Logo ={0} - Retour à l'accueil

carrière de grès quartzite à ciel ouvert de la Société des Carrières de Bretagne et de Normandie, actuellement de la Société des Carrières de Vignats

Dossier IA14005696 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénominationcarrière de grès quartzite à ciel ouvert
AppellationsSociété des Carrières de Bretagne et de Normandie, Société des Carrières de Vignats
Parties constituantes non étudiéesexcavation, aire de concassage, atelier de fabrication, pont bascule, bureau, cantine, voie ferrée, bassin de décantation
Dénominationscarrière
Aire d'étude et cantonCalvados - Morteaux-Couliboeuf
AdresseCommune : Vignats
Lieu-dit : Carrière de la Meilleraie
Cadastre : 2013 ZA 29, 30, 31, 79, 83 Commune de Vignats (Calvados) ; 2014 ZB 33, 34, 37, 50, 60, 61, 62, 65, 66, 67, 68, 69, 73, 74, 75, 80, 81, 108, 109 Commune de Vignats (Calvados) ; 1985 A 9, 10, 299, 300, 349, 361, Commune de Brieux (Orne) ; 1985 ZA 90, 209, 123 Commune de Brieux (Orne)
Précisionsoeuvre située en partie sur la commune Brieux
oeuvre située en partie sur le département Orne

Louis Grandury, Paul Grieu et Albert Bouvet sont à l'origine en 1923 de la Société des carrières de Bretagne et de Normandie, qui ouvre alors la carrière de grès pour empierrement de Vignats. La société compte également les sites d'Etavaux à Saint-André-de-Fontenay et de Bully dans le Calvados, de Guichen et de Pléchâtel en Ille-et-Vilaine, de Saint-Jean-sur-Mayenne et de Pré-en-Pail en Mayenne, et de Corgnac-sur-l'Isle en Dordogne. Entre 1925 et 1947, la carrière est dotée de hangars, d'une presse à agglomérés, d'une voie ferrée, d'un silo (entreprise Etterlé, Caen), d'un concasseur, d'une centrale électrique, d'un réfectoire et de logements d'ouvriers. Passé à la société anonyme des carrières de la Meilleraie, puis au groupe Redland granulats Nord, le site est repris en 1999 par la "Société des carrières de Vignats" (filiale de la société Basaltes), également propriétaire des sites de Perrières (Calvados) et de Fontaineriant (Orne). La production, passée de 200 000 tonnes en 1955 à 1 500 000 en 1972, atteint les 2 000 000 dans les années 2010. L'autorisation d'exploitation a été renouvelée en 2001 pour une durée de 30 ans, accompagnée d'une extension de périmètre vers le Sud. Pour assurer l'agrandissement des fronts de taille, un nouvel embranchement ferroviaire est aménagé en 2013-2014 avec l'installation d'un convoyeur de 700 mètres de long.

L'abattage du front de taille est réalisé par tirs de mines, 10 000 à 30 000 tonnes de roches étant détachées à chaque opération. Déversés dans des dumpers par une chargeuse à godet, les blocs sont conduits vers l'installation de concassage primaire, comprenant deux étapes de concassage et un criblage ; une partie du produit est alors dirigée par un système "by-pass" vers une unité de production 0/D de tout venant. Se succèdent ensuite une installation secondaire, avec crible et concasseur giratoire, et une installation tertiaire comptant six concasseurs giratoires et six cribles, disposés en deux lignes parallèles pour une division des gravillons en sept classes. L'essentiel de la production passe au sein d'une installation de lavage. Allant du sable (0/2) au ballast (31,5/50), cinquante produits sont obtenus au terme des différentes étapes de concassage, répartis selon leur calibre dans les aires de stockage au moyen d'un stacker à flèches. La production est ensuite chargée dans les camions des clients ou acheminée par voie ferroviaire, ce dernier mode de distribution représentant 20 à 25% de la production livrée en 2012. Parmi sa clientèle, constituée principalement d'entreprises de travaux publics locales, la carrière compte également Réseau Ferré de France, à qui elle fournit de la pierre à ballast, notamment pour les voies LGV (lignes grandes vitesses).

La carrière emploie 80 personnes en 1972, 63 en 2001, 65 en 2012, 59 en 2015.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1923, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Société anonyme des carrières de Bretagne et de Normandie
Société anonyme des carrières de Bretagne et de Normandie
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source
Personnalité : Société anonyme des carrières de la Meilleraie
Société anonyme des carrières de la Meilleraie
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source
Personnalité : Redland granulats Nord propriétaire attribution par travaux historiques
Personnalité : Société des carrières de Vignats
Société des carrières de Vignats
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source

A cheval sur les communes de Vignats (Calvados) et de Brieux (Orne), la carrière, établie sur un gisement de grès quartzite armoricain d'âge primaire, s'étend sur 180 hectares. Sa partie nord-est est en fin d'exploitation. La mise en valeur actuelle s'effectue sur 100 mètres de profondeur en sept paliers. De nouveaux fronts sont ouverts sur la partie sud-ouest, récupérée sur les anciennes installations ferroviaires. Les machines-outils sont soit en extérieur, soit protégées par un essentage de tôle supporté par des pans de fer, comme l'installation tertiaire (hall de concassage et criblerie). Un plateau ferroviaire relie la carrière à la voie Caen-Argentan.

Murspan de fer essentage de tôle
Statut de la propriétépropriété d'une société privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 288 EDT 11/1. Vignats. Déclarations de constructions nouvelles. 1901-1965.

  • AD Calvados. 3Z 241. Dépôts d'explosifs : ordonnance, circulaires, instructions (1823-1906) ; demandes d'autorisations (1922-1923). 1823-1923.

    Demande d'un dépôt d'explosifs par Grandury, Grieu et Bouvet. 1923.
  • PREFECTURE DU CALVADOS. Schéma départemental des carrières. Approuvé le 13 octobre 1998. 174 p.

Bibliographie
  • Annuaire technique régional – Calvados. Saint-Brieuc : Imprimerie Moderne, 1972.

    B 123. - Carrières de la Meilleraie (S.A.) (Exploitation de Vignats).
Périodiques
  • BOSCHER, François. Vignats fait son trou dans le caillou. Ouest-France, 6 octobre 2010.

  • PELLERIN, Jean-Luc. Vignats : les Carrières investissent 5,5 millions d'euros. Journal de l'Orne, 2 janvier 2015.

  • Les carrières de Vignats : l'entreprise bâtie sur le roc. Passerelle, Journal d'information de la Communauté de communes du Pays de Falaise, n°3, juillet 2007, p. 8.

  • Société des Carrières de Bretagne et de Normandie. Le Ciment, revue générale des industries de la construction. Paris, octobre 1923, N°10, 28e année. p. 381.

  • Vignats - Accident mortel (construction d'un silo aux Carrières de Bretagne et de Normandie). L’écho de Falaise, 4 juin 1926.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialités : patrimoine industriel, patrimoine de la Reconstruction.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.