Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à farine dit moulin de Moulineaux, puis minoterie, actuellement maison

Dossier IA14001000 réalisé en 2009

Fiche

Appellationsmoulin de Moulineaux
Destinationsusine génératrice d'énergie, maison
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, atelier de fabrication, logement
Dénominationsmoulin à farine, minoterie
Aire d'étude et cantonCalvados - Creully
Hydrographiesla Mue
AdresseCommune : Fontaine-Henry
Lieu-dit : le Moulin, Moulineaux
Adresse : 14 route des
Marais
Cadastre : 1835 C 12 ; 2012 ZB 74
Précisionsanciennement commune de Moulineaux

Le moulin de Moulineaux est mentionné en 1210 dans une bulle pontificale d'Innocent III comme propriété de Guillaume, comte de Magneville. Il appartient au 16e siècle à Pierre d'Harcourt (acte de partage de sa succession, le 12 octobre 1561). Passé à cette époque aux de Morais, vendu en 1616 à Jean du Thon, il est transmis par alliance à la maison de Touchet en 1666, puis à la famille Delahaye (en 1737 ?), qui l'exploite jusqu'à sa fermeture. L'ordonnance royale du 27 janvier 1837, réglementant le moulin, autorise Louis François Bâton et Jean François Delahaye à remplacer les quatre roues hydrauliques par en-dessous par quatre roues à godets par en-dessus (projet non réalisé). Reconstruit vers 1843, il est à nouveau modifié vers 1867, pour être monté selon la méthode de la mouture dite à l'anglaise : deux roues hydrauliques à augets de côté mettent en mouvement quatre paires de meules, des chaînes à godets, des bluteries à gruaux et à farine, un tarare-ventilateur pour le blé et un monte-sacs. La capacité d'écrasement du moulin est de 24 à 30 sacs de blé par jour. Cessant son activité en 1921, transformé pour fournir de l'électricité à l'exploitation agricole de la famille, il est converti en habitation dans les années 1970.

Période(s)Principale : 13e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle

Couvert de toits à longs pans en ardoise, le moulin, regroupant atelier de fabrication et logement, se dresse sur deux étages carrés en moellons de calcaire en partie enduits sur l'élévation est, surmontés d'un étage comble. Les communs, en moellons de calcaire, sont couverts de toits à longs pans et à croupe en tuile plate ou mécanique.

Murscalcaire moellon enduit partiel
Toitardoise, tuile plate, tuile mécanique
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
toit à longs pans croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • BEZIERS, Michel. Mémoires pour servir à l'état historique et géographique du diocèse de Bayeux. Tome I. Rouen : A. Lestringant ; Paris : A. Picard, 1894-1896. p. 307-308.

    "Guillaume, comte de Magneville aumôna au prieuré de l'Hôtel-Dieu de Caen 2 muids d'orge et de 2 de froment, à prendre sur son moulin de Moulineaux, selon la bulle du pape Innocent III de l'année 1210 (1).

    (1) Hist. Harc., t. I, p. 314."

  • LA ROQUE, Gilles-André. Histoire généalogique de la maison de Harcourt. Tome I. Paris : Sébastien Cramoisy, 1662.

    p. 314 :

    "Guillaume Comte de Magneville deux muids de froment & deux muids d'orge, à prendre sur son moulin de Moulineaux".

  • AD Calvados. 1 Q 986. Moulineaux. 29 pluviose de l'an II (17 février 1794).

    "Nous officiers municipaux de la commune de Moulineaux pour satisfaire aux articles 31 et 32 du décret de la convention nationale du dix frimaire de la seconde année de la république, relatif aux domaines nationaux engagés ou aliénés, déclarons au directoire du district de Caen que notre commune possède à titre d'engagement en domaine détaillés cy-après :

    [...]

    4° une autre pièce en marécage et chemin nommée la Chaussée jouxte les fossés desprès de la commune de Marguerie et de Jean Letellier.

    Il faut observer que sur les biens en dessus mentionnés [...] que le n°4 suivant la copie du titre que nous avons sur le vieux moulin et la chaussée conduisant aux moulins de Moulineaux de sorte que les moulins dont jouit maintenant Jean Letellier se trouveraient sur les biens compris dans la déclaration en dessus vu que le cours de la rivière a été changé et rapproché dans les terres comprises au dit n° et que le moulin sus-dit y a été bâti.

    La présente déclaration certifiée véritable par nous officiers municipaux de la commune de Moulineaux soussignés ce 29 pluviôse de la 2e année de la république une et indivisible."

