Logo ={0} - Retour à l'accueil
manoir de Courboyer

tableau : Pierre de Fontenay présenté au Christ par son saint patron

Dossier IM61004242 réalisé en 2014

Fiche

Dénominationstableau
Parties constituantes non étudiéescadre
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche - Nocé
AdresseCommune : Perche en Nocé
Lieu-dit : Courboyer, Nocé
Cadastre : 2020 ZC 2
Précisionsanciennement commune de Nocé

Initialement exposé au-dessus du tombeau du cœur de Pierre de Fontenay avec les drapeaux pris aux Ligueurs dans l'église Saint-Sauveur de Bellême, le tableau est transféré dans les combles de l'édifice à l'époque de la Terreur. Retrouvé sous la Restauration, il est remis au comte Théodore de Fontenay en 1828. Puis, il est vendu au Parc naturel régional du Perche par les descendants du comte André de Fontenay (1917-2006) en 2009 avec un autre tableau (Portrait de Pierre-Louis de Fontenay) pour un montant total de 7 500 euros, à la condition de les présenter dans une pièce dédiée du manoir suivant le vœu d'André de Fontenay. Il est actuellement exposé au premier étage du logis manorial avec d'autres objets de même provenance.

Le tableau représente Pierre de Fontenay, seigneur de la Reynière, membre éminent d'une famille connue dans le Perche depuis le 14e siècle. Il figure agenouillé en prière revêtu de son armure, introduit par son saint patron auprès du Christ rédempteur. Cette iconographie fixe pour l'éternité l'homme de guerre à la carrière jalonnée de hauts faits d'arme, pour lesquels il est gratifié du titre de capitaine et de gouverneur de Bellême, comme le souligne l'inscription peinte en manière d'épitaphe derrière lui. Pierre de Fontenay est ici une figure d'éternité, selon l'expression de Philippe Ariès (L'homme devant la mort, 1975), dont l' "attitude exprime l'anticipation du salut". Pierre de Fontenay apparaît bien vivant, au faîte de sa gloire militaire pour être accueilli au seuil de la Cour céleste par le Christ en personne. Cette représentation reflète cette quête du salut dont l'épiphanie du Christ est comme la promesse de son accomplissement. Il faut aujourd'hui imaginer la proximité qui existait autrefois entre l'effigie vivante (tableau), et le corps pourrissant - en l'occurrence le cœur, le reste du corps étant enterré en l'église de Saint-Cyr-la-Rosière - scellé dans un écrin de pierre, qui composaient ensemble une dialectique entre le corps mortel et le corps spirituel. La séparation du tableau du monument du cœur, qui repose toujours dans l'église Saint-Sauveur de Bellême, a en quelque sorte rompu le dynamisme de cette dialectique qui perpétue, jusqu'au milieu du siècle, ce rapport singulier à la mort depuis le Moyen Age. Ce "dynamisme du salut" (Philippe Ariès) est porté par la composition elle-même qui divise le tableau en deux parties, entre un priant, accompagné de son saint patron intercesseur, se détachant sur un fond sombre - figé dans l'attente et l'attitude recueillie de l'adorateur, le regard intériorisé tourné vers le monde des vivants - et un Christ en mouvement figuré sur un fond lumineux ceint de nuées, porte d'entrée du ciel. L'injonction du défunt, transcrite dans un phylactère, participe de cette mise en récit de sa propre mort et de sa résurrection.

Sur le plan pictural, les figures obéissent à des canons différents. Le seigneur et son saint patron apparaissent trapus avec une tête légèrement disproportionnée, à l'inverse du Christ au corps harmonieux. Cette différence de traitement s'explique, pour la figure du Christ, par le recours à un modèle gravé œuvre de l'Anversois Hieronymus Wierix (1553-1619), d'après Maerten de Vos (1532-1603), imprimé en 1585 par Johannes Baptista Vrints (Christ triomphant de Satan, British Museum, Londres, inv. 1901,0611.77). La manière du peintre, non encore identifié, est délicate tant dans le dessin que dans le coloris, en particulier dans la figure du Christ à la fois statuaire et gracile. Malgré quelques maladresses, ce tableau atteste de la culture picturale de l'artiste imprégnée des modèles flamands répandus par la gravure.

