Logo ={0} - Retour à l'accueil

filature de coton, puis minoterie, puis tissage mécanique

Dossier IA14005693 réalisé en 2011

Fiche

Précision dénominationfilature de coton
tissage mécanique
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement
Dénominationsfilature, minoterie, tissage
Aire d'étude et cantonCalvados - Falaise-Nord
Hydrographiesle Noireau
AdresseCommune : Pont-d'Ouilly
Lieu-dit : la Potiche, Saint-Marc-d'Ouilly
Cadastre : 1829 C 849 ; 1947 G 849 ; 2009 ZK 38, 39, 41, 42, 43
Précisionsanciennement commune de Saint-Marc-d'Ouilly

Jean Charles Vendel, maire de Cahan, demande en 1825 l'autorisation d'établir une filature de coton au lieu-dit la Potiche sur la commune de Saint-Marc-d'Ouilly. L'année suivante, un atelier de fabrication de 20 m de long sur 13 m de large est en place. Il le revend dès 1827 aux frères Edouard et Félix Fournier. L'usine est réglementée par ordonnance royale du 21 octobre 1827. Claude Roger s'en porte acquéreur en 1833 et l'équipe trois ans plus tard, en complément de la roue hydraulique, d'une machine à vapeur d'une puissance de 10 CV installée par Saulnier (Paris) et de chaudières Duresne (Paris). Agrandie vers 1852 et pourvue d'une nouvelle machine à vapeur par arrêté du 4 octobre 1859, la filature de la Potiche occupe plus de 130 ouvriers en 1860. Equipée entre autres de deux batteurs, de quarante-deux cardes, de cinq bancs d'étirage et de vingt-huit métiers mule-jennys comptant plus de 9 600 broches en 1869, elle connaît des difficultés alors que viennent d'être construits deux logements, l'un de maître, l'autre de gardien. Repris par Nérou, Dumont et Robillard vers 1873 et loués à Edouard Legendre, les bâtiments sont convertis en minoterie. Incendiée le 9 septembre 1878, celle-ci est transformée en 1880 en tissage mécanique par les frères Pernelle, qui y font travailler plus de 300 personnes. Un nouvel incendie se déclare le 9 juillet 1894. Les Pernelle cèderont l'établissement à leurs associés peu de temps après.

En 1916, Hurtrel et Faure, industriels d'Armentières (Nord), y entreprennent la production de toiles au moyen de machines de marque anglaise. Après une période de chômage, l'usine est reprise sous le nom de société des Tissages de la Pautiche, fondée le 2 février 1928 par Pierre Leportier. Elle emploie 48 personnes au moment de sa fermeture, en juillet 1961. En 1965, les locaux sont utilisés par la SIMA (société industrie de mécanique d'ameublement) pour la fabrication de sièges et d'ameublement, deux ans plus tard par la société Jacoplex, qui occupe 18 personnes en 1972. Celle-ci ferme en 1975 suite à un incendie. La municipalité de Pont-d'Ouilly acquiert le site en 1986, qu'elle reconvertit en gîte.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1826, daté par source

Les bâtiments de l'usine sont organisés autour d'une cour rectangulaire. L'atelier de fabrication, en rez-de-chaussée en schiste partiellement enduit, est couvert de sheds dissimulés en façade par un exhaussement des murs. Face à lui, le logement (à l'origine à deux étages carrés) couvert d'un toit à longs pans à croupe en ardoise présente trois travées en schiste. La brique souligne l'encadrement des baies et les chaînages d'angles des ateliers, le granite ceux du logement.

Mursschiste
brique
granite
Toitardoise, tuile mécanique, tôle ondulée
Étagesrez-de-chaussée, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesshed
appentis
toit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • MINISTERE DE LA GUERRE, COMITE CONSULTATIF D'ACTION ECONOMIQUE DE LA 3e REGION, SOUS-COMITE DU CALVADOS ; SCHEIKEVITCH, Antoine. Enquête sur la situation des industries dans le département du Calvados. Premier volume. Caen : Henri Delesques, Imprimeur-Editeur, 1918. XXI-370 p. p. 315.

    "Les établissements de MM. Hurtrel et Faure ont été fondés en 1916 à Condé-sur-Noireau et à Pont-d’Ouilly pour le tissage de toiles de lin et de lin et coton. MM. Hurtrel et Faure, industriels du Nord, exploitaient avant la guerre à Armentières un des plus anciens tissages de la région où ils faisaient travailler 350 métiers.

    Les articles fabriqués dans les usines de MM. Hurtrel et Faure, à Condé-sur-Noireau et à Pont-d’Ouilly, sont des toiles de tentes, des toiles à bâches, des toiles pour draps de lit et pour matelas. Les matières premières employées sont le lin, les étoupes et le coton, achetés actuellement là où on peut s’en procurer, en France, en Angleterre, en Italie.

