Logo ={0} - Retour à l'accueil

quartier dit quartier du faubourg

Dossier IA50001309 réalisé en 2006

Fiche

Appellationsquartier du faubourg
Dénominationsquartier
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : quartier du faubourg
Cadastre : 1826 B2, B3 ; 2008 AI, AO, AR, AS, AT, AV, AW

Mentionné à partir du XVIIe siècle dans plusieurs contrats de fieffe ainsi que dans le Mémoire sur les Fortifications de Cherbourg rédigé par l'ingénieur Vauban en 1686, le quartier du faubourg désigne un lieu, situé à l'origine au sud de la ville, en bordure de l'embouchure de la Divette et du port d'échouage. Traversé au XVIIIe siècle par cinq rues, la rue du Roule, la rue du Vieux-Pont, la rue du Faubourg, la rue Corne-de-Cerf et la rue de l'Ancien-Quai, le quartier demeure, durant toute la période d'Ancien Régime, un territoire de taille modeste. Il est alors habité par une population d'artisans qui exercent leurs activités dans le secteur textile et le cuir en tant que toiliers, drapiers, fileurs, tanneurs et corroyeurs. Un millier d'habitants, soit un cinquième de la population totale, habitent en cet endroit. Au XIXe siècle, sous l'effet d'une forte croissance démographique suscitée par une importante immigration de travailleurs, le quartier connaît de profondes transformations. La municipalité, alors en quête d'espace, y fait aménager de nombreuses places (place de la Divette, place de la Poudrière, place du Cauchin, place du Château, place de l'Alma) et construire plusieurs grands monuments publics qui bouleversent notablement la physionomie du paysage : prison (1825), halle au blé (1833), tribunal (1841), gare ferroviaire (1858), église paroissiale Notre-Dame du Vœu (1859), théâtre (1882), fontaine Mouchel (1895). Cette action édilitaire est complétée par de nombreuses initiatives privées qui aboutissent au percement de nouvelles rues, telles la rue Hélain en 1839 ou la rue de l'Alma en 1859, ainsi qu'à l'émergence d'un habitat populaire composé d'immeubles et de maisons jointes, bâtis à l'aide de matériaux locaux. La population ouvrière y est alors très majoritaire. Elle voisine avec une bourgeoisie libérale qui ne dédaigne pas de faire construire plusieurs de ses pavillons autour des places récemment aménagées, comme celle de l'Alma, ainsi qu'au sud sur les hauteurs de la butte Fauconnière. Au XXe siècle, une partie du quartier, situé autour de la place Divette, devient insalubre. Cette situation conduit les autorités municipales à entreprendre une rénovation complète des lieux. Réalisée en collaboration avec le ministère de la Reconstruction et du Logement à partir de 1954, cette opération aboutit à la création de la ZUP du même nom achevée en 1967 par l'architecte Paul Vimond. Le percement des boulevard Guillaume-le-Conquérant et Mendès-France au début des années 1980, destiné à améliorer la desserte avec la rive orientale, apparaît comme la dernière opération significative de la période.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Vimond Paul
Vimond Paul (20/06/1922 - 29/01/1998)

Élève à l'École préparatoire des Beaux-arts de Rennes - élève d’Alexandre Courtois, Félix Dumail, Auguste Perret et André Remondet -, puis à l'École des Beaux-Arts de Paris. Premier Grand Prix de Rome le 26 juillet 1949, il est pensionnaire à l'Académie de France, Villa Médicis à Rome, de janvier 1950 à avril 1953. Architecte et urbaniste à Paris entre 1953 et 1984, et en 1994 ; architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux en 1954, architecte en chef de plusieurs Zup et Zac, dont Cherbourg ; architecte du cadre du ministère des P. et T. ; architecte du Conseil économique et social, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris. Chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques, des Arts et des Lettres et du Mérite pontifical, Meilleur ouvrier de France honoris causa, Médaille d'argent de la Ville de Paris (voir le Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), notice de Vimond, Paul © INHA__PERSONNES__156529, URL : http://www.purl.org/inha/agorha/002/156529 ; http://agorha.inha.fr).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Le quartier du faubourg s'apparente aujourd'hui à une zone entièrement urbanisée où ne subsistent, sur la butte Fauconnière, que de rares espaces boisés. Il se divise en trois ensembles : la ZUP Divette, dont les tours et barres occupent toute la partie correspondant à l'ancienne place du même nom, le quartier du Vœu, à l'architecture du XIXe siècle entièrement préservée, et la butte Fauconnière. Cette dernière, vierge de toute construction jusqu'au début de l'ère industrielle, est occupée par une série de pavillons construits aux XIXe et XXe siècles ainsi que par la cité de l'Amont-Quentin aménagée en 1959.

Mursbrique
pierre
béton

Bien que profondément transformé par les opérations du XXe siècle, le quartier du faubourg conserve encore de nombreux témoignages de l'urbanisme du XIXe siècle, notamment autour de l'église paroissiale Notre-Dame du Voeu.

Statut de la propriétépropriété publique
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.