Logo ={0} - Retour à l'accueil

filature de lin, puis usine de petit matériel électrique

Dossier IA14000823 réalisé en 1991

Fiche

Précision dénominationfilature de lin
Destinationsusine de petit matériel électrique
Parties constituantes non étudiéeschaufferie, salle des machines, atelier de fabrication, magasin industriel, logement d'ouvriers, école professionnelle, cour
Dénominationsfilature
Aire d'étude et cantonCalvados - Lisieux
AdresseCommune : Lisieux
Adresse : 11 rue d'
Orival
Cadastre : 1983 AK 112, 118, 206, 455, 456, 492, 494, 495 ; 1983 AI 57, 58

La filature d'Orival est construite en 1860 par Burel, ingénieur à Rouen, pour Jean Fournet, sur l'ancienne commune de Saint-Jacques, rattachée à Lisieux en 1875. Abritant plus de 300 métiers, pourvue d'une machine à vapeur et d'une cheminée de 56 mètres de haut, elle est partiellement détruite par incendie le 20 décembre 1861. Reconstruite, elle est augmentée d'une peignerie vers 1865. De nouveaux agrandissements sont signalés vers 1867. En 1876, l'usine est possédée par le sénateur Paul Duchesne-Fournet. Louée de 1894 à 1903 à Henri Laniel, elle est acquise en 1905 par Jean et Chrétien Mommers, locataires d'une autre usine située rue Rose Harel (voir dossier : usine textile, 20-22 rue Rose Harel) est exploitée de 1910 à 1921 par la S.N.C. Jean et Chrétien Mommers, puis par la S.A. des établissements Jean et Chrétien Mommers. Au lendemain de la Seconde Guerre, l'établissement comprenait atelier de tissage, salle des machines, pièce de lavage des laines, magasin industriel, atelier de réparation, caveau et buanderie (construits avant 1900), carderie et magasins aux chiffons (1910), salle des étuves (1911), chaufferie, teinturerie, bureaux et magasins (1914), scierie (1920), pièce de séchage (1929) et atelier de filature (1930). Après cessation d'activité en 1954, les bâtiments sont occupés par l'entreprise Wonder en 1962 et affectés à la production de piles salines, accumulateurs et sonneries électriques. Toute activité industrielle cesse définitivement sur le site en 1985. Il subsiste les ateliers de tissage et de filature, la chaufferie, la salle des machines, un ensemble de logements d'ouvriers et l'école professionnelle. 77 métiers, 2100 broches et 24 machines à fouler en 1922. 50 métiers, 2280 broches et 10 machines à fouler en 1937, 59 métiers, 3400 broches et 10 machines à fouler en 1950. 300 ouvriers en 1899, 12 apprêteurs et 6 teinturiers en 1913, 6 apprêteurs et 5 teinturiers en 1919, 15 apprêteurs et 5 teinturiers en 1950. Environ 800 employés à l'usine Wonder en 1975, 626 employés en 1978, 498 employés en 1980, 244 employés en 1985.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates1860, daté par source, daté par travaux historiques
1910, daté par source
1911, daté par source
1914, daté par source
1920, daté par source
1929, daté par source
1930, daté par source
Auteur(s)Auteur : Burel ingénieur attribution par source

Depuis 1916, le site était desservi par embranchement ferroviaire. Atelier de fabrication du tissage à deux étages carrés en brique, couvert de sheds en verre et tuile mécanique. Atelier de fabrication abritant la filature en rez-de-chaussée, en brique, couvert de sheds en tuile mécanique et verre. Chaufferie et salle des machines à un étage carré, en brique, à toit en terrasse. Un premier ensemble de logements d'ouvriers (21, 23b rue d'Orival) à deux étages carrés surmontés d'un étage de comble, en brique, à toit à croupe en ardoise. Un second ensemble de logement (13 à 15 rue d'Orival) à un étage carré surmonté d'un étage de comble, en brique, à toit à longs pans en ardoise. Ecole technique (23c rue d'Orival) , restaurée, à un étage carré surmonté d'un étage de comble, en brique et essentage de tuile, à toit à croupe en ardoise.

Mursbrique
essentage de tuile
Toittuile mécanique, verre en couverture, ardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couverturesterrasse
toit à longs pans
shed
pignon couvert
croupe
Énergiesénergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
État de conservationétablissement industriel désaffecté

L'usine d'Orival offre un témoignage intéressant de l'ancienne activité textile à Lisieux.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquableschaufferie, salle des machines, atelier de fabrication, logement d'ouvriers

Références documentaires

Bibliographie
  • SOCIETE DES PLANS MONUMENTAUX DE FRANCE. Nouveau plan de Lisieux monumental, industriel et commercial. Indicateur des principaux établissements industriels et des monuments publics de Lisieux et ses environs. Paris, Dufrénoy, 1896. (AD Calvados. CPL 208).

Périodiques
  • L'Illustration Economique et Financière, 1925, p. 44.

  • L'Illustration Economique et Financière, 1925, p. 45.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.