Logo ={0} - Retour à l'accueil

usine à gaz de Charleval

Dossier IA27004246 réalisé en 2016

Fiche

Destinationslogement
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, logement de contremaître, garage, bureau, château d'eau, cour
Dénominationsusine à gaz
Aire d'étude et cantonbassin hydrographique de l'Andelle - Romilly-sur-Andelle
AdresseCommune : Charleval
Lieu-dit : Bellevue
Adresse : 38 route, de Fleury, sente
de la Rosette Fontaine
Cadastre : 2019 AI 71

Cette usine dédiée initialement à la production de gaz pour l’éclairage et le chauffage publics et privés sur la commune de Charleval est autorisée par les arrêtés préfectoraux du 23 janvier, du 6 septembre et du 30 novembre 1882 et mise en service en 1883. Le projet de sa construction revient à un ingénieur parisien, Charles Auguste Georgi, qui propose dès 1881 d’établir pour la future Compagnie du gaz de la vallée de l'Andelle un véritable réseau de distribution du gaz. Le traité de concession entre Georgi et la ville de Charleval est signé le 12 juin 1881 pour une durée de 50 ans mais l’exploitation est finalement confiée à la Compagnie des usines à gaz de l’Ouest.

L’usine est implantée au lieu-dit Bellevue en écart des habitations pour des raisons de sécurités, entre la route départementale et la voie de chemin de fer pour faciliter son approvisionnement en charbon (acheté à la Compagnie des Mines d'Anzin) et se trouve à cheval sur les communes de Charleval et de Fleury-sur-Andelle (l'unité de production se situant sur Charleval et le gazomètre sur Fleury). Seul le vicomte d’Onsenbray protestera contre cette implantation, la jugeant trop proche de sa villa. L’intervention en sa faveur d’Auguste Pouyer-Quertier (grand industriel cotonnier et maire de Fleury-sur-Andelle) entraîne une modification du plan d’origine dessiné par le cabinet parisien Jules Le Blanc (ingénieur mécanicien) & Cie et la construction d’un seul gazomètre au lieu des deux initialement prévus.

En 1888, l'usine emploie, outre le directeur, un contremaître et deux ouvriers qui travaillent douze heures par jour pour assurer la production en continue et gagnent 6 f/j pour le premier, et pour les seconds 3 f/j pour le service de jour et 4 f/j pour celui de nuit. Les conditions de travail sont particulièrement pénibles en raison des émanations de gaz et de la poussière de charbon.

Le 24 mai 1911, la société lyonnaise des Eaux et de l’Éclairage rachète à la Compagnie des usines à gaz de l’Ouest la concession de gaz et l’usine de Charleval.

Le 17 mars 1923, un avenant à la convention du 12 juin 1881 est signé entre M. Outhenin-Chalandre (maire de Charleval) et la société Lyonnaise des Eaux et de l’Eclairage représentée par son président, Albert Petsche. Le prix du gaz est relevé, les conditions de production sont reprécisées, le nombre de communes desservies est porté à 6 (Charleval, Fleury-sur-Andelle, Radepont, Douville-sur-Andelle, Pont-Saint-Pierre, Romilly-sur-Andelle, soit 6500 habitants et 1040 abonnés), la longueur de canalisation est étendue à 29 700 m (embranchements non compris), le nombre de réverbères publics sur la commune de Charleval est doublé à 20…. et surtout la durée de la concession, fixée initialement à 50 ans c’est-à-dire jusqu’en 1931, est prolongée jusqu’au 31 décembre 1953.

Pour faire face au développement de la consommation de gaz durant les années 1930, l’usine fait l'objet de transformations techniques et du bâti pour fonctionner à plein régime. Elle emploie alors 9 ouvriers, distille 913 tonnes de houille et produit 259 937 m3 de gaz par an, vendu aux particuliers au tarif de 1,40 f/m3.

La Seconde Guerre mondiale correspond à une période difficile pour l’usine : lorsque son activité n’est pas interrompue par manque de charbon, elle travaille à perte en raison de la réglementation mise en place qui fige les tarifs de vente. Les pertes sont telles qu’au sortir de la guerre la société Lyonnaise des Eaux et de l’Éclairage demande une indemnisation de 1 300 000 f pour compenser le déficit subi. Mais avant d’obtenir réparation, la concession est transférée à Gaz de France suite à la nationalisation de l’énergie en 1946. Le déficit atteint 4,5 MF en 1952. GDF préconise alors l’utilisation de propane liquide et propose à chaque commune de contracter un emprunt au prorata de leur consommation qu’elle s’engage à rembourser. Les six maires acceptent la proposition et parallèlement l’utilisation de propane liquide est autorisée par l’arrêté préfectoral du 9 novembre 1953. Mais le passage au propane est repoussé et le déficit atteint 8 MF en 1957. L'usine à gaz de Charleval est définitivement fermée fermée le 31 mai 1958. Le gazomètre et deux des trois grandes halles de production sont détruits peu après, les bâtiments restant sont vendus à un particulier et transformés en logement et dépendances.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates1883, daté par source
Auteur(s)Auteur : Georgi Charles Auguste
Georgi Charles Auguste

Ingénieur parisien.

