Dossier d’œuvre architecture IA14000990 | Réalisé par
Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, patrimoine industriel de l'arrondissement de Caen
carrière de quartzite à ciel ouvert et usine de matériel ferroviaire Drouville, Fauvet, Bruel et Cie, puis Drouville frères, puis société anonyme des Ateliers de Constructions Mécaniques du Val de Maizet
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Normandie - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Calvados - Evrecy
  • Commune Maizet
  • Lieu-dit le Val de Maizet
  • Cadastre 2013 ZD 22, 23, 24
  • Dénominations
    carrière, usine de matériel ferroviaire
  • Précision dénomination
    carrière de quartzite à ciel ouvert
  • Appellations
    Drouville, Fauvet, Bruel et Cie, Drouville frères, société anonyme des Ateliers de Constructions Mécaniques du Val de Maizet
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, logement d'ouvriers, cantine

Paul et Raymond Drouville, originaires de Nancy, se portent acquéreurs en 1910 du domaine du château du Val de Maizet auprès d'Armand Gallot. L'exploitation de la carrière de quarztiste, comprise dans la vente, revient à Paul, ingénieur en physique-chimie. Il y développe une production principalement constituée de pierres à pavés et à ballast pour chemin de fer. Durant la Première Guerre mondiale, profitant du raccordement de la carrière à la voie ferrée de la ligne Caen-Flers, il commerce avec l'armée, qui lui accorde une main-d’œuvre gratuite de 150 prisonniers allemands. En novembre 1918, il s'associe entre autres avec son frère Adrien et Edouard Fauvet, propriétaire d'une usine de construction ferroviaire à La Courneuve, pour fonder la société en nom collectif "Drouville, Fauvet, Bruel et Cie" ayant pour objet la construction, la réparation, la vente et l'achat de tout matériel de chemin de fer ou industriel et l'exploitation de la carrière. Un an plus tard, la société prend le nom de "Drouville frères", puis est dissoute le 31 décembre 1922. Paul Drouville cède l'établissement en 1923 à Robert Moreau, qui crée l'année suivante la société anonyme des "Ateliers de Constructions Mécaniques du Val de Maizet". La centaine d'ouvriers alors employés disposent de logements, d'une cantine et d'une coopérative. Suite au décès de Paul Drouville en 1933, resté jusque-là actionnaire, l'activité de l'usine décline. Rachetée par Bellanger, elle est mise sous séquestre en 1945, puis devient une annexe des établissements Fauvet-Girel, qui transfèrent la production à Arras. Seul un atelier de pièces détachées est maintenu sur le site, n'occupant plus qu'une dizaine de personnes. Repris par la "société civile immobilière du Val Maizet", les bâtiments sont loués à la Serrurerie Sofaser, qui ferme en 1975. Laissés à l'abandon, ils sont acquis par la municipalité en février 1993. Six ans plus tard, l'atelier de la forge est converti en salle des fêtes et le grand hall loué à la troupe de cirque "la Compagnie Max et Maurice" comme lieu de répétition et de spectacle.

Les bâtiments de l'usine, en moellons de grès et de quartzite, sont dans des états de conservations divers. Les ateliers de fabrication, couverts en tôle nervurée, ont été restaurés pour accueillir la compagnie de cirque Max et Maurice. Au-dessus d'eux, les logements d'ouvriers et la cantine sont à l'abandon (l'un a conservé son toit de tuiles mécaniques). Située en contrebas, la ferme des Cullières, couverte d'un toit à longs pans à pignons couverts et à croupe, qui servit de logement, a été transformée en gîte.

  • Murs
    • grès appareil mixte
    • quartzite appareil mixte
  • Toits
    tuile mécanique, tôle nervurée
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • toit à longs pans croupe
  • Énergies
    • énergie électrique produite sur place
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté, restauré, mauvais état
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune, Les anciens ateliers de fabrication appartiennent depuis février 1993 à la commune de Maizet.
    propriété d'une personne privée, La ferme des Cullières appartient à un privé.