Logo ={0} - Retour à l'accueil

laminoir et martinet des Fonderies de Romilly, puis taillanderie Soubeyran puis Vergez-Blanchard dite usine de Bétille

Dossier IA27002681 réalisé en 2016
Précision dénominationlaminoir de cuivre
laminoir de laiton
Appellationsusine de Bétille
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, atelier de fabrication, vanne
Dénominationslaminoir, martinet, usine de taillanderie
Aire d'étude et cantonbassin hydrographique de l'Andelle - Romilly-sur-Andelle
Hydrographiesbief de dérivation l'Andelle
AdresseCommune : Romilly-sur-Andelle
Lieu-dit : Le grand Moulin
Adresse : 11 chemin
de la Taillanderie
Cadastre : 1835 B 761 ; 2019 AE 90, 133, 137, 139, 140, 175, 185, 211, 228, 306, 315, 317, 321 à 330, 346, 347 La multiplication des parcelles rend compte du morcellement de l'usine au cours du XXe siècle.

L’usine de Bétille est construite en 1823 par la société des Fonderies de Romilly à l’emplacement de deux moulins à blé (mentionnés dans un aveu de 1485) reconvertis au foulage des draps au XVIe siècle, qu’elle a racheté en 1810 pour la somme de 54 000 F à la famille Lancelevée. C’est après l'usine de Perpignan, celle des Ponts et celle de Besle la quatrième unité de production créée par la société.

L’usine est dédiée à la transformation du cuivre et du laiton et comprend à l’origine un double laminoir et plusieurs martinets entraînés par 3 grandes roues hydrauliques. Comme les autres unités de production qui constituent les Fonderies de Romilly, elle est réglementée par l'ordonnance royale de 22 janvier 1843.

Les moteurs hydrauliques en place sont complétés par une machine à vapeur dont l'installation est autorisée par l'arrêté Préfectoral du 18 décembre 1860. Cette machine à vapeur d'une puissance de 10 CV est destinée à faire marcher les outils de martelage.

En 1896, lorsque les Fonderies de Romilly sont définitivement fermées, l’usine de Bétille est rachetée par Adrien Soubeyran (1857- 1929). Ce polytechnicien, ingénieur de l’Ecole des Mines, fait le projet d’y transférer l’usine d’outillage Blanchard et Cie établie à Paris, dans laquelle il a des parts. Le choix de la vallée de l’Andelle et de la commune de Romilly-sur-Andelle s’explique à la fois par la présence de sites industriels vacants, parfaitement adaptés à l’activité métallurgique étant donné leur fonction antérieure, par l’énergie hydraulique disponible et par la proximité de la capitale. Le transfert de l’activité de la taillanderie dans l’usine de Bétille est véritablement effectué en 1900. Toutes les machines sont déménagées à Romily-sur-Andelle et une partie du personnel suit le mouvement. Mais pour conserver le marché des artisans d’art parisiens, les bureaux et magasins sont maintenus à Paris.

La taillanderie Soubeyran est mise en service en 1901 sans qu'aucun changement n'ait été apporté à la configuration des bâtiments. Elle démarre avec un effectif de 50 ouvriers et propose une large gamme d’outils de métiers destinés notamment aux artisans du cuir (sellier, bourreliers, corroyeurs, cordonniers…) mais aussi aux tapissiers, carrossiers... L’entreprise reçoit de multiples récompenses pour la qualité de sa production. Médaille d’or aux expositions universelles de paris de 1878 et 1889, elle obtient en 1900 le grand prix à l’exposition universelle de Paris. Fort de son succès, Adrien Soubeyran rachète en 1910 l'entreprise et la marque Vergez. Peu après son installation à Romilly-sur-Andelle, Adrien Soubeyran remplace la roue hydraulique de l’usine de Bétille par une turbine Francis dont la puissance, bien supérieure, permet de développer de façon conséquente la capacité de production de son usine.

En 1919, Adrien Soubeyran, fonde la société Soubeyran-Chavanne et Cie pour assurer, avec son fils et son gendre, l’exploitation de l’entreprise. Après une période faste où l’effectif atteint 100 personnes (en 1923), l’entreprise décline progressivement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et fait faillite au milieu des années 1980. L’usine échappe à la fermeture définitive grâce à un ancien salarié, Guy Meslin qui relève le défi et reprend l’affaire sous le nom Vergez-Blanchard, en référence aux deux grandes marques d’origine. Jusqu’en 1986, l’énergie hydraulique est utilisée pour faire mouvoir les machines, complétée par l’électricité dans les années 1970.

