Dossier d’œuvre architecture IA14000981 | Réalisé par
Lecherbonnier Yannick
Lecherbonnier Yannick

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1982 à 2001. Spécialité : patrimoine industriel. Chef du service Régional de l'Inventaire de Basse-Normandie de 2001 à 2016, puis de Normandie jusqu'en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Dupont Stéphanie
Dupont Stéphanie

Chercheuse à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie, puis de Normandie, depuis 2010. Spécialité : patrimoine industriel, co-référente du Label "Patrimoine de la Reconstruction en Normandie".

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, patrimoine industriel de l'arrondissement de Caen
mine de fer de la Société civile des mines de fer de Saint-Rémy, puis de la Société anonyme des mines de fer de Saint-Rémy
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Normandie - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Calvados - Thury-Harcourt
  • Commune Saint-Rémy
  • Cadastre 2015 AA 10, 18, 19, 24, 71, 72, 73, 74, 77, 79, 80, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 89, 90, 91, 92, 106, 109, 111, 112, 113, 114, 116, 118  ; 2015 AB 109, 121, 122  ; 2015 AC 40  ; 2014 AD 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
  • Dénominations
    mine
  • Précision dénomination
    mine de fer
  • Appellations
    Société civile des mines de fer de Saint-Rémy, Société anonyme des mines de fer de Saint-Rémy
  • Parties constituantes non étudiées
    four industriel, cheminée d'usine, atelier de fabrication, bureau, logement patronal, logement de contremaître, logement d'ouvriers, cantine

L'exploitation de minerai de fer dans la région de Saint-Rémy, comprise dans le synclinal de Falaise, est attestée dès le milieu du 15e siècle au moins ; la période à laquelle elle s'interrompt n'est pas déterminée. Sa reprise a lieu à la fin du 19e siècle. Suite à sa demande déposée le 12 décembre 1873, Henri de Croisilles devient concessionnaire de 750 hectares par décret du 28 septembre 1875. L'exploitation, qui débute l'année suivante, est amodiée à Lucien Rambaud et Jules Cahen. Ces derniers constituent la Société civile des mines de fer de Saint-Rémy, en association avec Paul Henry et Alphonse Salanson. Les 84 ouvriers, qu'ils emploient en 1878, remontent 23 164 tonnes de fer. Le travail est opéré par la méthode dite des piliers abandonnés, puis par ouverture de galeries reliées à l'extérieur par un tunnel construit sous la route Caen-Angers. Par décret du 23 mai 1888, la mine de Saint-Rémy est réunie à celle de Halouze (Orne - IA00060961). La production atteint 58 577 tonnes en 1890, 95 500 en 1900 et 106 578 en 1911, alors que la mine fait travailler 271 ouvriers, dont 248 au fond. Apprécié pour sa forte teneur en fer, à hauteur de 54%, le minerai extrait approvisionne, via la ligne Caen-Laval, les usines du Nord de la France et est expédié par le port de Caen en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Etats-Unis. Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les ressources en hématite dite "minerai rouge" s'amenuisent. Pour permettre la valorisation du minerai carbonaté, "minerai violet" jusqu'ici vendu aux usines locales, la société décide la construction de deux fours à griller, d'une capacité quotidienne de 150 tonnes chacun ; ils seront agrandis quelques années plus tard. En 1923, la Société des mines prend la forme d'une société anonyme. Connaissant sa période d'activité la plus forte dans les années 1930-1940, l'exploitation diminue pendant la Deuxième Guerre mondiale. Peu endommagées par les combats, les installations sont remises en route en 1946 et la production affiche en moyenne de 220 000 tonnes de minerai extrait dans les années 1950. La mine compte 243 employés en 1957. En raison de l'épuisement du gisement, le minerai expédié passe de 91 780 tonnes en 1964 à 18 948 en 1965 ; la mine est définitivement fermée quatre ans plus tard. La renonciation à la concession a été prononcée le 10 novembre 1981.

