989. Cully : Orep Editions, 2009. 216 p. ISBN 2-8151-0013-7.

  • HUMBERT, Anne. L’espace vécu des ouvriers de la Mine de Soumont, essai d’après une enquête sur un échantillon de 100 ménages. Mém. maîtrise : UER des Sciences de la terre et de l’aménagement régional, département de géographie : Caen : 1973. 88 p.

  • LEMENOREL, Alain. Les conditions de l'industrialisation en Basse-Normandie : mines et mineurs de 1800 à 1914. Caen : Université de Caen, 1983. 4 vol. Th. univ. : Institut d'Histoire, 1983.

  • LEMENOREL, Alain, PIEL, Jean-Marc (photogr.). Vie de Cités : cités ouvrières du Calvados du XIXe au XXe siècle. Cabourg : Cahiers du Temps, 2002. 30 p. ISBN 2-911855-45-0.

  • PEREZ, Benjamin. Potigny au siècle des mineurs. Cabourg : Cahiers du temps, 2010. 216 p. ISBN 2-35507-031-0.

  • PEREZ, Benjamin. Potigny, mine d'histoires, parcours découverte du patrimoine. Cabourg : Cahiers du Temps, 2006. 31 p. ISBN 2-911855-93-0.

Périodiques
  • LEMENOREL, Alain. L'impossible révolution industrielle ? Economie et sociologie minières en Basse-Normandie, 1800-1914. Cahiers des Annales de Normandie, n°21, 1988. 488 p.

  • Potigny, la petite "Varsovie". Journal du Calvados, n°111, printemps 2013.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.