Logo ={0} - Retour à l'accueil

prison actuellement maison d'arrêt

Dossier IA50001621 réalisé en 2006

Fiche

Précision dénominationmaison d'arrêt
Dénominationsprison
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : 2 rue
Vastel
Cadastre : 1825 B 587 ; 2008 AV99

Prévue par l’article 6 du décret napoléonien en date du 6 juin 1811, la construction de la nouvelle prison de Cherbourg, confiée à l’architecte de la ville Louis-Pierre Le Sauvage, débute en 1824. Implantée en bordure de la place Divette, là où la municipalité souhaite regrouper la majorité des nouveaux édifices publics, l’établissement est alors destiné à remplacer une série de constructions provisoires, utilisées comme lieux de détention, situées primitivement rue des Bastions jusqu’en 1813, puis dans le quartier des Mielles jusqu’en 1827. Opérationnels à partir du 11 juin de cette même année, lors de la translation des onze détenus de l'arrondissement de Cherbourg, les bâtiments sont alors conçus pour recevoir 300 détenus, hommes et femmes, militaires et civils, à raison de sept par cellule.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1824, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Sauvage Louis-Pierre
Le Sauvage Louis-Pierre (1775 - 1858)

Né à Coutances en 1775, mort à Cherbourg le 9 juin 1878. Les sources documentaires le désignent professeur de dessin en 1811, « dessinateur géographe » en 1813. Architecte de la ville de Cherbourg de 1813 à 1851, il est notamment l’auteur de la halle aux grains (1827-1833), du premier musée Thomas-Henry (1836), de l’extension du collège (1843) et du portail de la tour carrée de l’église de la Trinité. Il intervient sans doute sur l’église Notre-Dame du Vœu. Il est également l’auteur de la mairie de Saint-Pierre (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville attribution par source

Incluse dans une parcelle rectangulaire, délimitée par un épais mur d’enceinte, la prison est bordée au sud par la rue Vastel, à l’est par la rue Collard, à l’ouest par la rue de l'Ancien Quai. Au nord, elle jouxte le tribunal, avec lequel elle communique par une porte aménagée dans la muraille.

Un pavillon de forme rectangulaire, à un étage carré en moellons de schiste enduits et couvert d'un toit à croupe en zinc, pourvu au rez-de-chaussée d’une arcade monumentale à bossage en granite, marque, du côté de la rue Vastel, l’entrée de la prison. Il communique au nord avec les bâtiments des prévenus, groupés autour d’une cour, ainsi qu’avec la chapelle, située dans le prolongement.

Mursschiste moellon enduit
granite pierre de taille

Toitzinc en couverture
Plansplan carré symétrique
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit polygonal
toit à deux pans croupe
appentis

La prison est, après l'hôtel de ville commencé en 1795 par l'ingénieur Ferregeau (IA50001342), le second édifice public construit à Cherbourg. Son édification marque le souci de la ville de se doter de bâtiments pérennes qui s'accordent avec le développement pris par la cité depuis le début du siècle.

Statut de la propriétépropriété du département
Intérêt de l'œuvreà signaler
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hirard Barbara - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.