Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à farine dit le moulin de Clinchamps, puis moulin à huile, actuellement maison

Dossier IA14001025 réalisé en 2010

Fiche

Appellationsmoulin de Clinchamps
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, bief de dérivation
Dénominationsmoulin à blé, moulin à huile
Aire d'étude et cantonCalvados - Bourguébus
Hydrographiesla Laize
AdresseCommune : Clinchamps-sur-Orne
Lieu-dit : Moulin de Clinchamps
Adresse : route du
Val de May
Cadastre : 1817 A 167 ; 2014 ZB 38

En 1817, le moulin de Clinchamps, dit d'origine seigneuriale, appartient à la veuve d'Auguste Cauvigny, domiciliée à Lasson. En 1853, Pierre Edouard Letellier "détruit de fond en comble son vieux moulin à blé pour le transformer en moulin à huile". Vers 1855, équipé d'une roue hydraulique (12 chevaux), le moulin à huile occupe 12 à 14 ouvriers. L'activité, discontinue, cesse en 1882. Le moulin est converti en maison vers 1911.

Période(s)Principale : Temps modernes , (?), , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1853, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Letellier Pierre Edouard
Letellier Pierre Edouard

Marchand de graines, commerçant et fabricant d'huile résidant à Caen (23 rue de Geôle).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, propriétaire attribution par source

L'atelier de fabrication, en moellons de calcaire et de schiste en partie enduits et couvert en ardoise, comprend un étage de soubassement et un étage carré surmonté d'un comble à surcroît. A la fin des années 1990, subsistaient, dans l'une des pièces de l'atelier (11 m sur 9,80 m), les poutres de chêne qui supportaient les mécanismes et, au sol, une rigole d'écoulement de l'huile. Le logement, à un étage carré surmonté d'un comble à surcroît et couvert en tuile plate, est accolé à l'atelier de fabrication. La cour est dallée de pavés de grès.

Toitardoise, tuile plate
Étagesétage de soubassement, 1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • AD Calvados. S 1110. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. C. Clinchamps : Moulin à foulon Lecordier, rivière de Laize (1854-1858).

    Règlement d'eau. Registre de l'enquête n°1. Ouvert le 10 octobre 1855 - Fermé le 31 octobre 1855.

    "Depuis deux ans bravant les ordres de l'administration et malgré toutes mes réclamations les choses sont restées dans le même état, ce qui tient l'eau a une hauteur diminuée dans mon canal de fuite de mon usine et paralyse la force motrice de la roue hydraulique de mon usine qui occupe douze à quatorze ouvriers tous les jours ..."

    signé Letellier."

    Lettre au Préfet du Calvados.

    dans la marge : 10 mai 1858 qui le double à l'ingénieur en chef pour être joint à la lettre du 10 décembre 1857.

    "Par une pétition du 11 février 1854, le soussigné (Hyacinthe Lecordier demeurant à Clinchamps) a eu l'honneur de solliciter l'autorisation de refaire à son moulin des travaux détruits par le temps. Il ignorait alors si son moulin avait été ou non reconnu mais pour le besoin d'un procès en débat devant le tribunal de Caen et jugé sur appel par la Cour, il lui vint à l'idée de faire des recherches aux archives de la préfecture et il lui arriva de ne trouver aucun dossier relatif à des usines à Clinchamps, où pourtant il en existe deux, son moulin à lui et celui de son voisin, Letellier qui emploie le premier le volume d'eau pris sur la Laize par un canal de dérivation : de là pour lui la nécessité de conclure que les deux moulins étaient dans le même cas, qu'ils étaient reconnus ni l'un ni l'autre. Letellier en 1853 n'en a pas moins pour cela détruit de fond en comble son vieux moulin à blé pour le transformer en moulin à huile. Tout à été refait à neuf jusqu'au coursier ; et qui atteste alors qu'il n'en a pas abaissé le niveau dans l'attente

    de reprendre la différence sur le moulin inférieur ?

    Il est incontestable que les deux moulins sont de création seigneuriale qu'il ont été mis primitivement dans des rapports qui ont leurs prescris de marcher pendant des siècles ; mais pourquoi Letellier s'est-il permis des changements de cette importance, sans les faire approuver par l'autorité qui remplace le pouvoir qui les a créés, lui qui ne permet pas au propriétaire inférieur de réparer une portion de chaussée emporté par la violence des .

