Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine dite Forges d'armement

Dossier IA50001383 réalisé en 2006

Fiche

AppellationsForges d'armement
Dénominationsusine
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : quai
Suffren
Cadastre : 2008 BK non-cadastré ; domaine public

Les Forges d'armement est le troisième établissement industriel construit à l'arsenal depuis la création du Bâtiment de la fonderie, forge, machines et martinets dans les années 1830 et celle de la chaudronnerie et serrurerie en 1840, à l'ouest du bassin Charles X. Construit entre 1861 et 1865 par l'ingénieur des ponts et chaussées Pasquier-Vauvilliers, au sud du nouveau bassin Napoléon III affecté au radoub et à la construction, l'ensemble comprenait, sur une surface de 9000m2, trois bâtiments, disposés parallèlement les uns aux autres, séparés par des rues de 10 mètres de large dont les extrémités se terminaient par des grilles en fer. Le premier bâtiment abritait au rez-de-chaussée un atelier de forges de 95 feux et au premier étage des ateliers de serrurerie et d'ajustage. Les deux autres bâtiments abritaient une halle de montage ainsi que des dépôts de fer et de cuivre.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1861, daté par source
Auteur(s)Auteur : Pasquier-Vauvilliers Jean Baptiste Félix
Pasquier-Vauvilliers Jean Baptiste Félix (1820 - )

Ingénieur en chef de première classe des Ponts et Chaussées, adjoint à l'inspection générale des travaux maritimes, Pasquier-Vauvilliers est désigné en qualité de Commissaire au gouvernement, pour assister le ministre de la Marine et des colonies devant la Chambre des députés et devant le Sénat, dans la discussion du projet de loi relatif à la création d'un port à la Pointe-des-Galets (Ile de la Réunion) et à l'établissement d'un chemin de fer reliant ce port à Saint-Pierre et à Saint-Benoît. Date de retraite : 26 mai 1885.

Sources :

Site internet Mnesys, L'Union républicaine du Finistère, 7 février 1877, consulté le 6 octobre 2017, URL : http://mnesys-viewer.archives-finistere.fr/accounts/mnesys_cg29/datas/medias/collections/bibliotheque/presse/4MI077/FRAD029_4MI_077_1877_02_02_001_1877_02_28_004.pdf.

Archives nationales de France consulté le 6 octobre 2017, Ministère des travaux publics, Ingénieurs des Ponts-et-Chaussées (1748-1932), Inventaire-index, cote : F/14/2294/2.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur civil attribution par source

L'aile nord du bâtiment principal, établie face au bassin Napoléon sur le quai Suffren, est le seul témoignage subsistant de cet ensemble aux proportions grandioses. Enveloppée par une multitude de constructions annexes, elle se présente comme un bâtiment de plan rectangulaire, doté d'un rez-de-chaussée, avec portail en plein cintre, et d'un premier étage rythmé par des fenêtres rectangulaires.

Murscalcaire pierre de taille
schiste moellon enduit
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 étage carré
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à deux pans
État de conservationremanié

A l'instar de la halle de travail du bassin napoléon III (IA50001384) et du Grand hangar à bois de l'avant-port (IA50001383), les forges d'armement sont un des rares bâtiments à vocation industrielle à avoir échappé au bombardement allemand de l'année 1944. Il s'agit de l'une des deux oeuvres majeures de l'ingénieur Pasquier-Vauvilliers, auteur de l'hôpital de la Marine et de la Guerre en 1865 (IA50001349).

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.