Logo ={0} - Retour à l'accueil

filature de lin, puis usine de petite métallurgie

Dossier IA14000890 réalisé en 1991

Fiche

Précision dénominationfilature de lin
Parties constituantes non étudiéescanal, atelier de fabrication, chaufferie, bureau, hangar industriel, logement, logement d'ouvriers, stationnement
Dénominationsfilature, usine de petite métallurgie
Aire d'étude et cantonCalvados - Mézidon-Canon
Hydrographiesla Touques
AdresseCommune : Saint-Germain-de-Livet
Lieu-dit : La Fabrique
Cadastre : 1983 A1 90, 105, 512 à 521 ; 1983 A2 500

La filature de lin est construite entre 1824 et 1845 sur le site d'un moulin à foulon. Réglementée par décret du 10 janvier 1849, elle comprenait alors atelier de fabrication, peignerie et hangar industriel. De nouveaux règlements sont prononcés le 24 mars 1863 et le 4 avril 1878. Possédée en 1877 par Méry Samson, Jean Samson et Fleuriot, elle comprenait atelier de filature, peignerie, magasin, buanderie, forge, hangar à charbon, gazomètre, chambre de la turbine, bureau, logements du directeur et du concierge. Le matériel de l'usine est démonté en 1921 par Laniel (qui exploite l'usine depuis 1896) et transporté à son tissage de Beuvillers (voir dossier : usine de blanchiment ; tissage de lin, chemin de l'Usine). L'usine de Saint-Germain passe alors à la société commerciale Regnard-Wicart, devenue en 1928 S. A. de tissage et blanchissage de Lisieux. Partiellement démolie en 1922, objet de reconstructions vers 1938, elle est acquise et restaurée en 1947 par les établissements Tirlet et affectée à la production de claies métalliques pour les fromages. La production se diversifie en 1954, avec la fabrication de matériel d'équipement de magasins et de bureaux. Energies vapeur et hydraulique attestées en 1858. Turbine hydraulique de 25 HP et machine à vapeur de 350 HP en 1918. En 1846, la filature consommait 66 000 kg de lin, provenant de Bernay, Pont-Audemer, Le Havre et des Flandres. Huit métiers et 12 machines à filer attestées en 1846. Trois mille broches en 1915. 62 ouvriers en 1846, 124 ouvriers en 1917, 112 ouvriers en 1918, 16 ouvriers en 1947. 375 employés en 1962, 310 employés en 1972, 278 employés en 1989.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

En 1962, la superficie couverte de l'usine était de 4000 m2. La superficie totale était de 14 390 m2 en 1972, dont 7918 m2 couverts et 2400 m2 de stockage. Ateliers de fabrication en rez-de-chaussée, en brique, couverts de sheds en tuile mécanique et verre. Chaufferie, abritant aujourd'hui un transformateur, à un étage carré en brique, à toit à croupe en ardoise. Bureau à un étage carré enduit, à toit à longs pans à pignon couvert et à croupe en ardoise. Hangars industriels en béton aggloméré ou brique creuse, couverts de métal. Un logement d'ouvriers à deux étages carrés en brique, à toit à longs pans en ardoise, avec remise en rez-de-chaussée et comble à surcroît, en moellons de calcaire et brique, à toit à croupe en ardoise. Un ensemble de logements d'ouvriers (section A1, parcelles 512 à 519 du cadastre actuel) en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît, en moellons de calcaire enduits, à toit à longs pans en ardoise. Un logement (section A1, parcelle 520 du cadastre actuel) à un étage carré surmonté d'un étage de comble, en brique, à toit à croupe en ardoise. Un autre logement (section A1, parcelle 90 du cadastre actuel) à un étage carré en brique, à toit à longs pans en ardoise.

Mursbrique
brique creuse
calcaire
enduit
béton aggloméré
moellon
Toittuile mécanique, verre en couverture, ardoise, ciment amiante en couverture, métal en couverture
Étages2 étages carrés, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
croupe
Énergiesénergie hydraulique
énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
achetée
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • SOCIETE DES PLANS MONUMENTAUX DE FRANCE. Nouveau plan de Lisieux monumental, industriel et commercial. Indicateur des principaux établissements industriels et des monuments publics de Lisieux et ses environs. Paris, Dufrénoy, 1896. (AD Calvados. CPL 208).

Périodiques
  • Du bambou au fil soudé, près de Saint-Germain-de-livet, les établissements Tirlet. La revue géographique et industrielle de France. Plon, Meaux, 1962.

    p. 118-119

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.