  • AD Calvados. S 1119. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. F. Fontaine-Henry : Moulin à blé sur la Mue, Baton et Delahaye, Moulin de Moulineaux.

    Lettre de MM. Bâton et Delahaye au Préfet du Calvados. 27 mars 1835.

    "A monsieur le Préfet du département du Calvados.

    Le sieur Louis François Bâton, propriétaire et marchand de blanche, demeurant commune de Reviers, et le sieur Jean François Delahaye, propriétaire et maître meunier, demeurant à Moulineaux hameau de la commune de Fontaine-Henry, ont l'honneur de vous exposer, que dans le hameau le sieur Jean Le Tellier étant propriétaire d'une usine dans laquelle il y a quatre moulins à grains que la rivière de Mue fait moudre en dessous au moyen de quatre roues. A la mort de ce dernier, les sieur Bâton et Delahaye sont devenus propriétaires de cette usine. Les exposants ont fait deux lots et partager, et il en est résulté qu'ils sont devenus propriétaires de chacun deux moulins. Pour donner plus de valeur à leurs propriétés, et sans cependant chercher à faire ni tort ni dommage aux propriétés qui sont au dessus de leurs moulins et le bourg de la rivière, les exposants ont le projet que l'eau de cette rivière fasse tourner les roues de leurs moulins en dessus. Ils vous exposent que, depuis longtemps, il existe un déversoir qui empêche à l'eau de refluer vers sa source et d'inonder les propriétés qui sont au dessus de leurs moulins."

    Ordonnance royale du 27 janvier 1836, faite au Palais des Tuileries.

    "Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'Etat au département des travaux publics, de l'agriculture et du commerce,

    Vu la demande présentée par les sieurs Bâton et Delahaye le 27 mars 1835, a l'effet d'être autorisé à substituer des roues à godets, aux roues à aubes du moulin à blé qu'ils possèdent dans la commune de Fontaine-Henry

    [...]

    Art 1er

    Les sieurs Bâton et Delahaye sont autorisés à maintenir en activité le moulin à blé qu'ils possèdent sur la rivière de Mue, commune de Fontaine-Henry, département du Calvados.

    Art 2.

    Ces propriétaires pourront remplacer les 4 roues à aubes du dit moulin, mues par la vitesse de l'eau, par le même nombre de roues à godets tournant par son seul poids."

    Lettre de Jean Delaye au Préfet du Calvados, 8 février 1858

    "Il m'a été notifié le 26 janvier 1858 un arrêté du 21 du même mois en vertu duquel je suis mis en demeure de justifier dans un délai de 15 jours des titres établissant l'existence légale du moulin de Moulineaux qui m'appartient.

    [...] Ce titre est une ordonnance royale du 27 janvier 1837.

    A cette époque le Sieur Baton, dont j'ai acheté la propriété depuis et moi ; nous nous adressâmes à l'autorité afin d'avoir le niveau d'eau et l'autorisation de faire des changements à notre usine. Le niveau d'eau ainsi que l'autorisation de faire nos travaux nous furent donnés"

    Lettre du Ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics au Préfet, datant du 6 janvier 1869.

    Recours du Sieur Delahaye contre l'arrêté préfectoral du 27 juillet 1867.

    "Monsieur le Préfet, vous avez renvoyé à l'administration le 1er décembre dernier, après avoir fait procéder au complément d'instruction prescrit par la dépêche de mon prédécesseur du 8 avril 1868, la réclamation formée devant vous faite par le sieur Delahaye contre votre arrêté du 27 juillet 1867 qui a modifié celui du 13 juin 1861 portant règlement du moulin de Moulineaux qu'il possède sur la rivière de la Mue, dans la commune de Fontaine-Henry.

    Il résulte du rapport précité de MM. les ingénieurs que le moulin de Moulineaux a une existence bien antérieure à 1789 ; qu'il a été réglé une première fois par une ordonnance royale du 25 janvier 1837, laquelle a maintenu comme niveau légal, l'ancienne hauteur de la retenue, et une seconde fois par arrêté préfectoral du 13 juin 1861 qui n'a rien changé au niveau dont il s'agit et s'est borné à prescrire l'établissement d'un déversoir."

    Lettre des frères Delahaye au Préfet, en date du 26 septembre 1867.

    "Monsieur le Préfet, ont l'honneur d'exposer, MM Delahaye frères demeurant à Moulineaux hameau de Fontaine-Henry :

    Qu'ils sont propriétaires d'une usine dite le Moulin de Moulineaux. Le moulin dont la création est bien antérieure à 1789, est possédé dans leur famille depuis l'année 1737 (mil sept cent trente sept).

