Logo ={0} - Retour à l'accueil

2ème casino, puis hôtel de voyageurs dit Hôtel Régina, actuellement immeuble dit Résidence Régina

Dossier IA14005219 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsHôtel Régina, Résidence Régina
Destinationscasino, puis hôtel de voyageurs dit Hôtel Régina, immeuble dit Résidence Régina
Parties constituantes non étudiéesenclos, mur de soutènement, cour
Dénominationscasino, hôtel de voyageurs, immeuble
Aire d'étude et cantonVillers-sur-Mer - Trouville-sur-Mer
AdresseCommune : Villers-sur-Mer
Adresse : 36 rue, Feine, La Digue
Cadastre : 2005 AB 6

Le premier casino (IA14005218) étant jugé trop exigu, un second est projeté dès 1863, comme l'indique cet extrait de "l'Almanach Annuaire de Villers" publié cette même année : "On parle d'en construire un [autre] plus considérable, sous les falaises, sur une digue qui repousserait les flots de la mer. Mais le projet est coûteux, hardi, et nous espérons, pour notre part, que ce Casino conservera l'emplacement qui lui avait été assigné par son constructeur". La construction du deuxième casino se concrétise en 1878. Les chroniqueurs des guides touristiques regrettent l'ancien édifice, "bâti dans une position plus avantageuse […]. Le [nouveau] casino, élevé à l'extrémité sud-ouest de la plage, au pied de la falaise, et précédé d'une belle terrasse du côté de la mer, est assez coquet, mais d'un accès difficile du côté de la falaise. Il a coûté près de 300.00 francs" (Guide Joanne, 1885). ŒŒuvre de l'architecte Feine, il abrite un salon de lecture, un salon des dames, une grande salle de bals, de concerts et de spectacle, une salle d'étude de musique et une salle de billard. Un portique, installé dans le jardin, permettait de s'adonner à la pratique de la gymnastique. Le corps de bâtiment principal était flanqué de galeries desservant des pavillons latéraux, l'un abritant un café.

En 1895, l'établissement de jeux cesse son activité. Il est racheté avec les terrains voisins par Madame Schwebish, qui le transforme en logement. En 1925, il est converti en hôtel de voyageurs. C'est probablement à cette période que les pavillons latéraux ont été détruits et que le bâtiment a été surélevé d'un étage, modifiant la toiture ainsi que les galeries latérales. Occupé par l'armée Allemande en 1940, le bâtiment est divisé en appartement au lendemain de la Libération. Au cours du 4e quart du 20e siècle, les façades ont été badigeonnées, masquant l'appareil en brique polychrome, et certaines des baies des pavillons latéraux ont été murées.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1878, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Feine architecte attribution par travaux historiques

Situé au pied des Foulans, le 2ème casino de Villers-sur-Mer est implanté le long de la digue-promenade, au centre d'un vaste jardin délimité côté mer par un mur de soutènement rehaussé d'une grille en bois et accessible depuis la plage par un escalier axial. Le corps de bâtiment principal, de plan rectangulaire régulier, comprend un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré. Le gros-oeuvre est en brique, dont la polychromie participait à l'origine au décor des élévations. La façade sur mer, à cinq travées, est rythmée par l'alternance des baies et des pilastres. Les baies sont hiérarchisées selon les niveaux : en plein-cintre au rez-de-chaussée, rectangulaires au premier étage. Le style néo-classique de l'édifice s'affiche dans la composition ordonnancée des façades, les baies cintrées du rez-de-chaussée, le décor de pilastres et l'appareil en bossage dans les parties basses.

Mursbrique
Toitardoise
Plansplan régulier
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
croupe
Typologiesstyle néo-classique
État de conservationremanié
Statut de la propriétépropriété d'une société privée
propriété privée
Sites de protectionzone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager

Références documentaires

Bibliographie
  • Joanne, P. Normandie. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1885.

    p. 209
  • Trouville, Deauville, Villerville, Honfleur, Villers, Houlgate, Dives & Cabourg. Collection des guides Joanne. Paris : Hachette & Cie, 1905.

    pp. 55-59

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hébert Didier
Hébert Didier

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1993 à 2012, associé à l'étude sur le canton de Cambremer (Calvados), puis en charge des études sur les stations balnéaires de Deauville et Trouville (Calvados).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.