Dossier d’œuvre architecture IA50001373 | Réalisé par
Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Cherbourg-Octeville
bassin à flot dit bassin Charles X
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Normandie - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Cherbourg-Octeville - Cherbourg
  • Commune Cherbourg-Octeville
  • Cadastre 1823 C 2  ; 2008 BK non-cadastré  ; domaine public
  • Dénominations
    bassin à flot
  • Appellations
    Charles X
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante

Le bassin Charles X est le second bassin à avoir été entrepris en 1803 par l'ingénieur Joseph-Marie-François Cachin, juste après la publication du décret consulaire ordonnant l'aménagement d'un nouvel arsenal dans l'anse du Galet. De plan rectangulaire, l'ouvrage est alors destiné à faire office de bassin de radoub et à recevoir au nord quatre formes, que l'on projette de remplacer en 1814 par des grils de carénage, séparés en leur milieu par une machine à mâter. La dépêche ministérielle du 12 octobre 1821 qui incite les autorités du port à réfléchir sur la création d'un troisième bassin à l'ouest de l'arsenal, change néanmoins la destination de l'ouvrage, destiné à l'avenir à se transformer en bassin d'armement. La parution le 20 décembre 1827 d'une dépêche ministérielle ordonnant la construction au nord d'une gare de la mâture, nécessaire à l'évitement des mâts, ainsi que l'installation sur le quai oriental des établissements de l'artillerie de marine, indispensables à l'équipement des vaisseaux de guerre, confirment la nouvelle finalité dévolue à ce bassin désormais pourvu de trois écluses de communication : l'une au nord avec le bassin de la mâture, l'autre à l'ouest avec l'arrière-bassin, futur bassin Napoléon III, la dernière au sud avec l'avant-port. Inspecté par Mme la Dauphine, duchesse d'Angoulême le 11 septembre 1827, ce second bassin est mis en eau et inauguré par le Dauphin, duc d'Angoulême, le 25 août 1829 date à laquelle il prend le nom de bassin Charles X. Siège du poste des navires torpilleurs à la fin du XIXe siècle, le bassin sert depuis les années 80 de lieu de stationnement aux sous-marins avant leur démantèlement dans le secteur du Homet.

Le bassin Charles X mesure 291 mètres de long sur 217 mètres de large et de 9 mètres 26 de profondeur. Il communique avec l'avant-port par une passe de 17 mètres de large, équipée à la fin du XIXe siècle d'un pont roulant détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu'avec l'ancien bassin de la mâture par une ouverture de 10 mètres de large. La passe de communication avec le bassin Napoléon III à l'ouest et la plupart des constructions qui entouraient avant 1939 les quatre quais du bassin Charles X ont disparu aujourd'hui : ateliers et magasins de la gare de la mâture au nord, établissements de l'artillerie à l'est, direction des mouvements du port à l'ouest, remplacées par des constructions datant des années 70.

  • Murs
    • schiste moellon
    • granite pierre de taille
    • granite moellon
  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
Date d'enquête 2006 ; Date(s) de rédaction 2008
(c) Région Normandie - Inventaire général
Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Dossier d’ensemble
Fait partie de