Concepteur de l'usine à gaz de Charleval (27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur civil attribution par source
Auteur : Le Blanc Jules
Le Blanc Jules (1832 - 1910)

Ingénieur-constructeur et mécanicien français.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur civil attribution par source
Personnalité : Pouyer-Quertier Augustin-Thomas
Pouyer-Quertier Augustin-Thomas (1820 - 1891)

Marié en 1847 à Blanche Delamare (fille d’un négociant rouennais)

L’influence britannique :

Après son instruction secondaire au collège royal de Rouen en section mathématiques préparatoires, il passe trois ans en Angleterre pour compléter ses connaissance théoriques par des études pratiques. C’est là qu’il apprendra les techniques de l’industrie textile mécanique.

L’industriel : 1er filateur normand sous le 2nd Empire

Exploite puis rachète les usines suivantes :

Fleury-sur-Andelle : - filature de Saint-Victor

Perruel : - filature la Rouge (15 000 broches avec renvideurs modernes) dans les années 1860.

Petit-Quevilly : - rachat de la filature de lin la foudre en 1859 qu’il transforme un complexe cotonnier de 56 000 broches avec tissage.

1864 : élabore un règlement concernant l’écoulement des eaux de l’Andelle afin que les filatures et tissages fonctionnent avec régularité.

Ultra protectionniste : il est très opposé au traité franco-britannique de 1860 : traité de libre échange qui offrait à l’Angleterre le débouché français à ses produits manufacturés, moins chers que ceux fabriqués en France au moment où la guerre de Sécession générait, suite au blocus des états cotonniers du sud, une pénurie de matière première.

De 1866 à 1891 : est le président du syndicat des usiniers de l'Andelle

L’homme politique :

- Conseiller général de l’Eure dès 1852

- Maire de Fleury-sur-Andelle de 1854 à sa mort en 1891

- Député de Seine-Inférieure de1857 à 1869

- Ministre des finances de Thiers le 25 février 1871, il prit part aux négociations du traité de Francfort avec Bismarck

- Sénateur de Seine Inférieur de 1871 à 1891


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, habitant célèbre attribution par travaux historiques

L’usine à gaz de Charleval occupe une longue parcelle coincée entre la route nationale 321 (dite route de Fleury) et la voie ferrée auxquelles elle est raccordée. Elle est aussi traversée par une petite sente qui sépare l’unité de production (bâtie sur Charleval) du gazomètre (bâti sur Fleury-sur-Andelle).

D’après le plan établi en 1882 par l’ingénieur mécanicien Jules Le Blanc (associé de Charles Georgi), l’usine comprend à l’ouest de la sente, deux gazomètres (un seul sera construit) et à l’est de la sente, le long de la route, un bureau-salle d’expédition, une conciergerie, trois ateliers (de distillation, d’étendage et d’épuration) consistant en trois grandes halles à lanterneau contiguës. Le pont bascule placé juste à l’entrée, le parc à charbon, l’atelier de broyage dit le casse-coke et la cheminée d’usine en milieu de parcelle complètent le site.

Le plan de l’usine réalisé en 1952 en vue du passage au propane liquide montre les transformations opérées dans les années 1930. Elle comprend alors à l’ouest de la sente, le gazomètre et à l’est, le long de la route : l'ancienne conciergerie devenue le logement du chef de fabrication (en place aujourd'hui), un magasin et atelier mitoyen (en place) bâti à l'emplacement d'un jardin, trois grandes halles (une seule est encore en place) abritant les ateliers d’émission, d’épuration, le parc à charbon et la salle des fours - cette dernière est équipée de deux fours à 8 cornues et d'un extracteur. Enfin en fond de parcelle se trouvent le casse-coke, la cheminée d’usine, les douches et réfectoire, le bureau (en place), le château d’eau (en place), le garage.

La distribution du gaz sur le territoire emprunte une canalisation principale qui va de Charleval à Romilly-sur-Andelle. Des canalisations secondaires desservent les six communes et les branchements des abonnés y sont raccordés .

