Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine de grès Poterie Désiré Rigaut

Dossier IA14006275 réalisé en 1989

Fiche

AppellationsPoterie Désiré Rigaut
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, séchoir, charretterie
Dénominationsusine de grès
Aire d'étude et cantonCalvados - Trévières
AdresseCommune : Le Tronquay
Lieu-dit : la Tuilerie
Adresse : 13 route
de Bayeux-Saint-Lô
Cadastre : 1830 B 585, 586, 587 ; 2019 B 476

L'ancienne poterie de Désiré Rigaut est située au sud de la route nationale 172 au village de la Tuilerie, au Tronquay. Le four à pot cadastré B586 dans l'ancien cadastre a été construit en 1859 et avait alors une valeur locative de 10 F, valeur moyenne retrouvée dans le courant du XIXe siècle pour ce type de construction, dans les trois centres du Tronquay, de Noron-la-Poterie et de Saint-Paul-du-Vernay. Ce four a été édifié alors que préexistait une maison cadastrée B586 et un bâtiment B587, mentionnés sur l'atlas cadastral de 1830. Jusqu'en 1928, date de sa vente à Désiré Rigaut, ces bâtis appartiennent à Paul Anne, cabaretier au Tronquay. Les potiers qui y exercèrent leur métier étaient les Rigaut : Désiré Rigaut, son père Julien et son grand-père.

Si le père de Désiré Rigaut a 2 tourneurs vers 1895 (Lallier, D. 1944, p.35), Désiré Rigaut, lui travaille seul. Il est d'ailleurs aussi indépendant de tout marchand : il achète ses matières premières et commercialise lui même ses produits. Sa production reste tout à fait traditionnelle. L'argile y est préparée en partie aux pieds et à la main et avec l'aide d'un broyeur à bras. Jusqu'à la fin de l'exploitation, les objets sont tournés au tour à bâton. Désiré Rigaut abandonne le métier de potier en 1923, pour se consacrer pleinement à l'agriculture : la loge et le four sont portés, en 1926, à "bâtiment rural". Désiré Rigaut rachète cependant l'ancienne poterie de Constant Moussel, construite en 1882 (AD Calvados. 3P 7330), en 1930 pour l'abandonner un ou deux après. Il est l'exemple même des derniers potiers paysans qui possédaient quelques vaches et hectares de terre.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1859, daté par source
Auteur(s)Auteur : Rigaut Désiré
Rigaut Désiré (1899 - )

Potier au Tronquay. Devient agriculteur en 1923.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
Personnalité attribution par source

En retrait et parallèlement à la route nationale 172, précédée d'une cour au nord, se trouve une maison d'habitation à un étage édifiée en schiste et couverte d'une toiture à deux pans vêtus d'ardoises (IVR25_19891400994X). Dans une pièce de ce corps de bâtiment, dans la partie ouest, était établi au rez-de-chaussée l'atelier de poterie. En 1943 (Lallier, D., 1944), il ne subsistait plus que l'emplacement de trois roues à bâton. Cette pièce est aujourd'hui transformée en logement.

A l'est du bloc maison-atelier, est situé un corps de bâtiments formé de deux parties. Le plus près de la maison est une construction de plan quadrangulaire édifiée en brique et couverte en tuiles mécaniques : ce petit bâtiment a servi de séchoir. Dans son prolongement est un bâtiment quadrangulaire (10 m x 4 m) à charpente en bois de type hangar orienté nord-sud. La toiture à deux pans couverte en tuiles mécaniques repose sur des piliers en briques mécaniques formant trois travées. Les élévations ouest et est sont hourdées de mahons de 45 litres déclassés empilés les uns sur les autres et liés avec du torchis (IVR25_19891400993X). Cette charretterie s'ouvrait sur tout le côté sud. Ce bâtiment sert aujourd'hui de remise.

Presque contigus à la charretterie, à l'ouest et au sud de la maison, sont situés la loge et l'emplacement du four détruit. La loge est un petit bâtiment quadrangulaire (10 m x 7 m) qui possède sur son élévation ouest une porte d'accès. Sur le pignon sud de cette construction en schiste à toiture à deux pans et en rez-de-chaussée, la trace du four est visible dans la partie inférieure du mur, tandis qu'une porte à l'étage indique l'existence d'un grenier sous combles qui dut servir de braisière (IVR25_19891400992X). Le four a été détruit il y a seulement quelques années, sa construction devait être similaire au four de la poterie Moussel.

Mursschiste
brique
Toitardoise, tuile mécanique
Étages1 étage carré, rez-de-chaussée, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Couverturestoit à longs pans
État de conservationétablissement industriel désaffecté, détruit

Le four Moussel/Rigaut, par sa structure, semble une construction antérieure au four Dubost. Construction en 1885.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesfour

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Calvados. 3P 7330. Le Tronquay. Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1881-1911.

Bibliographie
  • LALLIER, Dan. Monographie : Mission en Normandie. Unité de description 20130452/7. 1944. (Archives nationales. Fonds Marcel Maget).

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Histoire et Patrimoine Industriels de Basse-Normandie (HPI) ; (c) Association des amis de la poterie de Ger - Bernouis Philippe - Toumit François