Le directeur de la mine bénéficie d'un logement neuf dès 1894 ; à proximité sont édifiés des logements pour l'ingénieur, l'échantillonneur-analyseur, le chef comptable, le chef mineur... Les mineurs constituent, en 1908, une coopérative appelée "la Ruche" et hébergée dans un bâtiment neuf, qui sera transformé à la fin des années 1920 en pouponnière. Trois premiers groupes d'habitation, comptant chacun quatre logements, sont achevés en 1915, deux nouveaux groupes sont construits vers 1928 et 1930, l'un de deux barres, le second de quatre. A proximité s'élèvent une cantine et les logements du chef d'exploitation, du géomètre, des surveillants. Une école d'apprentissage est également ouverte en 1942.

Desservies par la ligne ferroviaire Caen-Laval, les installations de la mine se trouvaient au bord de l'Orne. Sont encore en place les fours à griller, un accumulateur, ainsi que des ateliers et le bâtiment des bureaux. La cheminée en brique a été partiellement arasée.

De l'autre côté de la Route de Condé (D 562), se trouvent les cités ouvrières. Les logements les plus anciens, en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît, sont édifiés en schiste avec encadrements des ouvertures et chaînes d'angles en briques, alors que les barres à un étage carré sont en stériles de mine avec encadrements en béton, tout comme les logements du personnel d'encadrement (chef d'exploitation, surveillant, géomètre).

Le logement du directeur est situé de l'autre côté du village. Il s'agit d'un bâtiment sur sous-sol à un étage carré enduit surmonté d'un étage de comble, dont les encadrements de baies sont travaillés en briques et calcaire ; il est couvert d'un toit à longs pans à croupe en ardoise. A proximité, sont regroupés les logements destinés au personnel administratif et à certains encadrants.

  • Murs
    • béton
    • métal
    • schiste enduit partiel
    • résidu industriel en gros oeuvre enduit partiel
  • Toits
    ardoise, ciment amiante en couverture, tôle nervurée
  • Étages
    rez-de-chaussée, comble à surcroît, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • toit à longs pans croupe
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Calvados. 668 EDT 18/2. Saint-Rémy. Déclarations de constructions nouvelles. 1887-1972.

  • AD Calvados. 668 EDT 30/7. Saint-Rémy. Mines de fer. 1874-1913.

  • AD Calvados. 668 EDT 31/1. Saint-Rémy. Chemin de fer. Expropriation, convention, plan...1863-1906.

  • AD Calvados. 668 EDT 34. Saint-Rémy. Mines de fer. Comptabilité, salaires, travaux : cahiers mensuels. 1880-1898.

  • AD Calvados. 3P 6922. Saint-Rémy. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1881-1911.

    Cases 199, 222.
  • AD Calvados. 3P 6923. Saint-Rémy. Matrice cadastrale des propriétés bâties. 1911-1932.

    Cases 6-7-210-217-245, 8.
  • AD Calvados. S 23. Mines de fer. Concessions. 1918-1931.

  • AD Calvados. S 24/1. Mines de fer. Concessions.

  • AD Calvados. 924W 179. Reconstruction. May-sur-Orne, Saint-André-sur-Orne, Saint-Martin-de-Fontenay. Société de mines et de produits chimiques.

    Mines de fer de Saint-Rémy. Plan du Carreau. Echelle 1/500e. 15 novembre 1942.
  • AD Calvados. 925W 88. Reconstruction. May-sur-Orne, Saint-André-sur-Orne, Saint-Martin-de-Fontenay. Société de mines et de produits chimiques.

    Société des mines de fer de Saint-Rémy. Immeubles appartenant à la mine de Saint-Rémy. Plan, échelle 1/25 000e. 1er mars 1945.
  • AD Calvados. 3Z 788. Mines et carrières. 1890-1913.

  • AD Calvados. 3Z 905. Prévoyance sociale. Coopératives. 1904-1920.

  • AD Calvados. 3Z 909. Habitations à bon marché.

