Logo ={0} - Retour à l'accueil

place dite place Collart, actuellement place Divette

Dossier IA50001310 réalisé en 2006

Fiche

Appellationsplace Collart, actuellement place Divette
Parties constituantes non étudiéesrue, immeuble à logements, prison, tribunal
Dénominationsplace
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : place
Divette
Cadastre : 1826 B ; 2008 AV

L’'aménagement de la place Divette, établie à l'’emplacement d'’un ancien marécage appelé le Cauchin, débute en 1816 lorsque le maire Nicolas Collart (1815-1830) fait adopter par le conseil municipal une proposition visant à poursuivre le remblaiement de ce lieu réputé insalubre. Baptisée dès 1825 « place Collart » du nom même de son fondateur, la nouvelle place, où doivent se regrouper les principaux bâtiments publics de la ville (hospice, église, prison, tribunal, halle centrale) promis par le décret napoléonien de juin 1811, adopte alors une forme irrégulière. Rebaptisée place Divette en 1832, sa physionomie change sous la monarchie de Juillet lorsque la municipalité décide de lui donner la forme d’'un quadrilatère, délimité par quatre rues se recoupant à angle droit, baptisées officiellement rue Delaville, rue Louis XVI, rue François 1er et rue Vastel en 1839. Bordée au nord par la nouvelle prison et la halle aux grains, seuls bâtiments publics édifiés autour de son périmètre, à l'’est, à l'’ouest et au sud par une série d’habitations particulières dont les propriétaires sont tenus de respecter les règles d'’alignement, la place Divette devient alors le principal carrefour commercial de la ville ainsi que le théâtre de très nombreuses manifestations qui ne manquent pas d’'attirer régulièrement la foule des curieux : revues des troupes de terre et de mer lors des grandes fêtes officielles (fête du roi sous la monarchie de Juillet, fête du 14 juillet sous la Troisième République), spectacles de prestidigitation et de cirque donnés par de grandes compagnies comme le Cirque-Loyal en 1861, le cirque Fernando en 1884, marché aux bestiaux. Fréquemment inondée en dépit des importants travaux de terrassement entrepris depuis le XIXe siècle, ses maisons délabrées et insalubres font l’objet, après la guerre, de critiques acerbes qui déterminent en 1956 le maire socialiste René Schmitt à proposer un plan de rénovation complète de la place et du quartier environnant. Repris par son successeur Jacques Hébert en 1960, le projet, financé en partie grâce aux aides de l'’État, envisage la destruction d'une grande partie des anciennes habitations et l’'aménagement autour de la place d’'un périmètre de 80000 m2, délimité par neuf rues où doivent être édifiés 1174 logements, 103 commerces, 2 écoles, un cinéma et un temple protestant. Adopté en 1961, sa réalisation est confiée à l'architecte Paul Vimond, prix de Rome en 1949, qui supervise les travaux de 1961 jusqu’à leur achèvement en 1967.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1816, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Sauvage Louis-Pierre
Le Sauvage Louis-Pierre (1775 - 1858)

Né à Coutances en 1775, mort à Cherbourg le 9 juin 1878. Les sources documentaires le désignent professeur de dessin en 1811, « dessinateur géographe » en 1813. Architecte de la ville de Cherbourg de 1813 à 1851, il est notamment l’auteur de la halle aux grains (1827-1833), du premier musée Thomas-Henry (1836), de l’extension du collège (1843) et du portail de la tour carrée de l’église de la Trinité. Il intervient sans doute sur l’église Notre-Dame du Vœu. Il est également l’auteur de la mairie de Saint-Pierre (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville attribution par source
Auteur : Vimond Paul
Vimond Paul (20/06/1922 - 29/01/1998)

Élève à l'École préparatoire des Beaux-arts de Rennes - élève d’Alexandre Courtois, Félix Dumail, Auguste Perret et André Remondet -, puis à l'École des Beaux-Arts de Paris. Premier Grand Prix de Rome le 26 juillet 1949, il est pensionnaire à l'Académie de France, Villa Médicis à Rome, de janvier 1950 à avril 1953. Architecte et urbaniste à Paris entre 1953 et 1984, et en 1994 ; architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux en 1954, architecte en chef de plusieurs Zup et Zac, dont Cherbourg ; architecte du cadre du ministère des P. et T. ; architecte du Conseil économique et social, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris. Chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques, des Arts et des Lettres et du Mérite pontifical, Meilleur ouvrier de France honoris causa, Médaille d'argent de la Ville de Paris (voir le Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), notice de Vimond, Paul © INHA__PERSONNES__156529, URL : http://www.purl.org/inha/agorha/002/156529 ; http://agorha.inha.fr).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

La place actuelle adopte toujours une forme rectangulaire. Elle est occupée au centre par un vaste parking ceinturé d’'arbres et délimitée du côté de la rue Vastel, la rue François Ier et la rue Delaville par trois barres de hauteur inégale. La rue Louis XVI, à l'’ouest, est le seul côté de la place à avoir conservé son habitat ancien.

Mursschiste
calcaire
béton
enduit
maçonnerie
État de conservationvestiges

La place Divette, aujourd'hui en grande partie disparue, est la première place régulière aménagée à Cherbourg au XIXe siècle. Son ouverture marque alors un tournant dans l'histoire de l'urbanisme local.

Statut de la propriétépropriété publique
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.