En 1993, l’usine de Bétille, trop vétuste est abandonnée et la taillanderie est transférée dans des locaux plus fonctionnels construits à 150 m de l’ancien site. Les nouveau bâtiments sont des hangars sans intérêt architectural mais les techniques de production et savoir-faire restent inchangées : certaines machines installées au début du XXe siècle sont encore utilisées aujourd’hui. C’est le cas du marteau pilon et du martinet Bradley (modèle déposé en 1870) fabriqué en 1910 à New-York. L’entreprise montre ainsi sa volonté de perpétuer une production d’outils haut de gamme basée sur la maîtrise des techniques traditionnelles.

En 2000, l’usine de Bétille à l’abandon depuis 1993 est détruite, à l’exception d’une grande halle aujourd’hui en cours de reconversion en logement.

La taillanderie Vergez-Blanchard emploie aujourd’hui une quinzaine de personnes très qualifiées qui assure toutes les étapes de fabrication, de l’étampage au polissage du métal. Tous les outils sont réalisés à la main, à partir d'aciers de haute qualité forgés sur place. Ce savoir-faire confère aux outils une qualité de coupe, une prise en main, une résistance et une esthétique qui font leur succès auprès des professionnels et gens de métier les plus pointus et exigeants. Grâce à sa production de qualité, la taillanderie Vergez-Blanchard jouit aujourd’hui d’une renommée internationale, ce que confirme la part croissante des exportations.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates1823, daté par source
1860, daté par source
1993, daté par source
Auteur(s)Personnalité : société des Fonderies de Romilly commanditaire, propriétaire attribution par source
Personnalité : Soubeyran Adrien
Soubeyran Adrien (1857 - 1929)

Polytechnicien et ingénieur de l’école des Mines.

Fondateur de la taillanderie Soubeyran à Romilly-sur-Andelle en 1901.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source
Personnalité : société Soubeyran-Chavanne et Cie
société Soubeyran-Chavanne et Cie

Entreprise de taillanderie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source
Personnalité : Meslin Guy
Meslin Guy

Directeur et PDG de la taillanderie Vergez-Blanchard.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : société Vergez-Blanchard
société Vergez-Blanchard

Société de taillanderie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source

L'usine de Bétille était composée de plusieurs ateliers, de type grande halle, construits en rez-de-chaussée, à cheval sur un bras dérivé de l'Andelle. Cette configuration leur permettait de recevoir des équipements lourds ou des fours dédiés au travail des métaux. L'usine est désaffectée en 1993 et en grande partie détruite, lorsque l'activité de taillanderie (hommes et machines) est transférée dans un bâtiment en parpaing et tôle ondulée édifié à proximité. Ne subsiste aujourd'hui de l'usine primitive qu'un atelier en brique de plain-pied et vaste hauteur sous toiture, de type halle, qui est en cours de restauration pour devenir un logement et la turbine hydraulique Francis en état de marche qui l'alimentait en énergie.

Mursbrique
Toitardoise
Étagesen rez-de-chaussée
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
lanterneau
Énergiesénergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
énergie thermique produite sur place
État de conservationdétruit, remanié
Statut de la propriétépropriété d'une société privée
Éléments remarquablesmachine énergétique (étudiée dans la base Palissy)

Annexes

  • Détail des sources.

    Terrier de Romilly, descriptif des propriétés, 1775-1777.

    Le Terrier de Romilly dressé en 1775 et complété en 1777, nous permet par la mention des actes concernant chaque moulin de les suivre dans le temps.

    -le site de Bétille comprend 2 moulins d’abord à usage de la mouture du blé puis reconverti au foulage des draps (propriétés de Louis Baptiste Lancelevée pour l’un et de Charles et Michel Lancelevée pour l’autre) : 1er mention : aveu de 1485

    AD Seine-Maritime. Terrier 244, Romily.

    Situation en 1810 :

    Achat du 2e moulin de Bétille pour la somme de 54 000 F

    AN. F 14 1308, dossier Romilly.

    Pétition par MM. les propriétaires des Fonderies de Romilly, 1823.

    Demandant l’autorisation de changer la destination de deux moulins à foulon dits de Bétille qui leur appartiennent en les convertissant en usine propre à travailler le cuivre.

    AD Eure. 18 S 53.

    Rapport du Capitaine Morin sur la Reconnaissance d’itinéraire (routier) de Rouen à Paris, 1825.

    L’établissement (Fonderies de Romilly) renferme 4 chutes d’eau de 40 à 44 pouces de hauteur chacune entre lesquelles sont réparties de la manière suivante les diverses machines auxquelles elles donnent le mouvement.

    La troisième chute (de Bétille) fait mouvoir 3 grandes roues qui donnent l’impulsion à deux cylindres et à une grosse cisaille. Cet atelier sert pour le laminage du cuivre jaune et du cuivre rouge. On vient d’y établir en outre 5 martinets pour la confection des chaudrons de cuivre jaune.

