Logo ={0} - Retour à l'accueil

hôtel particulier dit hôtel Lebuhotel actuellement sous-préfecture

Dossier IA50001404 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationhôtel particulier
Appellationshôtel Lebuhotel
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationshôtel, sous-préfecture
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : 106 rue
Emmanuel Liais
Cadastre : 1826 C 537 ; 2008 BD 351

La construction de cet hôtel particulier en bordure de l'ancienne rue du Chantier, actuelle rue Emmanuel Liais, remonte au début du XIXe siècle. Édifiée à l'initiative d'Alexandre Lebuhotel, négociant en vins et conseiller municipal de Cherbourg, la demeure est acquise le 8 septembre 1839 par l’État moyennant 75000 francs or afin d'y loger définitivement le sous-préfet. Ce dernier était autrefois installé au 90 rue Emmanuel Liais, dans la demeure d'Auguste Asselin, premier sous-préfet de Cherbourg, puis, à partir de 1835, rue des Corderies (actuelle rue François Lavieille).

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle

L'ancien hôtel Le Buhotel se présente comme un bâtiment de plan rectangulaire implanté entre une cour, à l'est, et un vaste jardin à l'ouest. Le corps de logis, d'une grande sobriété, comprend un rez-de-chaussée sur cave pourvu d'une porte d'entrée précédée par un petit escalier en granite à quatre volées, un étage carré dont la porte-fenêtre centrale placée dans l'axe de la porte d'entrée est équipée d'un garde-corps en fer forgé, et un étage de comble. Le rez-de-chaussée et le premier étage sont éclairés par des fenêtres rectangulaires dont le chambranle est souligné par un appareillage de pierre, l'étage de comble par cinq lucarnes placées dans l'axe des baies inférieures. La distribution intérieure reste fidèle aux modèles de la fin de l'Ancien Régime. Au rez-de-chaussée, le corps de logis double en profondeur est occupé par des pièces de réception rectangulaires en enfilade et séparées par un corridor (grande et petite salle à manger, grand et petit salon). Sur la droite du vestibule, le grand escalier tournant, appuyé contre la cage d'escalier, conduit ensuite au premier étage, entièrement dévolu à la vie privée, occupé par cinq chambres principales communicantes. Les bureaux et les services de la sous-préfecture sont logés aujourd'hui dans les bâtiments construits sur rue en 1961.

Mursschiste
calcaire
enduit
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans
Techniquesmenuiserie
ferronnerie
Représentationsornement architectural ordre ionique
Précision représentations

Les murs de la grande salle à manger et du petit salon côté jardin ont conservé leur lambris. Ces derniers sont articulés par des pilastres ioniques qui découpent les longs côtés de chaque pièce en quatre travées.

Cet hôtel appartient à la catégorie des hôtels disposés entre cour et jardin, assez rare à Cherbourg, mais dont on retrouve des exemples dès le XVIIe siècle (hôtel de Garantot, 12 à 16 rue Tour Carrée ; IA50001450), au XVIIIe siècle (hôtel de Gouberville, 22 rue François Lavieille ; IA50001454) ainsi que jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle (hôtel Séhier, 23-25 rue Guillaume Fouace ; IA50001536).

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.