Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine de blanchiment, puis tissage de lin Laniel

Dossier IA14000762 réalisé en 1982

Fiche

Précision dénominationtissage de lin
AppellationsTissage Laniel
Parties constituantes non étudiéescanal, atelier de fabrication, cité ouvrière, jardin ouvrier
Dénominationsusine de blanchiment, tissage
Aire d'étude et cantonCalvados - Lisieux
Hydrographiesl' Orbiquet
AdresseCommune : Beuvillers
Lieu-dit : Chemin de l' Usine
Cadastre : 1825 A 94 ; 1982 AD 213 à 236, 239 à 266, 372, 375, 376, 379, 380

L'usine de blanchiment est attestée en 1823. Elle est alors la propriété de Jean François Petit. En 1824, elle est augmentée d'un nouvel atelier hydraulique. L'ensemble est réglementé par ordonnance royale du 28 janvier 1833. L'usine est détruite en 1844 et remplacée par un tissage de lin, construit par César Marie et Eugène Laniel et réglementé par arrêtés du 30 juillet 1852 et du 20 décembre 1855. En 1852, le site abritait deux ateliers de tissage et une blanchisserie, un atelier de mécanique, des magasins, un hangar industriel, une chaudière à vapeur, un fourneau à gaz et un gazomètre pour éclairage, des lavoirs et une conciergerie. Agrandie vers 1873, l'usine Laniel est reconstruite partiellement en 1894, après incendie. Un atelier de filature et une cité ouvrière (avec jardins ouvriers) sont construits vers 1921, après fermeture de l'usine Laniel de Saint-Germain-de-Livet (voir dossier : filature ; usine de construction mécanique, la Fabrique). L'usine de Beuvillers produisait des toiles de ménage pour draps, chemises, torchons et damassés. L'activité cesse définitivement en 1953. A cette date, la filature, construite en rez-de-chaussée, abritait atelier de préparation, salles de peignage et de cardage, filature au mouillé, chaufferie et bureau. Le tissage comprenait atelier de tissage (au rez-de-chaussée) , magasin à fils et salles de nettoyage, de parage, de bobinage et d'ourdissage (à l'étage) , ainsi qu'un magasin à toiles, une turbine, quatre salles de chaudières, une cheminée, un transformateur, un atelier de plomberie, un atelier d'électricité et un bureau. Seuls subsistent l'atelier de tissage et la cité ouvrière. 99 métiers en 1844, 180 métiers en 1850, 160 métiers en 1865, 178 métiers en 1876, 185 métiers en 1885, 231 métiers en 1907, 140 métiers en 1915, 250 métiers en 1918, 200 métiers en 1936, 80 métiers en 1946. Deux machines à vapeur attestées, l'une autorisée le 31 décembre 1855, l'autre le 13 juillet 1858. Une turbine hydraulique (25 HP) et une machine à vapeur (250 HP) attestées en 1919. 355 ouvriers en 1863, 216 ouvriers en 1915, 202 ouvriers en 1917, dont 136 femmes.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1844, daté par source
1894, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Atelier de fabrication du tissage (dit principal atelier de tissage sur le plan du 6 janvier 1852) à un étage carré surmonté d'un étage de comble, en brique, à toit à longs pans à pignon découvert et à croupe en tuile mécanique. Cité ouvrière consistant en quatre ensembles de maisons, à un étage carré, sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, et sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît, en moellons de calcaire et brique, à toit à demi-croupe en ardoise.

Mursbrique
calcaire moellon
Toittuile mécanique, ardoise
Étages1 étage carré, étage de comble, sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
toit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
énergie électrique achetée
État de conservationétablissement industriel désaffecté
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesatelier de fabrication

Références documentaires

Bibliographie
  • SOCIETE DES PLANS MONUMENTAUX DE FRANCE. Nouveau plan de Lisieux monumental, industriel et commercial. Indicateur des principaux établissements industriels et des monuments publics de Lisieux et ses environs. Paris, Dufrénoy, 1896. (AD Calvados. CPL 208).

Périodiques
  • L'Illustration Economique et Financière, Le Calvados, n° spécial. 1925

    p. 46

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.