    Archives de l’Armée – Vincennes

    Cadastre Napoléonien, Romilly, 1834.

    Section : B

    N° du plan : 761

    Lieu-dit : Le grand moulin

    Édifice : Usine

    Propriétaire : Fonderies de Romilly

    Revenu : 4500 f

    Obs : réduction de l’usine en 1887, elle appartient alors à la société Létrange – elle appartient à Adrien Hubert Soubeyran en 1904.

    AD Eure. 3 PL 685.

    Plan du moulin de Bétille et de la tréfilerie appartenant aux Fonderies pour la reconstruction du barrage de retenue des eaux du moulin de Bétille, 24 aout 1838.

    AD Eure. 18 S 53.

    Arrêté préfectoral, 24 février 1842.

    Autorisant la société des Fonderies de Romilly à maintenir en activité les 8 usines qu’elle possède, dont l'usine de Bétille.

    AD Eure. 19 S 2.

    Ordonnance royale, 22 janvier 1843.

    Titre en vertu duquel la société anonyme des Fonderies de Romilly est autorisée à maintenir en activité les 8 usines qu’elle possède dans la commune, dont l'usine de Bétille.

    AD Eure. 18 S 53.

    AD Eure. 19 S 2.

    Arrêté présidentiel, 24 septembre 1850.

    Modifiant l’article 5 de l’ordonnance royale du 22 janvier 1843 : nouveau règlement du système hydraulique de l’usine des Ponts, portant à 8 m le canal de fuite du moulin de Bétille, portant à 4 m le fossé de coutume servant de canal de fuite au moulin de la Nation…

    AD Eure. 18 S 53.

    Arrêté Préfectoral, 18 décembre 1860.

    Autorisant MM. Letrange et Cie à faire usage dans leurs Fonderies d’une machine à vapeur locomobile de 6 CV destinée à faire marcher un four à vent, à transporter dans l’atelier dit du marteau neuf une des chaudières à vapeur autorisée par l’arrêté du 5 janvier 1856 qui devait être placée dans l’atelier de la fonderie rouge et à faire usage d’une machine à vapeur de 10 CV destinée à faire marcher les outils de martelage.

    AD Eure. 5 M 310.

    Situation 1896 :

    A cette date la société Létrange et Cie à mis en vente les différentes usines que regroupaient les fonderies de Romilly et celles-ci sont devenues propriétés de 5 industriels ayant des intérêts opposés. L’usine Bétille est rachetée par MM. Soubeyran et Meyer.

    AD Eure. 18 S 53.

    Pétition de M. Soubeyran, propriétaire de l’usine de Bétille, 26 mars 1900.

    Demandant l’autorisation de reconstruire les vannages de décharge de cette usine et à les élargir. L’usine de Bétille, réglementée par l’ordonnance royale du 22 janvier 1843 qui fixait à 5,50 m la largeur du vannage de décharge et à 1,32 m la hauteur du seuil au-dessous du niveau du repère.

    AD Eure. 18 S 53.

    Arrêté préfectoral, 28 mai 1900.

    Autorisant MM. Soubeyran et Meyer à reconstruire les vannages de décharge de l’usine de Bétille.

    AD Eure. 18 S 53.

    Plan de situation de l’usine de Bétille, 3 juin 1901.

    AD Eure. 19 S 2.

    Lettre à l’ingénieur en chef de Pont & Chaussées, 24 mai 1911.

    Simonin Blanchard et Cie est propriétaire de l’usine de Bétille à Romilly, fonctionnant comme manufacture d’outils pour sellier, carrossier, bourreliers, corroyeurs, cordonniers, tapissiers.. Médaille d’or aux expositions universelles de paris de 1878 et 1889. Grand prix à l’exposition universelle de Paris de 1900.

    AD Eure. 18 S 8.

    Plan général des usines de Romilly-sur-Andelle, 1/2000e, 22 mars 1912.

    Plan détail des usines de Romilly-sur-Andelle, 22 mars 1912.

    AD Eure. 18 S 53.

    Plan de situation des usines des deux Amants, de Bétille et des Ponts sur l’Andelle et du moulin de la Nation sur une dérivation, 19 juillet 1913

    AD Eure. 19 S 2.

    Enquête industrielle 1923 (en vue du n° spécial de l’Illustration économique).

    Taillanderie, laminage de cuivre, Romilly-sur-Andelle : 100 ouvriers

    AD Eure. 9 M 4.

    Arrêté préfectoral, 17 juillet 1926.

