Logo ={0} - Retour à l'accueil

les hôtels particuliers de Cherbourg-Octeville

Dossier IA50001658 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Aires d'étudesCherbourg-Octeville
Dénominationshôtel
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville

La plupart des hôtels particuliers de Cherbourg (18 au total) se situe dans le quartier de la Bucaille, la partie résidentielle de la ville où s’installent, au XIXe siècle, certains des notables de la commune et du port militaire. 10 autres se trouvent dans le quartier intramuros et 4 seulement, à l’est de Cherbourg, dans le quartier du Val de Saire. Construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l’hôtel de Garantot, situé dans le quartier intramuros, au 12-16 rue Tour Carrée (IA50001450), est le plus ancien de la ville. Tous les autres datent soit du XVIIIe siècle (12 d’entre eux), soit du XIXe siècle (19 d’entre eux).

Hormis l’hôtel Lefevre de la Grimonnière, bâti sur la place Napoléon vers 1852 (IA50001533), ainsi que d’autres hôtels dont le commanditaire n’a pu être établi, les demeures d’origine aristocratique sont très peu nombreuses. La majorité est construite à l’initiative d’une bourgeoisie libérale composée d’entrepreneurs, de négociants, voire d’armateurs, enrichie dans les affaires maritimes. Certains de ses membres exercent alors un rôle politique important. C’est le cas de Jean-Alfred Mahieu, maire de la ville entre 1878 et 1882, pour qui l’hôtel du 17, rue Guillaume Fouace a été construit (IA50001420) ou encore de Joseph-Alfred Liais, maire de 1865 à 1878, bâtisseur de l’hôtel situé au 28, rue Gambetta (IA50001479) et propriétaire du 44bis dans la même rue (IA50001503).

Aucun nom d’architecte n’a pu être associé à l’ensemble de ces réalisations, excepté les cinq hôtels situés au 24-32 place Napoléon, bâtis en 1862 par l’architecte de la ville François-Dominique Geufroy (IA50001507). A l’exception de la résidence du préfet maritime (IA50001491), riche d’une remarquable collection d’objets mobiliers, ainsi que des hôtels Baccia et Lefèvre de la Grimonnière, situés au 22 et 34 place Napoléon, ces habitations ont toutes été transformées en immeubles. Certaines, plus minoritaires, accueillent des administrations publiques.

Période(s)Principale : 17e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 19e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Geufroy François-Dominique
Geufroy François-Dominique (1823 - 1874)

Né à Elbeuf-sur-Andelle (Seine-Maritime) le 3 octobre 1823, mort à Cherbourg (Manche) le 23 juillet 1874. Geufroy étudie l'architecture à l’École des beaux-arts de Paris. Nommé architecte municipal de Cherbourg en 1851, il est notamment l’auteur de l’hôpital Louis Pasteur, de l’église Saint-Clément, des flèches de l’église Notre-Dame du Vœu, du piédestal de la statue équestre de Napoléon et intervient sur la restauration de l’église de la Trinité. Chevalier de la Légion d’honneur en 1867, il réalise l’année suivante l’hôpital Saint-Léon de Bayonne (1864-1867).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville attribution par source
Personnalité : Liais Joseph-Alfred
Liais Joseph-Alfred (1802 - 1893)

Vice-consul d'Espagne, chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique. Maire de Cherbourg de 1868 à 1875. Sous son mandat, est construit l'hôpital maritime et aménagée la place Centrale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre
Personnalité : Mahieu Jean-Afred
Mahieu Jean-Afred (1820 - 1899)

Maire de Cherbourg de 1878 à 1882. Le théâtre à italienne et inauguré sous son mandat (janvier 1882). Nommé chevalier de la Légion d'honneur (12 juillet 1880).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre
Personnalité : Maurice Jacques-Martin
Maurice Jacques-Martin

Entrepreneur cherbourgeois, auteur du premier phare de Gatteville, de l'hôtel de la préfecture maritime et de l'hôtel particulier Epron de la Horie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre

Deux types d’hôtels particuliers s’imposent : les hôtels entre cour et jardin, au nombre de 6, et les hôtels sur rue, au nombre de 26. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les édifices, construits en schiste et pierre calcaire, se caractérisent, en façade, par une absence presque totale d’éléments décoratifs. L’hôtel de Garantot et, surtout, l’hôtel Cuman-Solignac (IA50001481), décoré par le sculpteur François-Armand Fréret, font à ce titre figure d’exception.

Une évolution stylistique se dessine au cours du XIXe siècle. Certains hôtels se dotent en effet de façades entièrement réalisées en pierre calcaire (hôtel Duhommet, IA50001581 ; hôtel Lemoigne, IA50001451 ; hôtel Leclerc, IA50001600), d’autres en brique et pierre (hôtels Courtignon et Geufroy, IA50001507 ; hôtel Vautier, IA50001524). A la sobriété décorative de l’époque classique, succède un goût prononcé pour une ornementation d’inspiration éclectique, dont le répertoire puise au Moyen Age comme à l’époque moderne.

Toitsschiste en couverture, ardoise
Mursschiste
calcaire
granite
Décompte des œuvres repérés 36
étudiés 30
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.