Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à farine dit moulin de la Porte ou moulin d'Argences

Dossier IA14001040 réalisé en 2011

Fiche

Appellationsmoulin de la Porte, moulin d'Argences
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement
Dénominationsmoulin à farine
Aire d'étude et cantonCalvados - Troarn
Hydrographiesla Muance
AdresseCommune : Argences
Adresse : 1 rue du
Moulin
Cadastre : 1826 A1 477 ; 2014 AC 6

L'abbaye de Fécamp reçoit en 990 de Richard Ier, duc de Normandie, le fief d'Argences, sur lequel elle fait établir plusieurs moulins, dont celui de la Porte, appelé aussi moulin d'Argences. Cette donation est confirmée par Richard II en 1025. Le moulin est baillé à plusieurs familles de meuniers de la commune, Jean Hellouin (1643), Louis Leparlelièvre (1651, 1668, 1692), les de la Croix (vers 1695), Charles Onfroy (1708), Pierre Maubant (1724), Jean-François Eve (vers 1736), Jean Lesaulnier (entre 1764 et 1772), dont les descendants l'exploitent pendant la Révolution. Une seconde roue est mise en place entre 1788 et 1792. Le moulin, bien national, est acquis par Charles Auguste Bonnet, prêtre constitutionnel, le 20 juillet 1792, puis rétrocédé le 1er mars 1793 à Jean-Baptiste Planquette (pour 23 600 francs). Augmenté d'une nouvelle roue en 1822 par Jean Charles Bellemare, époux de la veuve Planquette, il est réglementé par arrêté préfectoral du 20 mars 1863. Acquis en 1877 par Joseph Dalgot, qui fait supprimer la troisième roue en 1891, il est exploité à partir de 1890 par Arthur Saulnier, puis en 1909 par son fils Georges, qui l'acquiert quatre ans plus tard. Passé en 1934 à Marin Derniaux, le moulin de la Porte est bombardé en 1944. A la mort de Derniaux en 1947, il est exploité par Maurice Siquot, son beau-frère, qui fait installer une turbine hydraulique en 1949 et s'oriente vers une production de farines animales. L'activité cesse dans les années 1980. En 1999, le moulin de la Porte est acquis par la municipalité d'Argences, qui en confie la gestion à l'Association des amis du moulin de la Porte d'Argences (AAMPA). Celle-ci en a entrepris la restauration : installation d'une roue d'apparat (construite par Philippe Pichot, charpentier à Moult) (2003), remise en état de la bluterie et du système électrique (2004), rénovation de la charreterie (2008).

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp
abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, propriétaire attribution par travaux historiques

Le bâtiment du moulin, réunissant atelier de fabrication et logement, se dresse sur un étage carré en moellons de calcaire en partie enduits surmonté d'un étage de comble. Couvert d'un toit à longs pans en tuile plate, il reçoit une lucarne-porte en façade.

A l'intérieur de l'atelier de fabrication ont été conservés les mécanismes d'entraînement (beffroi en bois et métal), deux paires de meules dans leurs archures portant la plaque du fabricant "T. Mesnet et Cie, propriétaires de carrières, Cinq-Mars-la-Pile, (Indre-et-Loire), France", l'une destinée au blé, la seconde à l'orge, un tarare, une bluterie ainsi que le système de convoyage de la farine (chaîne à godets) et le système d'ensachage par trémies. Des trappes ouvrantes sont aménagées dans les planchers pour la manutention des sacs.

La roue hydraulique verticale en place, couverte d'un auvent en tuile plate, est une roue d'apparat.

Murscalcaire moellon enduit partiel
Toittuile plate
Étages1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit
Énergiesénergie hydraulique produite sur place roue hydraulique verticale
énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
État de conservationétablissement industriel désaffecté, restauré

Le moulin conserve une grande partie de ses mécanismes intérieurs (système d'entrainement, meules) ainsi qu'une turbine hydraulique.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesmachine de production, machine énergétique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 8 E 3319. Etude notariale de maître Jean Laurent Doray, Bretteville-sur-Laize. 1793.

    Acte de rétrocession des moulins de Charles Auguste Bonnet à Jean-Baptiste Planquette. 1er mars 1793.
  • AD Calvados. 14H 4503. Abbaye de Fécamp. Actes. Argences, moulins.

  • AD Calvados. 3P 2191. Argences. Etat de sections. 1827.

  • AD Calvados. 3P 2193. Argences. Matrice cadastrale des propriétés foncières bâties et non bâties. 1er vol. 1828-1913.

    Folio 32.
  • AD Calvados. 3P 2197. Argences. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

    Case 66.
  • AD Calvados. 3P 2198. Argences. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1911-1963.

    Case 57, 272.
  • AD Calvados. 923W 3. Reconstruction. Dossier n°6875. Argences. Marin Derniaux, meunier.

  • AD Calvados. S 1101. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. Argences.

  • AD Calvados. S 12850/2. Rivière de la Muance.

Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1977_008_009. Plan cadastral napoléonien. Argences. Section A1 du Bourg. 1826.

Bibliographie
  • ASSOCIATION DES AMIS DU MOULIN DE LA PORTE. Le Moulin de la Porte dans l’histoire d’Argences. Argences : Association des Amis du Moulin de la Porte, 2009. 22 p.

  • VILLE D'ARGENCES. Argences. Argences : Ville d'Argences, 1994. 157 p. ISBN 2-95008199-0-7.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.