Période(s)Principale : 1er quart 17e siècle
Stade de création
Auteur(s)Personnalité : Fontenay Pierre de
Fontenay Pierre de (1541 - 1610)

Pierre de Fontenay, seigneur de la Reynière, est issu d'une famille connue dans le Perche depuis le 14e siècle. Nommé capitaine d'une garnison de 50 hommes au château de Bellême dès 1570, Pierre de Fontenay est chargé de protéger la cité contre les assauts protestants en 1574 après le massacre de la Saint-Barthélémy (24 août 1572). Resté fidèle au roi pendant les guerres de la Ligue, il se distingue lors de la bataille de la Croix-du-Perche le 22 mars 1589 durant laquelle il commande deux compagnies de cinquante hommes à cheval et une de cent gens de pied. Après avoir repris Bellême aux Ligueurs menés par le sire de Pescheray en août 1589, il est gratifié du titre de capitaine et de gouverneur "en la ville de Bellesme pour la conservation de la ville et château de Bellesme et du plat pays du comté du Perche". Entre 1589 et 1593, il participe aux combats de Mortagne qui change pas moins 22 fois de mains. Il s'illustre ensuite aux sièges du Mans (novembre 1589) et de Chartres (février-avril 1590), à la bataille de Mamers (avril 1590), à la prise de La Ferté-Bernard (mai 1590) et au siège de Châteaudun (mai 1590). Aux côtés du roi de France et de Navarre, il combat dans la région et ailleurs, à Ivry (mars 1590), au premier siège de Paris (été 1590), à Noyon (août 1591) et lors du siège de Rouen (novembre 1591 - janvier 1592). Il continue d'apporter son soutien militaire au roi après son abjuration et son sacre à Chartres en 1593.

Sa carrière militaire, jalonnée de hauts faits d'arme, contribue à l'enrichir. Il se constitue un important patrimoine foncier et mobilier. A la fin du 16e siècle, il fait construire le manoir de l'Angenardière à Saint-Cyr-la-Rosière et acquiert celui de Courboyer peu de temps après, en 1600. Décédé le 18 mai 1610, quelques jours après l'assassinat d'Henri IV, il est inhumé en l'église de Saint-Cyr-la-Rosière, son cœur reposant dans l'église Saint-Sauveur de Bellême.

Pierre de Fontenay a fait l'objet d'un mémoire de maîtrise par Eric Yvard (Pierre de Fontenay de la ville de Bellême et du Comté du Perche (1541-1610). Dir. J.-M. Constant. Université du Mans, 1991).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
destinataire attribution par source
Auteur de la source figurée : Wierix Hyeronimus
Wierix Hyeronimus (1553 - 1619)

Dessinateur, graveur et éditeur d'estampes, né à Amsterdam en 1553, d'un père peintre et ébéniste, Anthonie, et décédé à Anvers en 1619. Hieronymus appartient avec ses frères Johannes (1549- c. 1618) et Anton II (c. 1552 - c. 1604), à la première génération de cette dynastie de graveurs flamands actifs aux 16e et 17e siècles à Anvers et Bruxelles. En 1572-1573, il est admis à la guilde de Saint-Luc d'Anvers. Il a notamment travaillé avec l'illustre imprimerie et maison d'édition anversoise Plantin-Moretus. Son œuvre comprend essentiellement des gravures d'après des maîtres. Avec ses frères, il a participé à l'illustration des Adnotationes et Meditationes in Evangelia initiées par Ignace de Loyola, fondateur de l'ordre des Jésuites.

Sources :

-Mauquoy-Hendrickx, Marie. Les estampes des Wierix conservées au cabinet des estampes de la bibliothèque royale Albert Ier. Catalogue raisonné enrichi de notes prises dans diverses autres collections. Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1983, 4 vol., 694 p.