    Il a été l'objet de différents règlements et notamment à la date du 13 juin 1861, vous avez rendu, Monsieur le Préfet, un arrêté qui semblait fixer d'une manière invariable et définitive le régime des eaux nécessaires au mouvement de l'usine.

    Cependant sur des réclamations de certains riverains et spécialement des usiniers de Reviers situés en aval, vous avez rendu le 27 juillet dernier un nouvel arrêté qui modifie profondément celui du 13 juin 1861 et dont l'exécution anéantirait complètement l'usine des exposants en la privant de la force motrice nécessaire à son fonctionnement."

    Rapport de Ch. Guérard Deslauriers, ingénieur des Arts et Manufactures, en date du 29 août 1867.

    "Je soussigné Guérard Deslauriers, ingénieur des Arts et Manufactures, déclare m'être transporté aujourd'hui 29 août 1867 au moulin à blé de Moulineaux, commune de Fontaine-Henry, appartenant à MM. Delahaye frères, qui l'exploitent, afin de vérifier l'utilité de l'abaissement de vingt centimètres du déversoir et des vannes dudit moulin ainsi que les dommages que cet abaissement causera à l'usine de MM. Delahaye et la légitimité des plaintes invoquées contre eux, dans les deux réclamations par lesquelles les usiniers de Reviers et les riverains de la rivière la Mue demandant l'abaissement du repère dudit moulin contrairement aux conditions actuelles, qui ont été dûment réglementées par un arrêté préfectoral du 13 juin 1861, et par un procès-verbal de récolement du 26 septembre 1862.

    Règlement qui avait été la conséquence d'une visite des lieux du 28 février 1861 faite contradictoirement entre M. Delahaye père et M. Lepeltier par M. Fauchon conducteur des Ponts et Chaussées, délégué à cet effet, par M. Olivier ingénieur en chef.

    La minoterie de MM. Delahaye est une usine importante, nouvellement construite, bien bâtie et couverte en ardoise, elle possède trois étages planchers d'une surface de cent cinquante mètres carrés chacun. Son matériel industriel se compose de :

    Primo : de quatre paires de meules et de leurs accessoires ; ces meules ont 1m83 centimètres de diamètre et font 40 à 45 tours à la minute

    Secundo : de chaînes à godets pour élever la mouture dans les bluteries

    Tertio : de bluteries à gruaux avec leurs chambres

    Quarto : de bluteries à farine avec leurs chambres

    Quinto : de tarare ventilateur pour le blé

    Sexto : de monte-sacs

    Septimo : de tout le mécanisme et transmission de mouvement nécessaire au fonctionnement de cet outillage.

    J'ai constaté que tout ce matériel était en bon état de marche industrielle.

    Ce matériel est mis en mouvement par deux roues à augets recevant l'eau de côté par deux vannes motrices verticales ; chacune de ces roues fait mouvoir deux paires de meules avec leurs accessoires. La force de la chute varie de huit à dix chevaux, ce qui permet de moudre de 24 à 30 sacs de blé par 24 heures.

    La hauteur d'eau sur le seuil des vannes motrices alors qu'elle passe sur le déversoir est de cinquante quatre centimètres."

    Lettre de l'avocat consulté par M. Delahaye, en date du 11 mars 1868

    "Cette usine existait avant 1789 - c'est qui résulte des titres et notamment d'un bail consenti par Melle de Moulineaux à un nommé Roulland le 10 juin 1754 lequel bail avait précisément pour objet le moulin en question".

  • AD Calvados. S 1020. Etats statistiques des rivières non navigable, non flottable : La Mue.

    Lettre de pétition de M. Pastey au sujet de M. Lahaye, meunier à Fontaine-Henry, hameau de Moulineaux, 13 octobre 1853.

    Rapport de l’ingénieur ordinaire sur l’affaire Pastey-Lahaye, 4 décembre 1854.

    Lettre au Préfet du Calvados rédigée, par Ch. Guérard-Deslauriers ingénieur des arts et manufactures à Caen, aux noms de MM. Delahaye frères pour demander le détournement de la Mue, 7 octobre 1870.

    Lettre de l’ingénieur en chef du Calvados au Préfet du Calvados sur la demande de détournement de la Mue des frères Delahaye, minotiers à Fontaine-Henry, 12 octobre 1870.

    Lettre d’autorisation de détournement, 13 octobre 1870.