    Autorisant MM. Soubeyran et Chavannes, propriétaires de l’usine de Betille, après entente avec la société Briffault propriétaire de l’usine des Ponts située en aval, à procéder à l’élargissement et l’approfondissent de la rivière.

    AD Eure. 18 S 8.

    Plan de situation, 17 juillet 1926.

    AD Eure. 18 S 8.

    Enquête 1926.

    Titre en vertu duquel l’usine est autorisée : Ordonnance préfectorale 22 janvier 1843. Concessionnaire : société Soubeyran-Chavanne. Hauteur de chute : 1,15 m. Puissance brute : 34 kw

    AD Eure. 1 J 465.

    Plan masse des établissements Soubeyran, 1/200e, 1971

    AD Eure. 18 W 272.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Seine-Maritime. Terrier 244, Romily.

    Descriptif des propriétés, 1775-1777.
  • AN. Série F. Sous-série F 14 : F 14 1308. Travaux publics. Dossier Romilly.

    Situation en 1810.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan d’une partie de la rivière avec les deux moulins à foulon de Bétille, 3 octobre 1819.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Pétition par MM. les propriétaires des Fonderies de Romilly, 1823.
  • Archives de l’Armée. Vincennes. Rapport du Capitaine Morin sur la Reconnaissance d’itinéraire (routier) de Rouen à Paris, 1825.

    Reconnaissance d’itinéraire (routier) de Rouen à Paris, 1825.
  • AD Eure. 3 PL 685. Cadastre Napoléonien, Romilly, 1834.

    Section : B. Parcelle : 761.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan du moulin Bétille et de la tréfilerie appartenant aux Fonderies de Romilly pour la reconstruction du barrage de retenue des eaux du moulin Bétille, 24 aout 1838.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Arrêté préfectoral, 24 février 1842.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Ordonnance royale, 22 janvier 1843.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Ordonnance royale, 22 janvier 1843.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan partiel des usines appartenant à la société anonyme des Fonderies de Romilly, 5 janvier 1850.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Arrêté présidentiel, 24 septembre 1850.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 310. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Arrêté préfectoral, 18 décembre 1860.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan des usines des Fonderies appartenant à MM. Letrange et Cie et des transformations projetées, 1/2500, 26 décembre 1888.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Situation en 1896.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Pétition de M. Soubeyran, propriétaire de l’usine de Bétille, 26 mars 1900.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Arrêté préfectoral, 28 mai 1900.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Plan de situation de l’usine de Bétille, 3 juin 1901.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 18 S : 18 S 8. Andelle - Police Fluviale 1813-1939, affaires diverses.

    Lettre à l’ingénieur en chef de Pont et Chaussées, 24 mai 1911.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan général des usines de Romilly-sur-Andelle, 1/2000e, 22 mars 1912.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 53. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Romilly-sur-Andelle.

    Plan détail des usines de Romilly-sur-Andelle, 22 mars 1912.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Plan de situation de l’usine des Ponts et de l’usine de Bétille, 22 mars 1912.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Plan de situation des usines des deux Amants, de Bétille et des Ponts sur l’Andelle et du moulin de la Nation sur une dérivation, 19 juillet 1913.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 9 M : 9 M 4. Enquêtes administratives et industrielles (1884-1926).

    Taillanderie, laminage de cuivre, Romilly : 100 ouvriers.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 18 S : 18 S 8. Andelle - Police Fluviale 1813-1939, affaires diverses.

    Arrêté préfectoral, 17 juillet 1926.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 18 S : 18 S 8. Andelle - Police Fluviale 1813-1939, affaires diverses.

    Plan de situation, 17 juillet 1926.
  • AD Eure. Série J ; Sous-série 1 J : 1 J 465. État récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31/12/1926 dans l’Eure.

    Concessionnaire : Soubeyran-Chavanne
  • AD Eure. Série W ; Sous-série 18 W : 18 W 272. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Romilly-sur-Andelle.

    Plan masse des établissements Soubeyran, 1/200e, 1971.
Bibliographie
  • CATHERINE, Éric. Balade au fil de l'eau. À la rencontre des moulins. Filatures et fonderies de la vallée de l'Andelle. Éditions Mémoires et Cultures, 2009. 143 p.

    p. 126-129
  • BIENVENU, Michel. Romilly : la taillanderie. A la recherche des temps perdus, bulletin n°9, 2017.

    p. 41-46
  • SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU BASSIN DE L'ANDELLE. Plan Pluriannuel de Restauration et d'Entretien de l'Andelle et de ses affluents 2015-2019. 369 p.

    A3 Usine du Bétille - ROE 534-535

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Real Emmanuelle
Real Emmanuelle

Chargée de recherches à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Haute-Normandie, puis de Normandie, depuis 1992. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.