    La cour, par son arrêt du 15 janvier 1858, en infirmant le jugement de première instance a servi à statuer sur le mode des réparations et sur le mode dont il serait usé de l'eau entre les deux moulins par le motif que la décision administrative réglerait les points de manière à satisfaire tous les intérêts engagés, aussi bien ceux particuliers que ceux généraux. Cette attente est juste sans doute, mais à une condition c'est que le tribunal administratif veuille bien s'occuper de ces points, car si sa décision ne doit porter que sur les mesures qui lui seront suggérées dans l'intérêt général, il n'aura été rien décidé sur les intérêts particuliers. En effet quel est au fond la position des deux moulins ? d'abord aucune n'est reconnue, puisque les archives ne tiennent aucun dossier qui y soit relatif, et cependant leur même origine leur dépendance mutuelle rendent difficilement praticable une reconnaissance isolée puisqu'ils sont mus par la même eau prise par un même canal de dérivation sur la Laize. En second lieu comment le moulin supérieur usera-t-il de l'eau où lui sera-t-il possible de n'ouvrir sa vanne active qu'au tiers, au quart, et de laisser perdre par les déversoirs l'eau qu'il n'emploie pas, ainsi qu'il l'a pratiqué si souvent ? En ce cas le moulin inférieur qui a raison de sa moindre chute a besoin de tout le moteur, n'est plus rien qu'autant qu'il plaira au maître de l'autre. Celui-ci pourra utiliser sa machine à moitié que celui-la ne fera rien de la sienne si le premier peut se dispenser de rendre par la vanne de côté la quantité d'eau qu'il n'utilise pas.

    Assurément s'il plait à l'administration de donner un règlement sur tous ces points, comme l'a pensé la Cour tous les intérêts y trouveront satisfaction : la haute intégrité de son chef les distinctions des ingénieurs à son service, tout autorise à l'espérer.

    Présenté le (sans date)."

  • AD Calvados. M 8636. Commerce et industrie, statistique industrielle. 1856-1861.

    "Moulins à huile

    2e contrôle de Caen

    Commune : Clinchamps-sur-Orne

    moulin : 1

    force motrice : hy 12"

  • Le Cinglais. Art de Basse-Normandie, n°80, numéro spécial, été 1980.

    p. 22 :

    "Moulin de Clinchamps. En schiste et calcaire sous enduit. Lucarne à fenêtre pendante accotée à une souche de cheminée au droit du mur gouttereau. Il subsiste l'arche abritant la sortie de la grande roue."

  • PONSOT, Philippe. A la découverte des moulins à huile de la Laize. Bretteville-sur-Laize : Val de Laize, [ca 1999], 12 p.

    p. 9 :

    "Moulin de Clinchamps, moulin à huile de 1855 à 1882. Isolé, dans le val de Clinchamps, près du confluent de la Laize et de l'Orne. Accessible par de petites routes, de May-sur-Orne, Laize-la-Ville ou Clinchamps.

    Moulin original :

    - bâtiments plus modestes et ne s'ordonnant pas autour d'une cour fermée,

    - roue non encagée dans le bâtiment du moulin

    - tardive conversion du moulin à grain en moulin à huile.

    Propriétaire - exploitant : Letellier, fabricant et négociant d'huile à Caen. L'usine à huile est une vaste pièce (11 x 9,80 m), qui abritait meules et presse ; à l'intérieur, subsistent un important bâti de poutres de chêne, qui soutenait les mécanismes, et, dans le dallage du sol, une rigole pour l'écoulement de l'huile. Aux étages, greniers. Accolée à l'usine et relativement modeste, la maison d'habitation précédée d'une cour aux pavés de grès."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 3P 3307. Clinchamps-sur-Orne. Etat de sections. 1817-1821.

  • AD Calvados. 3P 3308. Clinchamps-sur-Orne. Etat de sections. 1823.

  • AD Calvados. 3P 3309. Clinchamps-sur-Orne. Matrice cadastrale des propriétés foncières bâties et non bâties. 1er vol. (folio 1 - 571). 1823-1913.

  • AD Calvados. 3P 3312. Clinchamps-sur-Orne. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

  • AD Calvados. M 8636. Commerce et industrie, statistique industrielle. 1856-1861.

  • AD Calvados. M 8637. Commerce et industrie, statistique industrielle. 1861-1865.

    Administration des contributions directes. 1862.
  • AD Calvados. S 1110. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. C.

    Clinchamps : Moulin à foulon Lecordier, rivière de Laize (1854-1858).
  • AD Calvados. S 12923. Rivière de la Laize.

Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1928_090_091. Plan cadastral napoléonien. Clinchamps-sur-Orne. Section A du Val de Laize. [1812-1819].

Bibliographie
  • PONSOT, Philippe. A la découverte des moulins à huile de la Laize. Bretteville-sur-Laize : Val de Laize, [ca 1999]. 12 p.

  • PONSOT, Philippe. Bâtiments et équipements des usines à huile du Calvados, 1785-1883. In CONGRES RÉGIONAL DES SOCIÉTÉS HISTORIQUES ET ARCHÉOLOGIQUES DE NORMANDIE (1988 ; L’Aigle). L’homme et l’industrie en Normandie, du néolithique à nos jours. Alençon : Société Historique et Archéologique de l’Orne, 1990, p. 347-362.

  • PONSOT, Philippe. La fabrication de l’huile de colza dans la vallée de la Laize au XIXe siècle. Rapport 16. Caen : Université de Caen, 1985.

Périodiques
  • Le Cinglais. Art de Basse-Normandie, n°80, numéro spécial, été 1980.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.