Logo ={0} - Retour à l'accueil

quartier dit quartier de la Bucaille

Dossier IA50001666 réalisé en 2006

Fiche

Appellationsquartier de la Bucaille
Dénominationsquartier
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : quartier de la Bucaille
Cadastre : 1826 B1, C4, C6 ; 2008 BC, BD, BE, BH

Situé à l’ouest de la ville, le quartier de la Bucaille désigne un vaste territoire qui s’étend des anciennes fortifications du quartier intramuros jusqu’à l’actuelle rue des Maçons. Son nom est lié à celui d’une rivière qui alimente alors, depuis l’Ancien Régime, les fontaines de Cherbourg. Le peuplement des lieux, longtemps placés sous l’autorité juridique de l’abbé du Vœu, connaît une première impulsion au XVIIIe siècle lorsque plusieurs rues, qui faisaient autrefois office de chemin, font leur apparition. C’est le cas des rues de la Paix, Grande Vallée, Christine et des Carrières. La création du port militaire, dont le chantier établi à proximité depuis 1779 attire une importante immigration de travailleurs spécialisés (charpentiers, menuisiers, tailleurs), est directement à l’origine de ce premier essor.

Au XIXe siècle, l’urbanisation, commencée au siècle précédent, se poursuit à un rythme accéléré. Elle se heurte néanmoins aux règles dites de servitudes militaires, générées au sud par les forts des hauteurs (redoute d’Octeville, fort des Fourches) construits en 1812 par Napoléon 1er, au nord, par l’enceinte bastionnée de l’arsenal, édifiée autour de 1850. Créées par la loi sur les places fortes du 10 juillet 1791, ces servitudes découpent en effet le territoire en trois zones : une première, située à 250 mètres des fortifications, marquée par une interdiction absolue de construire ; une seconde, à 487 mètres, où l’on ne peut construire qu’en terre ou en bois ; une troisième, à 974 mètres, où les contraintes sont moins fortes mais où tout projet de nature immobilière demeure soumis néanmoins à autorisation.

A partir de 1875, le déclin du rôle stratégique joué par les fortifications entraîne la levée progressive de la plupart de ces prescriptions. Celle-ci permet alors aux aménageurs, membres des professions libérales, artisans ou militaires de carrière, attirés par la proximité du port militaire, de lotir les nombreuses parcelles autrefois frappées d’interdiction.

Cette reconquête progressive de l’espace par les citadins se confirme au XXe siècle où les derniers territoires frappés de servitude, situés en bordure de la rue de l’Abbaye et de la rue de la Polle, se couvrent de lotissements. Réalisés à l’initiative des Société d’Habitations à Bon Marché créées au début du siècle, ces ensembles contribuent à fixer une nouvelle population principalement ouvrière.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le quartier de la Bucaille est un quartier essentiellement résidentiel. Il accueille une population mixte composée essentiellement de militaires de carrière, particulièrement nombreux en bordure de l’arsenal, de classe moyenne et d’ouvriers. En dépit des transformations supportées au XXe siècle, sa physionomie a relativement peu changé depuis le XIXe siècle. Les pavillons joints et les lotissements forment la majeure partie de l’habitat. Les monuments publics y sont peu nombreux à l’exception du cimetière de la Duché, ouvert en 1833, du couvent de la Bucaille, édifié en 1841, et du grand hôpital militaire, construit à partir de 1866.

Le quartier de la Bucaille est une des zones les mieux préservées de la cité. Son aménagement, au XIXe siècle, illustre l'influence exercée alors par le port militaire sur le développement urbain.

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.