Dossier d’œuvre architecture IA14001017 | Réalisé par
Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, patrimoine industriel de l'arrondissement de Caen
abattoir municipal et usine de produits agro-alimentaires Promoviande, puis Soviba Villers-Bocage, puis Elivia
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Normandie - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Calvados - Villers-Bocage
  • Commune Villers-Bocage
  • Adresse route d' Epinay
  • Cadastre 2014 H 44, 45, 46, 73, 81, 86, 87, 106, 108, 142, 144, 145, 146, 149, 150, 153, 154, 139, 141, 148, 151, 155, 159, 209, 210, 211, 213, 217, 218, 219, 220, 221, 222, 223, 224, 259, 356, 357, 374
  • Dénominations
    abattoir, usine de produits agro-alimentaires
  • Appellations
    abattoir municipal, Promoviande, Soviba Villers-Bocage, Elivia
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, chambre froide, atelier de conditionnement, chaufferie, salle des machines, bureau, cantine, local syndical, station d'épuration

Suite à la suppression des tueries privées, la construction d'un abattoir municipal pour bovins et porcs est entreprise de 1964 à 1966. Elle est notamment confiée aux entreprises CMEG (maçonnerie), SUCMANU (rails de déplacement aériens) et SOFRINO (réseau de circulation du froid). L'abattoir dispense une prestation de services auprès de clients privés grâce à 32 salariés. En 1970, le groupe de grande distribution Promodès y transfert depuis Bayeux sa propre activité d'abattage, Promoviande, et intègre trois ans plus tard une première unité de désossage. L'affermage de l'abattoir est accordé à la CAVIB (société anonyme du Centre d'abattage de Villers-Bocage) par convention du 13 décembre 1973, qui fera l'objet d'avenants en 1977 et 1981. Promodès fait construire une nouvelle usine de transformation en 1979, la CAVIB agrandit quant à elle l'abattoir trois ans plus tard passant de 1 768 tonnes de viande traitées en 1966 à près de 20 000 en 1981. De nouveaux travaux d'extension et de modernisation sont réalisés en 1992-1993, sous la supervision du Cabinet d’ingénierie Blezat-Ferrat Alimentaire SA (BFA).

En 1997, la municipalité de Villers-Bocage prend la décision de se défaire de son abattoir alors que la société Idéa, qui a pris la suite de Promoviande par voie de reprise d'entreprise par les salariés depuis 1989, voit son activité d'abattage rachetée par Soviba et celle de charcuterie par Brocéliande. Soviba devient propriétaire du site l'année suivante, Brocéliande le quittant pour établir une nouvelle usine à la sortie nord-est de la commune. Soviba prend le nom de Terrena viande en 2000, puis d'Elivia dix ans plus tard.

Avec 600 employés, le site de Villers-Bocage a traité 34 000 tonnes de viande en 2009, dont la transformation est opérée sous forme de steaks hachés surgelés (13 000 tonnes en moyenne par an) et de viande en conditionnement sous vide (1 500 tonnes en moyenne par an) destinés à la grande distribution française, à l'armée et à l'export. Les produits sont commercialisés sous étiquetage de grandes et moyennes surfaces ou sous la marque du groupe "Tendre et +". La majorité des actions est réalisée par main d'homme (abattage, découpe...) ; les machines utilisées par ailleurs sont de marques Bovida, pour les outils de découpe, et La Parmentière pour la triperie.

En 2015, vingt millions d'euros sont investis pour la réorganisation des bâtiments et la modernisation des ateliers de désossage, de fabrication des steaks hachés surgelés (passage de 3 à 6 lignes de production) et de conditionnement.

Anciennement desservie par une voie ferrée, l'usine, plusieurs fois agrandie, s'étend sur 20 000 m2. Les ateliers de fabrication sont édifiés en béton, enduits ou bardés d'un essentage de tôle, et couverts de toits à longs pans ou en terrasse. L'un des bâtiments administratifs, à un étage carré, est en moellons de calcaire. L'ancienne gare ferroviaire, en moellons de calcaire partiellement enduits, a été conservée et reconvertie en cantine.

  • Murs
    • béton enduit
    • béton essentage de tôle
    • calcaire enduit partiel
    • calcaire
  • Toits
    métal en couverture, ardoise, tuile mécanique
  • Étages
    en rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • toit à longs pans lanterneau
    • terrasse
  • Énergies
    • énergie électrique achetée
  • État de conservation
    bon état
  • Statut de la propriété
    propriété d'une société privée

Documents d'archives

  • CAVIB. Document de communication : le Centre d’abattage de Villers-Bocage. [ca 1981].

  • PROMOVIANDE. Document de communication. 1987.

Bibliographie

  • COUR REGIONALE DES COMPTES DE BASSE-NORMANDIE ; LE FOLL, Jean. Rapport d’observations définitives, commune de Villers-Bocage. Juin 1998.

  • Annuaire technique régional – Calvados. Saint-Brieuc : Imprimerie Moderne, 1972.

    B 412 - Promoviande.

Périodiques

  • GANDON, Didier. Promoviande à Villers-Bocage : plus de 600 emplois d'ici la fin 1985. La Renaissance - Le Bessin, 21 octobre 1983.

  • GARNIER, Claire. Elivia investit 20 millions d’euros à Villers-Bocage. L'Usine nouvelle, 24 février 2015.

  • D.G. Inauguration des extensions du centre d'abattage : un ensemble industriel complet. La Voix Le Bocage, 6 octobre 1981.

  • Dynamisme agro-alimentaire à Villers-Bocage. Journal du Calvados, n°57, mars 2000, p. 24-25.

  • Idéa en dépôt de bilan. L’Usine Nouvelle, n° 2510, 6 juillet 1995.

  • Idéa repris par Soviba. L’Usine Nouvelle, n° 2591, 17 avril 1997.

  • Inauguration à Villers-Bocage du complexe "Promoviande". La Voix du Bocage, 12 octobre 1973.

  • Promoviande double sa capacité de production. Le Bocage libre, 14 octobre 1979.

  • Soviba préserve 700 emplois. L’Usine Nouvelle, n°2686, 6 mars 1999.

Date d'enquête 2010 ; Date(s) de rédaction 2015
(c) Région Normandie - Inventaire général
Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.