Logo ={0} - Retour à l'accueil

ensemble de 5 hôtels particuliers dit hôtels Courtignon et hôtel Geufroy, actuellement établissement administratif

Dossier IA50001507 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationhôtel particulier
Parties constituantes non étudiéescour
Dénominationshôtel, établissement administratif
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : 24, 26, 28, 30, 32 place
Napoléon
Cadastre : 2008 BC 335, 336, 337, 338, 339

Cet ensemble est construit en 1862 (date portée). Les quatre hôtels particuliers situés 24, 26, 30, 32 place Napoléon ont été construits à l'initiative d'un entrepreneur, alors domicilié au 100 rue Emmanuel Liais, Alexandre Courtignon. Celui situé au n° du 28 est l’œuvre de l'architecte de la ville François-Dominique Geufroy, qui y réside jusqu'à sa mort en 1874. La réalisation de ces cinq édifices est contemporaine de l'aménagement de la place Napoléon.

Comme de nombreux autres demeures du quartier, les quatre hôtels bâtis à l'initiative de l'entrepreneur Courtignon sont occupés, dès 1863, par des familles d’officiers : les Ducrest de Villeneuve au n°24, dont le chef de famille Alexandre fut successivement capitaine de navire, major général et contre-amiral ; le lieutenant-colonel Grébus et le lieutenant de vaisseau Domieu avec son épouse et ses trois enfants au n°26 ; le général commandant du département de la Manche Ernest de Maudhuy au n°30 ; la famille Mabon de Beaulieu puis Gigault de Crisenoy au n°32. L'ensemble des bâtiments est occupé désormais par les bureaux de la Communauté Urbaine de Cherbourg.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1862, porte la date
Auteur(s)Auteur : Geufroy François-Dominique
Geufroy François-Dominique (1823 - 1874)

Né à Elbeuf-sur-Andelle (Seine-Maritime) le 3 octobre 1823, mort à Cherbourg (Manche) le 23 juillet 1874. Geufroy étudie l'architecture à l’École des beaux-arts de Paris. Nommé architecte municipal de Cherbourg en 1851, il est notamment l’auteur de l’hôpital Louis Pasteur, de l’église Saint-Clément, des flèches de l’église Notre-Dame du Vœu, du piédestal de la statue équestre de Napoléon et intervient sur la restauration de l’église de la Trinité. Chevalier de la Légion d’honneur en 1867, il réalise l’année suivante l’hôpital Saint-Léon de Bayonne (1864-1867).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal attribution par source, attribution par travaux historiques

Implantés en bordure de la place, les cinq bâtiments présentent une même élévation, à l'exception de celui situé au numéro 28, dont la façade est traitée en bossage. Les hôtels situés aux numéros 24, 26, 30 et 32, construits en brique et pierre, comprennent un rez-de-chaussée sur cave, deux étages carrés dont la séparation est soulignée par des bandeaux moulurés et un étage de comble couvert par un toit à pans brisés. Les trois premiers niveaux sont percés de baies rectangulaires dont l'encadrement est souligné par des chaînes de pierres harpées. L'étage de comble, placé au-dessus d'une corniche à modillons, est éclairé par une série de lucarnes en forme d’œil-de-bœuf, couronnées tantôt par un fronton ondulé, tantôt par des frontons brisés. Au numéro 28, l'hôtel Geufroy se distingue des quatre autres constructions par sa façade en pierre traitée entièrement en bossage. Il comprend un rez-de-chaussée sur cave pourvu de deux fenêtres rectangulaires et d'une porte d'entrée latérale, deux étages carrés éclairés par une grande baie centrale de forme cintrée, et un étage de comble éclairé par une lucarne géminée. La superposition des baies le long d'un même axe, du premier étage jusqu'à l'étage de comble, donne à la façade de l'édifice un accent vertical qui tranche avec l'horizontalité de ses voisines.

Mursschiste moellon
brique
granite pierre de taille
calcaire pierre de taille
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans brisés
Techniquessculpture
Représentationsornement figuré mascaron ornement animal lion ornement géométrique feston guirlande urne
Précision représentations

A chaque niveau, au 24, 26, 30 et 32, les plates-bandes sont ornées de motifs décoratifs : clés en volute au rez-de-chaussée, mascarons encadrés de guirlandes qui alternent avec un cartouche central au premier étage, festons au second étage. Au 28, la baie du premier étage, précédée à l'origine par un imposant balcon dont le garde-corps a disparu, est couronnée par un fronton ondulé et encadrée par deux niches renfermant des urnes posées sur de hauts piédestaux. Au second étage, celle-ci est surmontée par une simple moulure horizontale et entourée par deux ouvertures rectangulaires dont les plates-bandes sont ornées d'une guirlande. L'étage de comble est éclairé par une lucarne géminée, couronnée par un fronton de forme cintrée.

Cette série de 5 hôtels particuliers appartient à la catégorie des hôtels de style éclectique, inspirés par l'architecture des XVIe et XVIIe siècles. On en retrouve d'autres exemples au 18 de la même place (hôtel Vautier, IA50001507), au 38, 40 rue du Val de Saire (hôtel Duhommet, IA50001581) et au 64 rue du Val de Saire (hôtel Leclerc, IA50001600).

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.