Logo ={0} - Retour à l'accueil

carrière souterraine de "Pierre Caen" de la Maison Le Boucher et James, puis de l'Exploitation des carrières du Calvados E. James, puis carrière et briqueterie de Jean-Baptiste Fouquet, puis Société anonyme des anciens établissements J.B. Fouquet, puis Société anonyme Docks Fouquet, puis magasin de commerce

Dossier IA14000997 réalisé en 2009

Fiche

Précision dénominationcarrière souterraine de "Pierre Caen"
AppellationsMaison Le Boucher & James , Exploitation des carrières du Calvados E. James, Jean-Baptiste Fouquet, Société anonyme des anciens établissements J.B. Fouquet, Société anonyme Docks Fouquet
Dénominationscarrière souterraine, briqueterie, magasin de commerce
Aire d'étude et cantonCalvados - Caen-8
AdresseCommune : Fleury-sur-Orne
Adresse : route d'
Harcourt
Cadastre : 2014 AN 59, 61

Les carrières d'Allemagne, nom porté par la commune de Fleury-sur-Orne jusqu'en 1917, sont exploitées pour la taille de dalles de pavage dès la période médiévale. A l'est de cet ensemble, Jules Le Boucher et Edouard James font valoir vers 1885 l'une de ces carrières. Dix ans plus tard, Edouard James en est le seul détenteur et fonde la Société des carrières du Calvados. Celle-ci est reprise par Jean-Baptiste Fouquet vers 1908. La pierre y est extraite sur une hauteur de quatre à six mètres, à l'aide de marteaux et d'aiguilles. Elle est évacuée dans des wagonnets tirés par des chevaux soit par une tirée (longue pente douce creusée dans la roche), soit par l'un des deux puits ou encore par une troisième excavation. A cette activité s'ajoute la production de chaux, grâce à l'implantation de deux fours vers 1895, augmentés de deux autres vers 1912. La chaux est notamment utilisée sur place au sein d'un atelier de briqueterie pour la fabrication de briques silico-calcaire. L'entreprise emploie cent personnes en 1914. A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les carrières servent de refuge aux habitants des alentours. Les bâtiments endommagés par les combats sont remis en état sous la direction de l'architecte Henri Le Boullanger. L'extraction de pierre à bâtir, en déclin pendant l'Entre-deux-guerres, est reprise lors de la Reconstruction, sous la direction de Hy puis de L'Orphelin. Elle s'arrête en 1952 en raison de fissures dans le massif rocheux et d'infiltrations d'eau régulières. De 1953 à la fin des années 1960, où elle ferme définitivement, la carrière n'est plus exploitée que pour produire des moellons de calcaire obtenus à l'explosif, destinés aux soubassements de maisons particulières. Suite aux fusions et rachats de la société Docks Fouquet (créée en 1927), le site devient propriété de la société Point P, qui en arrête l'usage au milieu des années 1980. Les bâtiments abandonnés se sont progressivement détériorés et ont été en grande partie détruits.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Le Boullanger Henri architecte attribution par source
Personnalité : James Edouard propriétaire attribution par source
Personnalité : Le Boucher Jules propriétaire attribution par source
Personnalité : Fouquet Jean-Baptiste

Les carrières de Fleury-sur-Orne, dont la plupart ont été exploitées au 19e siècle, s'étendent en sous-sol sur plusieurs dizaines d'hectares. Accessible par une tirée, la carrière valorisée par les Fouquet, située à l'est des anciennes galeries, a été exploitée selon la technique des chambres et piliers (ici tournés réguliers). La hauteur de plafond de 4 à 6 mètres en moyenne peut atteindre les 10 mètres. Certains rails de transport sont en place. Chaussures, couverts, peignes... attestent de l'occupation du site pendant de la Deuxième Guerre mondiale.

Des bâtiments d'exploitation situés en surface ne subsistent que les vestiges d'une forge et quatre fours à chaux.

