Logo ={0} - Retour à l'accueil
arsenal

bateau de combat dit l'Alceste

Dossier IM50000499 réalisé en 2006
Dénominationsbateau de combat
Appellationsl'Alceste
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville

Conçue par l'ingénieur du Génie maritime Leroux, l'Alceste est mise sur cale le 26 mai 1829. Son lancement a lieu le 28 mars 1846. En avril 1852, le navire est armé en vitesse avec une autre frégate, la Forte, pour transporter des forçats à Cayenne. D'avril 1854 à novembre 1856, l'Alceste fait campagne dans le Pacifique. D'octobre 1857 à septembre 1860, elle est en station au Brésil et la Plata, dans la rade de Montevideo, d'où elle appareille pour la France le 18 mai 1860. Le 31 mai 1886 elle est condamnée à être un ponton-hôpital au Gabon. De novembre 1867 à février 1868, l'Alceste est aménagée en transport de forçats. Le 12 avril 1868 elle appareille pour la Nouvelle-Calédonie en passant par la Réunion, passe le détroit de Gibraltar remorquée par la Cirée, et arrive en Nouvelle-Calédonie en décembre de la même année. Elle est de retour à Toulon en avril 1869 pour repartir le 16 mai pour la circumnavigation. Elle rentre à Toulon en avril 1870, elle est désarmée, puis réarmée le 1er août 1870, et appareille de nouveau pour la Nouvelle-Calédonie en 1872. L'Alceste rentre de nouveau à Toulon en juillet 1873, et à partir de 1881 fait partie de la division volante. Le 31 mai 1886 elle est de nouveau condamnée à servir de ponton-hôpital au Gabon et est démolie en 1891.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Basse-Normandie, 50, Cherbourg-Octeville
Auteur(s)Auteur : Leroux Paul-Marie
Leroux Paul-Marie (1786 - 1853)

Né le 6 octobre 1786 à Aunay (Calvados) de Robert Philippe Victor le Roux, receveur des Domaine et Enregistrement à Cherbourg, et de Marie Jeanne Angélique Mondey Dumoutier. Petit-fils de l'architecte naval Jacques-Noël Sané (1740-1831). 24 octobre 1806-28 juin 1808 : École Polytechnique ; son frère aîné Victor-Arsène en fut également élève (1802). 1808-1810 : élève ingénieur non admis au service des constructions navales du port de Lorient. 1er mars-31 juillet 1810 : élève ingénieur admis, id. 5 août 1810 - 10 janvier 1811 : élève ingénieur au service des constructions navales, Paris. 11 janvier 1811 - 16 février 1813 : secrétaire du Conseil des constructions navales, département de la marine et des colonies, en qualité de sous-ingénieur de 3e classe. 17 février au 31 mars 1813 : sous-ingénieur de 3e classe aux constructions navales du port de Toulon. 1er avril 1813 - 15 juillet 1814 : Commandant capitaine de la 2e compagnie, service militaire de l'arsenal de Toulon (ouvriers militaires de la marine).

Le reste de sa carrière se déroule essentiellement au service des constructions navales à Cherbourg. 16 juillet 1814 - 30 juin 1818 : sous-ingénieur de 2e classe. 1er juillet 1818 - 31 décembre 1825 : sous-ingénieur de 1ère classe, service dans les forêts pour la reconnaissance des bois propres aux constructions navales, direction forestière à Rouen. 4 janvier 1826 - 20 avril 1827 : ingénieur constructeur de la marine de 3e classe. 29 octobre 1826 : chevalier de la Légion d'honneur. 6 septembre 1829 : officier de la Légion d'honneur. 1831 : ingénieur de 2e classe. Par ordonnance royale du 2 décembre 1842 : ingénieur de la marine de 1ère classe, Leroux est nommé directeur des constructions navales. 26 avril 1846 : commandeur de la légion d'honneur.

Sources consultées le 28 novembre 2017 :

3 siècles de génie maritime : la construction navale en France, Paris : Musée national de la Marine, [2011], PDF en ligne sur le site de l'ENSTA ParisTech, URL : geniemaritime.ensta-paristech.fr/images/parcours_genie_maritime.pdf. Mention de l'ingénieur avec ses dates p. 14.

Almanach impérial pour l'année 1813, Paris : Testu et Cie, 1813, p. 242. (numérisé par Google)

Annales maritimes et coloniales, Paris : imprimerie royale, 1818, p. 49 ; 1842, p. 1153. (numérisé par Google)

Annuaire du département de la Manche, 1830-1831, Saint-Lô, 1831, p. 367. (numérisé par Google)

Site internet La Jaune et la Rouge, revue mensuelle de l'association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique, URL : https://bibli-aleph.polytechnique.fr/F/YDP27BK6BAYJXMPY4EDC3XNUD47Y3TCXD8TYYT1XP4AUMVB5K9-25269?func=full-set-set&set_number=001859&set_entry=000027&format=999.

Site internet Ministère de la culture, base Léonore, URL : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=LEROUX&NUMBER=45&GRP=1&REQ=%28%28LEROUX%29%20%3aNOM%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur

l'Alceste est une frégate de 2300 tonneaux, dite de XXIV pour désigner le calibre de son armement principal (en livres). Elle est constituée d'une coque en bois, et gréée en trois-mâts carrés. Elle comprend deux ponts. L'Alceste n'est armée qu'en transport, et ses canons sont normalement en batterie, comme sur toutes les frégates. Elle a une capacité de 470 hommes, et de seulement 200 en version transport.

Catégoriespatrimoine maritime
Matériauxbois
Précision dimensions

la = 13.40 m, l = 52.55 m, tirant d'eau = 6.20 m, déplacement = 2 300 tonneux

État de conservationoeuvre détruite
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Masliah Marine - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.