Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine de blanchiment, filature de coton et moulin à blé, puis usine de blanchiment et filature de laine, puis tissage de lin, puis filature, actuellement usine de menuiserie

Dossier IA14000832 réalisé en 1991

Fiche

Précision dénominationfilature de coton
filature de laine
tissage de lin
Destinationsfilature, usine de menuiserie
Parties constituantes non étudiéescanal, atelier de fabrication, magasin industriel, logement d'ouvriers, cour
Dénominationsusine de blanchiment, filature, moulin à blé, tissage
Aire d'étude et cantonCalvados - Lisieux
Hydrographiesla Touques
AdresseCommune : Lisieux
Lieu-dit : chemin Wicart
Cadastre : 1983 AH 4 à 7, 103, 105 ; 1983 AI 236

L'usine de blanchiment, attestée en 1824, propriété de Belleroute, est augmentée en 1836 d'une filature de coton et vers 1840, par Pierre Huchon, d'un moulin à blé. Le moulin et la filature sont réglementés par ordonnance royale du 30 octobre 1847. Le moulin est transformé en magasin vers 1887. La filature, reconstruite vers 1874 par Albert Frandu, est alors affectée au travail de la laine. L'ensemble des bâtiments est acquis vers 1903 par Méry Samson et transformé en tissage de lin, équipé de 70 métiers. L'établissement est affecté en 1912 au crémage et au blanchiment des fils, au lessivage, au blanchiment et à la teinture des toiles. Exploité en 1918 par Wicart sous la raison sociale S.A. de tissage et de blanchisserie de Lisieux, il est affecté exclusivement au tissage de toiles de lin, jute, chanvre et coton. Acquis par Laniel en 1943, il est transformé en filature. L'activité textile cesse vers 1960 au profit d'une entreprise de menuiserie dite La Fraternelle. Il subsiste une partie des anciens ateliers de fabrication, un magasin industriel et des logements d'ouvriers. Deux bâtiments (15, 42 m x 13, 70 m et 13 m x 6, 18 m) et une roue hydraulique (4, 66 m x 4 m) attestés en 1836. Deux roues hydrauliques attestées en 1847, l'une la filature (5, 20 m x 6 m) , l'autre animant le moulin (2, 60 m x 4, 66 m). Machine à vapeur attestée en 1853. 75 métiers et deux turbines attestées en 1918. Production hebdomadaire de 67 pièces en 1918. Environ 30 ouvriers vers 1903, 47 ouvriers en 1917, environ 100 ouvriers en 1918.

Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1836, daté par source
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Atelier de fabrication en rez-de-chaussée, en brique, avec mur pignon enduit, couvert de tuile mécanique. Magasin industriel en brique, couvert de ciment amiante. Un premier ensemble de logements d'ouvriers, en partie remanié, à un étage carré en brique, ou à deux étages carrés enduits, couverts d'ardoise. Un second ensemble de logements d'ouvriers, également remanié, en rez-de-chaussée surmonté d'un étage de comble, enduit, couvert de tuile mécanique.

Mursbrique
enduit
Toittuile mécanique, ciment amiante en couverture, ardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
Énergiesénergie hydraulique
énergie thermique
produite sur place
produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté, vestiges, restauré
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • SOCIETE DES PLANS MONUMENTAUX DE FRANCE. Nouveau plan de Lisieux monumental, industriel et commercial. Indicateur des principaux établissements industriels et des monuments publics de Lisieux et ses environs. Paris, Dufrénoy, 1896. (AD Calvados. CPL 208).

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.