Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à farine, dit le Grand Moulin, moulin à papier, puis filature de coton, puis minoterie

Dossier IA00000502 réalisé en 1986

Fiche

  • Minoterie, vue de l'est.
    Minoterie, vue de l'est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • bief de dérivation
    • bâtiment d'eau
    • transformateur
    • atelier de fabrication
    • silo
    • remise agricole
    • logement d'ouvriers
Précision dénominationfilature de coton
AppellationsGrand Moulin
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, bâtiment d'eau, transformateur, atelier de fabrication, silo, remise agricole, logement d'ouvriers
Dénominationsmoulin à farine, moulin à papier, filature, minoterie
Aire d'étude et cantonMorteaux-Couliboeuf - Morteaux-Couliboeuf
Hydrographiesla Dives
AdresseCommune : Crocy
Lieu-dit : le Moulin
Cadastre : 1824 D 246, 250 246 : moulin à blé et maison, 250 : moulin à papier ; 1972 ZE 147 ; 2014 ZE 147, 148 147 : minoterie, 148 : habitation.

Evolution historique du site :

Au début du XIXe siècle, le moulin à blé, dit le Grand Moulin (ancienne dépendance de l'abbaye de Saint-André-de-Gouffern), et le moulin à papier de Crocy, respectivement dotés d'une et de deux roues, sont en possession de Louis Labbey de La Roque. En 1826, un tournant est ajouté au moulin à blé pour animer une paire de meules à orge. Le moulin à papier, équipé de vingt-sept pilons, produit des papiers gris et blancs vendus à Falaise et Caen. En 1837, une partie des biens de Félix Labbey de La Roque, dont les deux moulins, est vendue par adjudication. Le moulin à blé revient à François Louvet, celui à papier à Charles Breton. Pierre Lardière, filateur à Falaise, se porte en 1847 acquéreur du moulin à papier, qu'il détruit deux ans plus tard pour faire construire une fabrique de tissu, elle-même démolie en 1853. L'année suivante, il établit une filature de coton à l'emplacement du moulin à blé. Réglementée par arrêté préfectoral du 13 novembre 1855, passée à Louis Lecherpy, associé à Jean Collin, vers 1859, à ses héritiers vers 1877, aux Frères Gallet, négociants à Flers (également propriétaires de la filature du hameau de Vitreseul, détruite) vers 1887, celle-ci est convertie en minoterie en 1901 par Thomas Legrix. Modifiée vers 1909, la minoterie de Crocy produit quotidiennement 70 quintaux de farine en 1918 (exploitant : Robinault), 65 en 1924 (exploitant : Fernand Guilbert). Sa capacité d'écrasement passe de 120 quintaux par jour en 1933 à 150 quintaux en 1936 (elle est alors en possession de Marcel Vauvrecy). L'activité cesse en 1983.

Machines :

En 1855, la filature est équipée d'une turbine hydraulique. Lecherpy et Collin sont autorisés quatre ans plus tard à installer une chaudière et une machine à vapeur d'une puissance de 20 CV et à construire une cheminée de 9 mètres de haut (réalisation attestée par iconographie, date portée et initiales C.-L. à la base de la cheminée). En 1869, ces deux moteurs mettent en mouvement deux batteurs, trente-deux cardes, trois laminoirs, six frotteurs, deux perroquets, dix métiers self-acting de 600 broches chacun (nombre de broches identique vers 1887).

En 1918, l'équipement de la minoterie est de marque française. Il comprend en 1936 une turbine hydraulique horizontale, 6 mètres d'appareils à cylindres de type broyeurs, 7,20 mètres de convertisseurs, 1,20 mètre de claqueurs, trois plansichters doubles et une bluterie centrifuge.