Mursbrique
Toittuile mécanique
Étagesrez-de-chaussée
Couvrements
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
État de conservationétablissement industriel désaffecté
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Détail des sources.

    Traité pour l’éclairage au gaz de la ville de Charleval entre Charles Georgi, ingénieur des Arts et Métiers, et M. Peynaud, maire de Charleval, 12 juin 1881.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Arrêté préfectoral, 23 janvier 1882.

    Autorisant Charles Georgi à établir une usine à gaz sur la commune de Charleval sur un terrain (proche de la commune de Fleury-sur-Andelle) connu sous le nom de « Belle Vue » appartenant à M. Ernest Pimont.

    AD Eure. 5 M 185.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Arrêté préfectoral, 6 septembre 1882.

    Autorisant la construction de deux gazomètres sur la commune de Fleury-sur-Andelle.

    AD Eure. 5 M 185.

    Plan de situation 1/25 000e, 1er aout 1882.

    AD Eure. 5 M 185.

    Plan masse et élévation, par Jules Le Blanc & Cie, ingénieur mécanicien à Paris, 1/200e, 1er aout 1882.

    AD Eure. 5 M 185.

    Arrêté préfectoral, 30 novembre 1882.

    Autorisant MM. Leblanc et Cie à ouvrir des tranchées et à poser des tuyaux de conduite de gaz sous le sol de la route départementale n° 6 qui traverse Pont-Saint-Pierre.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Situation en 1883.

    MM. Le Blanc, Georgi et Colot on été nommés par l’assemblée des actionnaires pour administrer la société pendant les deux premières années.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Entête de lettre, 1905.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Situation en 1911.

    La société lyonnaise des Eaux et de l’Éclairage s’est rendue acquéreur par acte du 24 mai 1911 de la concession de gaz (et donc de l’usine de Charleval) appartenant à la Compagnie des Usines à gaz de l’Ouest.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Plan schématique de l’installation du réseau de gaz sur la commune de Charleval, décembre 1922.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Avenant à la convention du 12 juin 1881, lu et approuvé par le préfet de l’Eure, le 19 juin 1923.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Fiche de renseignements concernant la distribution publique du gaz, 1937.

    AM Charleval. 1 O 34.

    Plan d’ensemble de l’usine, 1/200e, 11 juin 1952.

    AM Charleval. 1 O 35.

    AD Eure. 18 W 93.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Traité pour l’éclairage au gaz de la ville de Charleval entre Charles Georgi, ingénieur des Arts et Métiers, et M. Peynaud, maire de Charleval, 12 juin 1881.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Arrêté préfectoral, 23 janvier 1882.
  • AD Eure. Série M. Sous-série 5 M : 5 M 185. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Fleury-sur-Andelle.

    Arrêté préfectoral, 23 janvier 1882.
  • AD Eure. Série M. Sous-série 5 M : 5 M 185. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Fleury-sur-Andelle.

    Arrêté préfectoral, 6 septembre 1882.
  • AD Eure. Série M. Sous-série 5 M : 5 M 185. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Fleury-sur-Andelle.

    Plan de situation 1/25 000e, 1er août 1882.
  • AD Eure. Série M. Sous-série 5 M : 5 M 185. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Fleury-sur-Andelle.

    Plan masse et élévation, par Jules Le Blanc & Cie, ingénieur mécanicien à Paris, 1/200e, 1er août 1882.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Arrêté préfectoral, 30 novembre 1882.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Situation en 1883.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Entête de lettre, 1905.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Situation en 1911.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Avenant à la convention du 12 juin 1881, lu et approuvé par le préfet de l’Eure, le 19 juin 1923.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 34. Usine à gaz (1885-1996).

    Fiche de renseignements concernant la distribution publique du gaz, 1937.
  • AD Eure. Série W : Sous-série 18 W : 18 W 93. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Charleval.

    Plan d’ensemble de l’usine, 1/200e, 11 juin 1952.
  • AM Charleval. série O. Sous-série 1 O : 1 O 35. Usine à gaz (1885-1996).

    Plan d’ensemble de l’usine, 1/200e, 11 juin 1952.
Bibliographie
  • MOLKHOU, Pierre. Fleury-sur-Andelle, l'éveil d'une ville. [Le Mesnil-Esnard] : Pierre Molkhou, 2007. (Histoire et municipalités). 32 p.

    p.18
  • TAUPIN, Robert. Moulins et usines à Charleval. 1997.

    p. 99-103.

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Real Emmanuelle
Real Emmanuelle

Chargée de recherches à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Haute-Normandie, puis de Normandie, depuis 1992. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.