Logo ={0} - Retour à l'accueil

atelier de fabrication dit les Nefs

Dossier IA14005745 réalisé en 2012
Appellationsles Nefs
Dénominationsatelier de fabrication
Aire d'étude et cantonCalvados - Ouistreham
Hydrographiesl' Orne
AdresseCommune : Blainville-sur-Orne
Lieu-dit : Usine Paul Durlach
Adresse : rue du Canal
AdresseCommune : Colombelles
Cadastre : 2015 BA 15
Précisionsoeuvre située en partie sur la commune Colombelles
oeuvre située en partie sur la commune Hérouville-Saint-Clair

L'atelier des coques des Chantiers navals français est construit sur les plans de l'ingénieur Albert Caquot en 1920. Il est alors divisé en trois nefs, appelées "nef des cisailles", "nef des forges" et "nef des presses". Suite à la reprise du site par la SAVIEM en 1956, l'atelier est affecté à la fabrication des cadres de camion et à celle des cabines. Le bâtiment est fermé sur ses parties extérieures. L'Européenne de manutention et d'automatisme (Ile-de-France, 77, Lagny) et Cégélec (Caen) y assurent, en 1992, la mise en place d'une ligne de cataphorèse pour accessoires, comportant un système de convoyage aérien.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1920, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Caquot Albert
Caquot Albert (01/07/1881 - 27/11/1976)

Ingénieur.

"Professeur des cours de résistance des matériaux, de matériaux de construction et de béton armé. Admis à l’École polytechnique à 18 ans, il choisit le corps des ponts et chaussées et sera dans la même promotion que Eugène Freyssinet. Il obtient son diplôme en 1905. Pour son premier poste, il est nommé à Troyes où il est en charge de l'assainissement. Ses centres d’intérêt l’orientent vers l’aéronautique et aussi vers le béton armé. Il quitte l’administration en 1912 et s’associe avec Armand Considère. Ils réaliseront ensemble plusieurs ouvrages en béton armé et des recherches dans ce domaine.La Première Guerre mondiale oriente ses recherches dans le domaine de l’aéronautique. Affecté à une compagnie d’aérostiers à Toul, il invente le ballon allongé (ou ballon M) moins sensible au vent. Il perfectionne les systèmes d’attache au sol par de nouveaux treuils. Ces inventions lui valent plusieurs décorations et d’être nommé directeur technique de l’aviation militaire par Georges Clemenceau. La paix revenue, il reprend ses fonctions de constructeur et d’entrepreneur au sein de l’entreprise Pelnard-Considère & Caquot. Il multiplie alors les inventions. En 1922, il devient professeur à l’École supérieure d’aéronautique, à l’École des mines puis à l’École des ponts et chaussées. La Société des ingénieurs civils de France l’élit à sa présidence.En 1928, il est chargé de la production aéronautique par le ministère de l’Air. Il démissionne en 1933 suite à des restrictions de crédits pour ses projets. Il est élu en 1934 dans la section de mécanique de l’Académie des sciences, institution qu’il présidera en 1952.En 1938, il est appelé à diriger les sociétés nationales d’aviation afin d’accroître leur production. Les résultats sont positifs mais la guerre éclate et il ne peut mener à bout sa mission. Il démissionne en 1940 et revient définitivement à la construction d’ouvrages d’art. En 1947 on célèbre son jubilé scientifique et il est élevé à la dignité de grand croix de la Légion d’honneur (1951). Bien qu’ayant quitté l’administration en 1912, il est honoré du grade d’ingénieur général par le ministre des Travaux Publics en raison de l’éminente illustration qu’il a contribué à donner à son corps d’origine.Deux grands projets le passionnent à la fin de sa vie : un pont à haubans sur la Manche (1967) et une usine marémotrice dans la baie du Mont Saint-Michel (1973-1976). Tout à la fois, ingénieur, scientifique, savant, il décède à 95 ans, le 27 novembre 1976."

source : Ecole nationale des Ponts et Chaussées. Familles des Ponts. https://patrimoine.enpc.fr/famille_des_ponts?id=834. + https://patrimoine.enpc.fr/famille_des_ponts?id=834&show=doc (consulté le 27 février 2018).

-------

Voir également http://www.annales.org/archives/x/caquot.html

http://www.sabix.org/bulletin/sabixb28.htm


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur attribution par travaux historiques

Edifié en briques silico-calcaires avec des motifs de briques rouges, l'ancien atelier des coques, devenu l'un des ateliers de fabrication de Renault Trucks, s'étend sur 175 m de long et plus de 67 m de large. Il est divisé en trois nefs (17,93 m, 27,30 m et 22,03 m de large) avec charpente en béton apparente couvertes chacune d'un lanterneau. Les piliers de soutien des voûtes comportent des points d'articulation destinés à compenser les mouvements du sol. Des contreforts sont appuyés sur les façades sud. Le bâtiment accueille une ligne de cataphorèse, un atelier de tôlerie pour accessoires, ainsi que des espaces de stockage.

Mursbrique
Toitardoise, ciment amiante en couverture
Étagesrez-de-chaussée
Couvrementscharpente en béton armé apparente
Couvertures
Énergiesénergie électrique achetée
Statut de la propriétépropriété d'une société privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • ANMT Roubaix. 1994 035 2531. Fonds Pelnard-Considère-Caquot, bureau d’études d’ingénieurs en BTP. Dossier n°12700 : atelier de coques à Caen : expédition et contrôles. 1928.

  • AD Calvados. 925W 68. Reconstruction. Blainville-sur-Orne. Chantiers navals de Caen.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.