Logo ={0} - Retour à l'accueil

moulin à blé et filature de lin, puis filature de lin, puis laiterie industrielle, puis chocolaterie, actuellement cidrerie distillerie

Dossier IA14000778 réalisé en 1992

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationfilature de lin
Destinationslaiterie industrielle, chocolaterie, cidrerie, distillerie
Parties constituantes non étudiéescanal, bâtiment d'eau, atelier de fabrication, salle des machines, remise, chai, pont bascule, citerne, château, logement d'ouvriers, conciergerie
Dénominationsmoulin à blé, filature
Aire d'étude et cantonCalvados - Pont-l'Evêque
Hydrographiesla Touques
AdresseCommune : Le Breuil-en-Auge
Lieu-dit : Château du Breuil
Cadastre : 1832 A 43, 46 ; 1988 A1 30 à 42

Le moulin à blé est attesté au 17e siècle. Il est reconstruit en 1836 par Chauvel, en même temps qu'une filature de lin. Ces deux établissements sont réglementés par ordonnance royale du 12 février 1838, révisée par arrêté préfectoral du 25 juin 1857. La filature est inactive vers 1920. Le moulin à blé est converti en filature de lin par Antoine Séraphin vers 1866, elle-même transformée en fromagerie vers 1900 par Blondel. Un atelier de scierie, aujourd'hui disparu, est attesté en 1918 par iconographie : il comprenait en 1920 quatre hangars industriels construits rive gauche du canal d'amenée du moulin. La fromagerie cesse son activité en 1925, au profit d'une chocolaterie établie par Schaal. Les bâtiments sont acquis en 1946 par Saffrey pour y installer une cidrerie-distillerie, exploitée après 1954 et jusqu'en 1982 par la société Bizouart. L'établissement a été acquis en 1987 par le groupe suisse Diwisa, spécialisé dans la production de spiritueux et d'eaux-de-vie de fruits. Moulin à blé équipé d'une roue hydraulique animant cinq paires de meules en 1838. Turbine hydraulique, générateur et chaudière de 4, 5 CV pour chauffage de l'eau et séchage, 14 métiers et 112 broches attestés en 1918. Deux appareils de distillation en place, provenant des établissements Prulho (Cognac). 85 ouvriers en 1844, dont 40 femmes et 15 enfants, environ 22 employés en 1995.

Période(s)Principale : 17e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle , (détruit)
Dates1836, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Atelier de fabrication (1), à usage de moulin à blé, à cinq étages carrés surmontés d'un étage de comble, en brique, couvert de tôle ondulée, flanqué de deux bâtiments, l'un à usage de bâtiment d'eau, à un étage carré en brique, couverts d'ardoise. Salle abritant les machines à distiller en rez-de-chaussée en brique, couverte de tuile mécanique. Atelier de fabrication (2), à usage de filature, à deux étages carrés surmontés d'un étage de comble, en brique, couvert d'ardoise. Remises en brique, couvertes d'ardoise. Un logement à un étage carré en brique et essentage d'ardoise, couvert d'ardoise. Un autre ensemble de logements en brique et enduit partiel, à un étage carré ou un étage carré surmonté d'un étage de comble, à toits à longs pans, à croupe ou à demi-croupe en ardoise. Conciergerie en rez-de-chaussée, enduit et pan de bois, à toit à croupe et à demi-croupe en ardoise. Château (parties 16e et 17e siècles) à un étage carré surmonté d'un étage de comble, en brique, calcaire et pan de bois, à toit à croupe en tuile plate. Chais installés en rez-de-chaussée du moulin à blé et dans les dépendances du château. Les façades et toitures du château et de ses dépendances, la porte d'entrée et les douves ont été inscrites sur l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques par arrêté du 9 septembre 1933.

Mursbrique
calcaire
brique essentage d'ardoise
brique enduit partiel
calcaire pan de bois
Toittôle ondulée, ardoise, tuile mécanique, tuile plate
Étages5 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
Statut de la propriétépropriété privée
Éléments remarquablesatelier de fabrication, machine de production (étudiée dans la base Palissy)
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.