    L’outillage mécanique des usines de Condé-sur-Noireau et de Pont-d’Ouilly est moderne, de construction anglaise. La maison dispose de 200 métiers à tisser. Son outillage est actionné, à l’usine de Condé-sur-Noireau, par une machine à vapeur de 175 H.P. toute neuve, de construction française moderne. Pour l’usine de Pont-d’Ouilly, une turbine pour l’utilisation de la force hydraulique a été commandée, mais n’a pas encore été livrée. Une dynamo est installée à l’usine de Condé-sur-Noireau pour la production de la lumière électrique.

    La fabrication s’élève actuellement à 30 000 mètres de tissus par semaine et pourra atteindre 50 000 lorsque l’usine de Pont-d’Ouilly aura été mise en marche. Actuellement, les produits de la maison sont principalement destinés aux besoins de la Défense Nationale.

    Le personnel se compose de 400 ouvriers et ouvrières, presque tous réfugiés du Nord. Ce personnel, dont les meubles ont pu être sauvés et transportés d’Armentières, a été logé par les soins de la maison dans des locaux disponibles, assez nombreux à Condé-sur-Noireau."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. F 6491. Don de documents des Archives départementales de l’Isère à celles du Calvados.

    Fournier acquéreurs de Vendel. Saint-Marc-d’Ouilly, vente d’un établissement hydraulique, le 8 mai 1827.
  • AD Calvados. M 4291. Hygiène publique, établissements insalubres, tableaux trimestriels demandés, 1845-1869.

  • AD Calvados. M 8614. Statistiques industrielles, industrie, bulletins. 1840-1846.

  • AD Calvados. M 8630. Statistiques, machines, bateaux à vapeur, circulaires, instruction, visites et états des établissements. 1845-1849.

  • AD Calvados. M 8632. Statistiques générales de la France, incendies, sinistres agricoles, finances départementales, industrie minérale. 1852-1870.

    Tableau des établissements mettant en oeuvre la laine et le coton. 1869.
  • AD Calvados. M 8636. Commerce et industrie, statistique industrielle. 1856-1861.

  • AD Calvados. S 1131. Moulins et usines. Arrondissement de Caen. S.

    Saint-Marc-d'Ouilly. Usine Vendel. 1825-1827.
  • AD Calvados. S 12927. Rivière du Noireau.

    Saint-Marc-d'Ouilly. Usine Vendel-Roger.
  • AD Calvados. 3Z 381. Situation industrielle et commerciale. 1806-1924.

    Etats des industries existant dans l'arrondissement de Falaise (1920).
Documents figurés
  • AD Calvados. 3P 1972_064_065. Plan cadastral napoléonien. Saint-Marc-d’Ouilly. Section C2 de Pont-d’Ouilly. 1828.

Bibliographie
  • DUPRE, Philippe. Les industriels du Calvados et la vapeur, 1749-1865. In De l'hydraulique à la vapeur, XVIIIe-XIXe siècles. (Cahiers des Annales de Normandie ; n°25), Caen : Musée de Normandie, 1993, p. 35-124.

  • MINISTERE DE LA GUERRE, COMITE CONSULTATIF D'ACTION ECONOMIQUE DE LA 3e REGION, SOUS-COMITE DU CALVADOS ; SCHEIKEVITCH, Antoine. Enquête sur la situation des industries dans le département du Calvados. Premier volume. Caen : Henri Delesques, Imprimeur-Editeur, 1918. XXI-370 p.

    p. 315.
  • VERRIER, Jean-Claude. Histoire de Pont-d’Ouilly, d’une rive à l’autre. Cully : Orep Editions, 2003, 464 p. ISBN 2-912925-42-8.

  • Annuaire technique régional – Calvados. Saint-Brieuc : Imprimerie Moderne, 1972.

    B 315 - Jacoplex.
Périodiques
  • Annonce de la vente de l'usine de la Potiche par suite d'expropriation forcée. Journal de Condé et de l'arrondissement de Vire, dimanche 15 décembre 1868.

  • Annonce de la vente de tout ce qui reste des machines et du mobilier industriel de la filature de la Potiche. Journal de Condé et de l'arrondissement de Vire, dimanche 17 mars 1872.

  • A Pont-d'Ouilly, une fabrique de meubles détruite par le feu. Nouvelles de Falaise, vendredi 8 août 1975.

  • Saint-Marc-d'Ouilly. Incendie de la filature Pernelle. Journal de Condé et de l'arrondissement de Vire, dimanche 15 juillet 1894.

  • Saint-Marc-d'Ouilly. Incendie de la minoterie. Journal de Condé et de l'arrondissement de Vire, dimanche 15 septembre 1878.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.