Personnel :

En 1828, le moulin à papier compte 8 ouvriers. En 1859, la filature emploie 40 ouvriers, 50 en 1870, une soixantaine vers 1887. La minoterie occupe 3 personnes en 1920, une dizaine en 1936.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1854, daté par source
1859, daté par source
1901, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Lardière Pierre propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Legrix Thomas Alzire propriétaire, commanditaire attribution par source

La minoterie, à 3 étages carrés en brique enduite, est couverte d'un toit à longs pans à croupe en ardoise. La pierre de taille calcaire encadre les ouvertures et souligne les chaînes d'angle. Une dépendance agricole, en rez-de-chaussée surmonté d'un étage de comble, construite en pan de bois et brique et couverte d'un toit à longs pans en ciment-amiante, a été convertie en habitation.

Dans l'atelier de fabrication sont conservés six appareils à cylindres, une bluterie, un sasseur, des filtres à airs, tous de marque Teisset-Rose-Brault (Paris-Poissy-Chartres), ainsi que deux plansichters de marque Lafon (Tours). Une partie de l'équipement a été déplacée de son emplacement d'origine. Deux turbines et leurs mécanismes de transmission sont en place.

Mursbrique enduit
calcaire
bois pan de bois
Toitardoise, ciment amiante en couverture
Étages3 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans pignon couvert
Escaliers
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • GALERON, Frédéric. Statistique de l’arrondissement de Falaise. Tome II. Falaise : Brée aîné, 1826-1829. 3 vol. + atlas : ill. ; in-8 et in-4. pp. 323-333. Commune de Crocy.

    "Deux rivières coulent sur la commune : la Dive, qui pénètre par ce pont pour la première fois dans le Calvados, et la Filaine, qui vient de Fourches. La Dive arrose les basses prairies et fait mouvoir deux moulins à blé offrant trois tournants, et un moulin à papier. [...] La papeterie de Crocy, dirigée par M. Isabelle, renferme vingt-sept pilons, occupe huit ouvriers, et produit des papiers gris et blancs qui se vendent à Falaise et à Caen. M. Brée l'aîné, de Falaise, en emploie, chaque année, plusieurs centaines de rames dans son imprimerie."

  • AD Calvados. S 1113. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. C. Crocy. Filature de Vitreseul. 1855-1883.

    Extrait Lettre des habitants de la commune de Crocy, en date du 23 décembre 1854.

    "Les habitants de la commune de Crocy, soussignés, ont l'honneur de vous exposer que le sieur Lardière a construit, tout récemment, et sans procéder à aucune information une filature qui leur cause les plus grands dommages

    [...]

    Voici la situation des lieux, telle qu'elle a existé pendant fort longtemps, et les changements qui ont été opérés depuis peu d'années, notamment depuis 1847.

    Sur le cours d'eau dont il est question, creusé de main d'homme, tant pour l'irrigation des prairies, que pour utiliser les pentes, il avait été construit trois usines, deux à blé et une à papier, le moulin de Vitreseul, le grand moulin et le moulin à papier.

    Il est facile de reconnaître, à la disposition du sol et aux travaux exécutés, que la pensée dominante de l'auteur commun était de ne pas nuire au village des cordiers et aux prairies : que pour lui les usines n'avaient qu'un intérêt secondaire.

    Aussi l'importance de chacune d'elle fut-elle réglée en raison de la force hydraulique dont on pouvait disposer sans causer de préjudice.

    La première, Vitreseul, qui se trouvait sur les bords de la Dives, fut construite à deux tournants.

    La deuxième, le grand moulin, placée à l'extrémité des prairies, le fut à un tournant seulement.

    Enfin le moulin à papier, qui avait le moins besoin de force motrice, fut construit tout près de ce dernier dans une position qui ne pouvait nuire aux fonds supérieurs.

    [...]

    En 1826, il fut ajouté au grand moulin un deuxième tournant, un moulin à orge. Mais sans rien changer au régime des eaux.

    [...]

    Les choses sont restées en cet état jusqu'en 1847 époque à laquelle M. Lardière s'était rendu propriétaire du moulin à papier, qu'il avait converti en fabrique de tissu. Depuis, ayant acheté le grand moulin, il a fait disparaître les deux usines qu'il a remplacées par une filature qui dispose d'un grand matériel, d'un mécanisme d'une force de résistance bien supérieure à celle du grand moulin."

