Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les maisons du chemin de halage du Landin et de Barneville-sur-Seine

Dossier IA27002846 réalisé en 2018
Aires d'étudesPays du Roumois
Dénominationsmaison
AdresseCommune : Barneville-sur-Seine
Lieu-dit : Le Gouffre Les Briqueteries
AdresseCommune : Le Landin
Adresse : quai, de Jumièges, quai de la Foulerie

Jusqu’à la Révolution, le chemin de halage, allant du passage d’Heurteauville à celui de La Roche, est une sente étroite ne laissant passer qu’une petite charrette. La vicomté de l’eau impose aux riverains une servitude de halage visant à maintenir le long des berges un chemin de 24 pieds de large (soit environ 8 mètres) pour permettre aux haleurs et à leurs chevaux de tirer les bateaux. Lors de ses inspections, la vicomté de l’eau constate régulièrement le mauvais état du chemin et tient les habitants pour responsables de sa dégradation. L’exiguïté du passage au pied de la falaise les contraint à le consolider avec les moyens du bord, le plus souvent avec les pierres tombant des côtes ou avec les résidus des briqueteries. Au milieu du XIXe siècle, les Ponts et Chaussées tentent d’établir un chemin plus stable et plus large en expropriant les riverains. À cet effet, ils remettent en activité les anciennes carrières du Landin. Le nouveau chemin, entretenu par les Ponts-et-Chaussées, est réservé aux chevaux tirant les bateaux et interdit aux voitures particulières qui risquent de l’endommager.

Désaffecté à la fin du XIXe siècle, après la fermeture des dernières briqueteries, et détérioré par son manque d’entretien, le chemin de halage est aujourd’hui un itinéraire de promenade bucolique, bien que son statut particulier soit souvent ignoré. L’association de défense des berges de Seine veille en effet à la préservation de ce chemin privé tout en maintenant une servitude de passage.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : milieu 19e siècle

Les maisons qui s’égrènent le long du bord de Seine sont de deux types. Les plus anciennes, reconnaissables à la mise en œuvre de leurs matériaux (bois, pierre de taille, silex, brique), servaient d’habitation aux tuiliers et briquetiers installés sur les quais ou aux arboriculteurs qui entretenaient les arbres fruitiers. Ces « cours à fruits », plantées de pommiers, de cerisiers, de pruniers ou de noyers, bénéficient du microclimat spécifique de la vallée de la Seine, tout comme les vergers des conihouts (parcelles en lanières) de la boucle de Jumièges qui leur font face, sur la Route des fruits. Certaines parcelles plantées sont accompagnées de petits bâtiments servant de celliers, de fruitiers ou de pressoirs pour la transformation ou la conservation des fruits. Les maisons plus récentes et plus fonctionnelles ont été construites postérieurement à l’endiguement de la Seine avec des matériaux extraits à cette occasion. Contrairement aux précédentes, elles sont alignées sur le chemin de halage.

Toitsardoise
Mursbrique
bois pan de bois
calcaire pierre de taille
calcaire moellon
silex
Décompte des œuvresrepérées 13

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Eure, Série EDT, 39 EDT 19. Barneville-sur-Seine.

    Travaux divers ; navigation et régimes des eaux.
  • AD Eure. Série P ; Sous-série 3 P : 3P6 453 : état des sections du Landin (1827).

  • AD Eure. Série P ; Sous-série 3 P : 3P7 589 : matrices cadastrales du Landin (1829-1915).

  • AD Eure. Série P ; Sous-série 3 P : 3P6 45 : état des sections de Barneville-sur-Seine (1827).

  • AD Eure. Série P ; Sous-série 3 P : 3P7 60 : matrices cadastrales de Barneville-sur-Seine (1829-1915).

(c) Parc naturel Régional des Boucles de la Seine Normande (c) Parc naturel Régional des Boucles de la Seine Normande ; (c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Pottier Gaëlle
Pottier Gaëlle

Chercheuse associée au Parc naturel des Boucles de la Seine Normande depuis 2014, en charge de l'inventaire du patrimoine bâti et des éléments de paysage associés.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.