  • BAUDOIN, Thierry, COLLIN Michèle, FAISANT Etienne (coord.). Fontaine-Henry : un village de la plaine de Caen. Condé-sur-Noireau : Editions Corlet, 2011. 143 p.

    p. 35 :

    "L’existence de moulins sur la Mue est attestée dès le XIIe siècle, comme celui de Moulineaux en 1210, mais on n’aura des indications sur son activité que bien plus tard par la généalogie de la famille des meuniers Lahaye qui l’exploitera du début du XVIIe jusque celui du XXe."

    p. 119 :

    "Les maîtres meuniers Lahaye, originaires de Nonant et établis également aux moulins d’Amblie et de Reviers, qui étaient en même temps cultivateurs exploitant jusqu’à cent hectares. Ils en possèdent encore une quarantaine à Bény, à Fontaine et particulièrement sur Moulineaux lors de la fermeture définitive de la ferme dans les années 1980.

    L’activité commerciale du moulin s’arrête en 1921, une turbine fournit désormais en électricité l’exploitation agricole de plus d’une centaine d’hectares, la plus importante derrière les deux grandes fermes du château."

    Après le débarquement, installation d’une salle de spectacle « The Empire » dans une des granges du moulin."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 1B 879. Acte de vente de la seigneurie de Moulineaux. 1616.

  • AD Calvados. E suppl. 539. Moulineaux (réuni à Fontaine-Henry). 1693-1792.

    Inhumation de Louis Delahaye, transport du corps des moulins de Moulineaux. 14 janvier 1716.
  • AD Calvados. 3P 4116. Fontaine-Henry, ancienne commune de Moulineaux. Etat de sections. 1813.

  • AD Calvados. 3P 4118. Fontaine-Henry, ancienne commune de Moulineaux. Matrice cadastrale des propriétés foncières bâties et non bâties. 1822-1827.

    Folio 4, 40.
  • AD Calvados. 3P 4119. Fontaine-Henry. Matrice cadastrale des propriétés foncières bâties et non bâties. 1822-1913.

    Folio 17, 15, 77.
  • AD Calvados. 3P 4122. Fontaine-Henry. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

    Case 40.
  • AD Calvados. 3P 4123. Fontaine-Henry. Matrice cadastrale des propriétés foncières bâties. 1911-1958.

    Case 45.
  • AD Calvados. 1Q 986. Moulineaux. 29 pluviose de l'an II (17 février 1794).

  • AD Calvados. S 1020. Etats statistiques des rivières non navigable, non flottable : La Mue.

  • AD Calvados. S 1119. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. F.

    Fontaine-Henry : Moulin à blé sur la Mue, Baton et Delahaye, moulin de Moulineaux.
  • AP. Château de Fontaine-Henry. Chartrier.

    Acte de partage de la succession de Pierre d'Harcourt. 12 octobre 1561.
Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1939_146_147. Plan cadastral napoléonien. Fontaine-Henry. Section C. 1835.

  • Calque de la Carte du Canton de Creully.- Carte, 31 mai 1855. (AD Calvados. Fi 1846 W 72).

  • Fontaine-Henry (Calvados) – Le Moulin.- Carte postale, s.d., début 20e siècle. (AD Calvados. 8Fi 272/66).

Bibliographie
  • BAUDOIN, Thierry, COLLIN, Michèle, FAISANT, Etienne (coord.). Fontaine-Henry : un village de la plaine de Caen. Condé-sur-Noireau : Editions Corlet, 2011. 143 p.

  • BEZIERS, Michel. Mémoires pour servir à l'état historique et géographique du diocèse de Bayeux. Tome I. Rouen : A. Lestringant ; Paris : A. Picard, 1894-1896.

    p. 307-308.
  • COURTAUX, Théodore, MARQUIS DE TOUCHET. Histoire généalogique de la maison de Touchet, de ses alliances et des seigneuries qu'elle a possédées (Normandie et Angleterre). Paris : Cabinet de l'historiographe, 1911. 467 p.

  • LA ROQUE DE LA LONTIERE, Gilles-André (de). Histoire généalogique de la maison de Harcourt, enrichie d'un grand nombre d'armoiries, alliances, généalogies, matières et recherches concernants [sic] non seulement les rangs et les intérests de cette maison, mais encore l'histoire générale, justifiée par plusieurs chartes de diverses églises, arrests du Parlement, cour de l'Eschiquier de Normandie, titres du trésor du Roy et de la Chambre des comptes, histoires tant imprimées que manuscrites et autres preuves autentiques tirées des archives publiques. Paris : S. Cramoisy, 1662. 4 vol. : armoiries ; in-fol.

    Vol. I. p. 314.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.