    Extrait de lettre de Pierre Lardière au Préfet du département du Calvados, en date du 9 mars 1855.

    "Pierre Lardière, filateur, demeurant à Falaise, a l'honneur d'exposer : qu'il a fait construire en la demeure de Crocy, arrondissement de Falaise, sur l'emplacement de moulins à blé et à papier, dont l'existence se perdait dans la nuit des temps, une usine à filer les cotons ; qu'il n'a rien négligé pour mettre cette usine en rapport avec les progrès les plus avancés de ce genre d'industrie, et qu'il occupe, dans la contrée, une masse d'ouvriers qui sans cela, seraient sans travail et par conséquent dans la misère ;

    que pour prévenir les difficultés et pour ne pas s'exposer à faire d'énormes sacrifices en pure-perte, l'exposant, avant d'entreprendre l'établissement de son usine, appela tous les propriétaires riverains et bordiers du bief ou canal d'amenée de cette usine, et qu'aux dates des 9, 10, 11, 12, 13, 14 et 17 octobre 1850, 15 mars 1851 et 23 août 1852, il arrêta avec ceux-ci, au nombre de 27, devant maître Guesnon, alors notaire à Crocy, dont il était et est encore le maire, une transaction réglant les droits et les intérêts respectifs des parties, et constatant minutieusement, dans tout son parcours, l'état dudit bief ou canal qui, par l'article premier est reconnu et déclaré appartenir exclusivement à l'exposant."

    Extrait du rapport de l'ingénieur ordinaire, en date du 3 février 1855

    "Description de l'état des lieux : La nouvelle usine de M. Lardière à usage de filature de coton, remplace un ancien moulin à blé et à orge et un moulin à papier converti lui-même récemment en fabrique de tissus. Cette usine est construite sur un canal artificiel ouvert dans les terrains de la rive droite de la Dives, au-dessous d'un moulin à blé, dit de Vitreseul, placé à l'entrée de ce canal. Les eaux sont détournées à 1 504 mètres et ramenées à leur cours naturel à 282 mètres de l'axe d'une turbine qui sert de moteur à la filature. Le développement du canal de main d'homme est par conséquent de 1 786 mètres."

  • AD Calvados. 700 EDT 17/10. Crocy. Etablissement dangereux. Autorisation d'installation d'une machine à vapeur à MM. Collin et Lecherpy. 4 octobre 1859.

    Extrait du registre des actes de la Préfecture du département du Calvados.

    Le Préfet du département du Calvados, Chevalier de l'Ordre impérial de la Légion-d'Honneur,

    Vu La demande présentée le 5 mai 1859 par les sieurs Collin et Lecherpy, afin d'obtenir l'autorisation de faire usage d'une chaudière à vapeur et d'une machine à vapeur dans leur filature de coton sise à Crocy commune de Crocy

    Le plan des lieux et le dessin géométrique de la chaudière, le procès-verbal d'enquête de commodo et incommodo, ouvert le 1er juin 1859

    L'avis favorable de M. le Maire de Crocy en date du 20 juin 1859

    L'avis favorable de M. le Sous-Préfet de l'arrondissement de Falaise en date du 29 juin 1859

    Le rapport de l'Ingénieur des mines, en date du 29 septembre 1859

    L'ordonnance du 22 mai 1845 ;

    Les instructions ministérielles des 22 et 25 juillet 1843 ;

    ARRETE :

    Article Premier

    Les sieurs Collin et Lecherpy sont autorisés, sous les conditions ci-après, à faire usage, dans leur filature sise à Crocy, commune de Crocy

    1° D'une chaudière à vapeur de forme cylindrique avec 2 bouilleurs, un bouilleur alimentaire et d'une capacité de 7,093 mètres cubes ;

    2° D'une machine à vapeur dont la puissance est de 20 chevaux pour servir à mettre en mouvement les métiers de leur filature, les dits appareils ayant été éprouvés et timbrés pour une pression de 5 atmosphères 1/2.