État de conservationétablissement industriel désaffecté, menacé
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 824 EDT 26/12. Fleury-sur-Orne. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes (dépôt d'essence, poudre noire). 1929-1936.

    Déclaration d'installation d'un réservoir souterrain pour liquide inflammables de 1ère catégorie aux Docks Fouquet. 17 juillet 1929 (présence d'un plan).
  • AD Calvados. F 4274. Dossiers d'Henri Le Boullanger, architecte. Client : Docks Fouquet.

  • AD Calvados. F 4288. Dossiers d'Henri Le Boullanger, architecte. Client : Docks Fouquet, dommage de guerre.

  • AD Calvados. 3P 4091. Fleury-sur-Orne (anciennement Allemagne). Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

    Cases 200, 93, 91, 265.
  • AD Calvados. 3P 4092. Fleury-sur-Orne (anciennement Allemagne). Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1911-1961.

    Cases 56, 126, 127, 224, 225, 226, 237.
  • AD Calvados. S 1306. Carrières. Affaires générales. Arrondissement de Caen.

  • Collection particulière, Dutour. Documents publicitaires et photographies des Etablissements Jean-Baptiste Fouquet. 20e siècle.

Bibliographie
  • ASSOCIATION FRANCAISE POUR L'AVANCEMENT DES SCIENCES. Caen et le Calvados : actes de la 23e session, août 1894. Caen : Imprimerie Ch. Valin, 1894. 642 p.

    p. 339.
  • DUJARDIN, Laurent. Carrières de pierre en Normandie : Contribution à l'étude historique et archéologique des carrières de pierre à bâtir à Caen (Calvados) et en Normandie aux époques médiévale et moderne. [S.l.] : [s.n.], 1998. 3 vol. (712 f.). Thèse de doctorat : Histoire : Caen : 1998.

  • DUJARDIN, Laurent. Fours à chaux et à ciment en France. In Fours à chaux en Europe, documents présentés à l’occasion de l’exposition présentée au Musée de la Maffle du 4 juin au 30 septembre, fasc. 6, 1994. pp. 92-101.

  • DUJARDIN, Laurent, BUTAYE, Damien. Les réfugiés dans les carrières pendant la bataille de Caen, juin-juillet 1944. Rennes : Editions Ouest-France, 2009. 143 p.

  • GOSSET, André, LECOMTE, Paul. Caen pendant la bataille. Caen : Ozanne et Cie, 1946.

    p. 225.
  • HAMON, Jean-François. L’homme et les roches dans le Calvados, XIXe-XXe siècles. Mém. de maîtrise : UFR d'histoire, Université de Caen : 1999. 340 p.

  • MEIGNAN, Christian. 2 siècles d'entreprises normandes. Bayeux : Orep Editions, 2013. 215 p.

  • MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS. Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889 : recherches statistiques et expériences sur les matériaux de construction. Paris : Librairie polytechnique Baudry et Cie, 1890. [1]-VII-321 p.

    p. 41-42.
  • NICOLAS, Auguste. Le Calvados agricole et industriel, Caen et la Basse-Normandie. Caen : L. Jouan éditeur ; Paris : H. Dunod et E. Pinat, 1918. 223 p.

  • OFFICE NATIONAL DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. Brevet d'invention : procédé et outillage de tranchage mécanique de la pierre de taille et autres matières similaires, dans la masse sur carrières par M. Jean-Baptiste Fouquet, délivré le 6 octobre 1916. 5 p.

Périodiques
  • DUJARDIN, Laurent. Les carrières de Pierre de Caen. Patrimoine normand, n°7, février-mars 1996, pp. 30-41.

  • GOSSELIN, L. Communication consacrée à la pierre de Caen dans l’histoire. Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, Tome LVII, années 1963-1964. Caen : Société des Antiquaires de Normandie, 1965.

  • Bâtir, n° spécial Le Calvados, mai 1963, n°121.

    p. 100 : Carrière d'Allemagne.
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.