-site internet Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Hieronymus_Wierix#Mauquoy-Hendrickx1983, consulté en 2022.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
graveur attribution par source

Le tableau, peint à l'huile sur toile, possède un cadre en bois moderne.

Catégoriespeinture
Structuresrectangulaire horizontal
Matériauxtoile, peinture à l'huile
Mesuresh : 86 centimètre (sans le cadre)
la : 163 centimètre (sans le cadre)
Iconographiesgouverneur, de trois-quarts, agenouillé, en pied
saint Pierre, de trois-quarts, en pied
Christ glorieux, de face, en pied, foulant aux pieds
le Serpent d'Eden
Satan, couché sur le ventre
Précision représentations

Pierre de Fontenay se tient agenouillé devant un meuble de prière recouvert d'un tissu arborant les armoiries familiales sur lequel est posé un livre. Il est introduit par son saint patron, Pierre, auprès du Christ rédempteur se tenant devant lui, portant la croix et bénissant, tout en foulant Satan, qui tient le crâne, symbole de la mort, et le Serpent d'Eden, symbole du péché qui, dans la période suivant la fin des guerres de religion, désignent la religion réformée terrassée. La figure christique triomphante se détache d'une mandorle de lumière cernée par de sombres nuées. Le gouverneur de la cité de Bellême est revêtu de son armure, ses gantelets et son armet empanaché, en signe de ralliement au roi, reposant bien en évidence au pied du meuble. Le buste de trois-quarts, le regard intériorisé se tourne vers le monde des vivants.

Inscriptions & marquesarmoiries, sur l'oeuvre
épitaphe, sur l'oeuvre
inscription concernant le destinataire, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Armoiries de la famille de Fontenay peintes sur l'autel.

Épitaphe peinte sur l’œuvre : CY GIST LE COEUR DE MESSIRE PIERRE / DE FONTENAY CHEVALIER SEIGNEUR DE / LA RAYNIERE CAPITAINE ET GOUVER / NEUR DE LA VILLE ET CHASTEAU DE / BELLESME LEQUEL DECEDA LE 18 MAY 1610 / AGE DE 69 ANS REQUIESCAT IN PACE.

Inscription peinte sur le phylactère extraite des Litanies de Jésus : MISERERE MEI / FILI REDEMPTOR MUNDI DEUS [Aie pitié de moi, ô Fils Rédempteur du monde, Dieu].

État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété d'un établissement public, Propriété privée du syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional du Perche
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives du Parc naturel régional du Perche. Notice historique et généalogique de la maison de Fontenay. Circa 1850-1940.

  • Archives du Parc naturel régional du Perche. Notice historique et généalogique de la maison de Fontenay. 1858.

Documents figurés
  • Christ triomphant de Satan, Hieronymus Wierix (1553-1619), d'après Maerten de Vos (1532-1603), imprimée en 1585 par Johannes Baptista Vrints (British Museum, Londres, inv. 1901,0611.77).

Bibliographie
  • BOUDIN, Amédée. Fontenay, Histoire généalogique du musée des croisades. Paris, 1862.

  • GAUTIER-DESVAUX, Elisabeth (réd.), MAILLARD, Florent (réd.), MERRET, Patrick (phot.). Le manoir de Courboyer à Nocé. Lyon : Lieux-dits, 2015. (Parcours du patrimoine n°395). 32 p.

  • MARCILLAUD de GOURSAC, Henri. Généalogique de la maison de Fontenay. 1996.

  • MAZEL, Claire. La mort et l'éclat : Monuments funéraires parisiens du Grand Siècle. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Billat Hélène
Billat Hélène (1968 - )

Entrée à la Direction de l'inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie en 2013 en qualité de chercheur : architecture civile et religieuse (abbaye aux Dames et hôpitaux de Caen), patrimoine rural (village du Mont Saint-Michel), objets mobiliers civils et religieux étudiés dans le cadre d'inventaires topographiques et ponctuels. Suivi scientifique de l'étude du patrimoine bâti du Parc naturel régional du Perche.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Guillemin Denis
Guillemin Denis

Directeur du Parc naturel régional du Perche depuis 2013.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.