    [...]

    Fait à Caen, le 4 octobre 1859."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 3P 3606. Crocy. Etat de sections. 1824.

  • AD Calvados. 3P 3607. Crocy. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1e vol (folio 1-576). 1824-1913.

    Folios 307, 310, 356-358, 346, 373, 384, 125, 162, 588, 379, augmentation/diminution.
  • AD Calvados. 3P 3611. Crocy. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

    Cases 112, 121.
  • AD Calvados. 700 EDT 14/2. Crocy. Déclarations de constructions nouvelles. 1901-1914.

  • AD Calvados. 700 EDT 17/10. Crocy. Etablissements dangereux... (chaudière à vapeur, citerne, dépôt d'explosifs). 1859-1956.

  • AD Calvados. 700 EDT 23/9. Crocy. Rivière de la Dives. Moulins : réglements d'eau, lit de la rivière. 1860-1899.

  • AD Calvados. M 7933. Subsistances. Contingentement des moulins, 1936-1937.

  • AD Calvados. M 8632. Statistiques générales de la France, incendies, sinistres agricoles, finances départementales, industrie minérale. 1852-1870.

    Ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics - Mines - Statistiques de l'industrie minérale - Tableau des établissements mettant en œuvre la laine et le coton - Année 1869.
  • AD Calvados. M 12 544. Moulins. 1933.

  • AD Calvados. S 1113. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. C.

    Crocy. Moulins Labbey de la Roque et Manoury sur la Dives. 1803-1828. Filature de Vitreseul. 1855-1883.
  • AD Calvados. S 12846. Bassin de la Dives. Moulins et usines.

    Filature, ancien moulin à papier.
  • AD Calvados. 3Z 240. Utilisation des machines à vapeur : circulaires, instructions (1825-1864), demandes d'autorisation (1835-1869). 1825-1869.

  • AD Calvados. 3Z 341. Autorisations ou interdictions de construction, plaintes, règlements d'eau, plans. Rivière de la Dives (1843-1911) et de la Laize (1844-1911).

  • AD Calvados. 3Z 381. Situation industrielle et commerciale. 1806-1924.

    Etat des manufactures. 1859-1860.
  • AD Calvados. 3Z 382. Situation industrielle et commerciale. Rapports et états divers. 1834, 1854-1861.

  • AD Calvados. 3Z 383. Situation industrielle et commerciale. Rapports divers. 1862-1874.

Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1959_062_063. Plan cadastral napoléonien. Crocy. Section D1 de la rue des Cordeliers. [1813].

Bibliographie
  • BOURREY. Monographie communale, Crocy. [s.d.] [ca 1887].

  • GAILLON, Claude. Crocy, ses moulins… leur histoire. [Caen : C. Gaillon, 1996].

  • GALERON, Frédéric. Statistique de l’arrondissement de Falaise. Tome II. Falaise : Brée aîné, 1826-1829. 3 vol. + atlas : ill. ; in-8 et in-4.

    pp. 323-333. Commune de Crocy.
  • MINISTERE DE LA GUERRE, COMITE CONSULTATIF D'ACTION ECONOMIQUE DE LA 3e REGION, SOUS-COMITE DU CALVADOS ; SCHEIKEVITCH, Antoine. Enquête sur la situation des industries dans le département du Calvados. Premier volume. Caen : Henri Delesques, Imprimeur-Editeur, 1918. XXI-370 p.

Périodiques
  • LECHAUDE D'ANISY, Amédée-Louis. Extrait des chartes, et autres actes normands ou anglo-normands, qui se trouvent dans les archives du Calvados. Vol. 2. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 1835, tome VIII. 555 p.

  • Publicité de l'adjudication des biens d'Olivier-Félix Labbey de Laroque. Pays-d'Auge, supplément du n°1, 31 août 1837.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.