Bibliographie

  • DEVAUX, René. Le mouvement industriel dans les départements normands et départements limitrophes. L’industrie minière en Normandie. Rapport présenté aux Assises de Caumont, le 11 juin 1913. Caen : Chambre de Commerce de Caen, 1913. 132 p.

  • EMEDY, Henri. Saint-Rémy, historique. Saint-Rémy : Syndicat d’initiative de Saint-Rémy, 1973. 22 p.

  • IVe REGION ECONOMIQUE, CHAMBRES DE COMMERCE DE CAEN, HONFLEUR, CHERBOURG, GRANVILLE, FLERS ET ALENCON. Les mines de fer du Calvados, de l’Orne et de la Manche. Caen : IVe REGION ECONOMIQUE, 1924. 122 p.

  • ASSOCIATION FRANCAISE POUR L'AVANCEMENT DES SCIENCES. Caen et le Calvados : actes de la 23e session, août 1894. Caen : Imprimerie Ch. Valin, 1894. 642 p.

    pp. 195-197.
  • LAUR, Francis. Les mines et usines en 1889, étude complète sur l’exposition universelle de 1889. Paris : Francis Laur, 1890. 935 p.

  • MAULDE, Jean (de). Les mines de fer et l'industrie métallurgique dans le département du Calvados : les minières anciennes, les mines actuelles, les concessions du département, historique et développement de la métallurgie, les hauts fourneaux de Caen. Caen : Louis Jouan éditeur, 1916. 267 p.

  • MAULDE, Jean (de). Les mines de fer et l'industrie métallurgique dans le département du Calvados. Caen : Editions de Neustrie, 1999. 219 p. Réimpression de l'édition originale publiée Caen : L. Jouan, 1916.

  • NICOLAS, Auguste. Le Calvados agricole et industriel, Caen et la Basse-Normandie. Caen : L. Jouan éditeur ; Paris : H. Dunod et E. Pinat, 1918. 223 p.

    pp. 78-85.

Périodiques

  • LEMENOREL, Alain. L'impossible révolution industrielle ? Economie et sociologie minières en Basse-Normandie, 1800-1914. Cahiers des Annales de Normandie, n°21, 1988. 488 p.

  • IVe REGION ECONOMIQUE, BASSE-NORMANDIE. L’extraction du fer et la sidérurgie en Basse-Normandie. Etudes et travaux, année 1957-1958, n°60. pp. 191-216.

  • COFTIER, Pierre. L’émergence du syndicalisme dans les mines du Calvados, 1898-1919. In Mines de fer et sidérurgie en Basse-Normandie (XIXe-XXe siècle). Annales de Normandie, n°2, juillet-décembre 2010, 60e année.

  • VOGEL, J. Activité des mines de fer de Basse-Normandie pendant l’année 1965. Etudes et travaux, année 1965-1966, n°68. pp. 128-131.

  • Mines de fer. Journal de Condé et de l’arrondissement de Vire, 26 octobre 1873.

  • LEMENOREL, Alain. Mines de fer et sidérurgie bas-normandes : mise en perspective nationale, fin XIXe – XXe siècles. In Mines de fer et sidérurgie en Basse-Normandie (XIXe-XXe siècle). Annales de Normandie, n°2, juillet-décembre 2010, 60e année.

  • HEURTEAU, Ch.-E. Note sur le minerai de fer silurien de Basse-Normandie. Annales des mines ou recueil des mémoires sur l’exploitation des mines et sur les sciences et les arts qui s’y rattachent. Dixième série, mémoires, tome XI, 1907. pp 613-668.

  • COCUDE, M. Le développement des mines de fer et de la sidérurgie en Basse-Normandie, programme. Etudes et travaux, n° 62, année 1959-1960, pp. 109-131.

Documents multimédia

  • MORVILLIERS, Bertrand. Gueules rouges en Normandie : mémoire des mineurs de St-Rémy-sur-Orne. Caen : ACCAAN : CPIE : CRECET, 1993. [VHS]. (19 min).