Logo ={0} - Retour à l'accueil

les cités de Cherbourg-Octeville

Dossier IA50001657 réalisé en 2006

Fiche

Voir

  • cité
    Cherbourg-Octeville, 6, 8, 10, 12, 14, 16 rue Gustave Féron
  • cité
    Cherbourg-Octeville, 87, 89 rue Victor Asselin, 1, 3, 5, 7, 9 avenue des Villas
  • cité
    Cherbourg-Octeville, 21, 23, 25 rue d' Inkermann, 94, 96, 98, 100, 102, 104, 106, 108, 110, 112, 114 rue Malakoff, 10, 12, 14, 16, 18, 20 rue Vautier
  • cité
    Cherbourg-Octeville, 21, 23, 25, 27, 40, 42, 44 rue Henri Menut, 7, 9, 11, 13, 22, 24, 26, 28, 30, 32 rue Gustave Féron
  • cité
    Cherbourg-Octeville, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 impasse Paradis, 56, 58, 58bis, 60, 62, 64, 66 rue Vauban
  • cité
    Cherbourg-Octeville, 154, 156, 158, 160 rue de la Polle
  • cité Henri Menut
    Cherbourg-Octeville, 2-18 Alfred Lohen, 103-127 rue du président Loubet
  • cité Milinaire
    Cherbourg-Octeville, 13, 15, 17, 19 rue d' Inkermann, 1, 3, 5, 7, 9 impasse Milinaire
  • cité Simon
    Cherbourg-Octeville, 3, 3bis, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 18 rue Simon
  • cité de l'Infanterie coloniale
    Cherbourg-Octeville, 59 rue de l' Abbaye, 2-14 rue de l' amiral Gauchet, 1-12 rue du Premier Colonial, 1-10 rue du général Charpy, 2-8 rue de la Ruelle
  • cité des Fourches
    Cherbourg-Octeville, 1-35 rue Lapérouse
  • cité des Miclots
    Cherbourg-Octeville, 20-54 rue Guynemer, 13-23 rue Paul Nicolle, 1-11 rue Marcel Jacques
  • cité dite Tours Casino
    Cherbourg-Octeville, 37 rue Aristide Briand, 1 rue Louis-Philippe
  • cité dite ZUP Divette
    Cherbourg-Octeville, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 47, 49, 55 boulevard Maurice Schumann, 1, 3, 5, 7, 9, 11 rue Paul Doumer, 3, 5, 7 rue Thomas Henry, 27, 31, 33 avenue Delaville, 2, 4, 6 rue Charles Péguy, 8, 10 rue du Vieux Pont, 1, 3, 5 rue François 1er, 2, 4 rue Ernest Psichari, 7, 9, 11 rue Vastel, 1, 3, 5, 7, 9 square Saint-Exupéry, 72, 74 quai Alexandre III
  • cité dite ZUP d'Octeville
    Cherbourg-Octeville, quartier des Provinces
  • cité dite résidence Chantereyne
    Cherbourg-Octeville, 2 avenue de Cessart
  • cité dite résidence Charcot-Spanel
    Cherbourg-Octeville, rue du docteur Charcot
  • cité dite résidence Pierre de Coubertin
    Cherbourg-Octeville, 83, 85, 87, 89 rue Pierre de Coubertin, 3, 5, 7, 9 rue des Fourches
  • cité du docteur Carré
    Cherbourg-Octeville, 1-20 rue du docteur Carré
  • cité du docteur Deslandes
    Cherbourg-Octeville, 16-56 avenue Louis Lumière
  • présentation de la commune de Cherbourg-Octeville
    Cherbourg-Octeville
Aires d'étudesCherbourg-Octeville
Dénominationscité
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville

Les premières cités, destinées aux ouvriers de l’arsenal et des grands établissements industriels locaux (usine Cantinau, maison Hamel), apparaissent à la fin du XIXe siècle.

Elles se développent à l’est de la ville, dans le quartier du Val de Saire, dont la vocation industrielle et commerciale s’est affirmée depuis le début du XIXe siècle (cité impasse Paradis, IA50001585, cité Malakoff, IA50001593, cité Milinaire, IA50001594), ainsi qu’à l’ouest et au sud, sur des terrains libérés progressivement des règles de servitude militaire (cité avenue des Villas, IA50001527, cité Henri Menut, IA50001541).

Leur émergence, qui s’inscrit dans un contexte de forte croissance démographique, est alors favorisée par l’adoption d’une succession de lois (loi Sigfried en 1894, loi Strauss en 1906 et loi Bonnevay en 1912) qui encouragent la création d’organismes d’habitations à bon marché ainsi que la participation de L’État et des municipalités au financement du logement social.

Ce mouvement se poursuit lors de l’entre-deux-guerres, période où les abords de la commune se couvrent de nouveaux lotissements. Stimulé par le vote de la loi Loucheur en 1928 qui renforce encore l’action de l’Etat en faveur de l’habitat social, ainsi que par un désengagement progressif de l’Armée de plusieurs pans du territoire, elle donne lieu à de nombreuses réalisations dont les cités du docteur Carré (IA50001549) et de l’Infanterie coloniale (IA50001510) constituent les exemples les plus significatifs. La Reconstruction, où s’affirme une nouvelle génération d’architectes et d’édiles soucieux de lutter contre l’habitat insalubre, marque l’apogée de l’habitat social. 18 nouvelles cités, réalisées par des organismes publics ou privés en collaboration étroite avec le ministère de la Reconstruction et du Logement, voient le jour au cours de cette période. De taille beaucoup plus considérable que lors des époques précédentes, elles ne manquent pas d’apporter des transformations profondes au paysage urbain, comme en témoignent les tours casino (IA50001667) et Chantereyne (IA50001663) ainsi que les ZUP Divette (IA50001563) et d’Octeville (IA50001665), aménagées entre 1961 et 1973.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Champart François
Champart François

Architecte parisien, auteur de l'église d'Urville-Nacqueville et, à Cherbourg, des cités du docteur Deslandes, des Fourches et Durosoy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Chauliat Jacques
Chauliat Jacques (1916 - 1994)

Auteur, avec son frère Jean-Paul, de l'université de Nanterre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Chauliat Jean-Paul
Chauliat Jean-Paul (1914 - 1990)

Nommé en 1948 architecte en chef de la Reconstruction de Cherbourg. Auteur avec son frère Jacques de l'université de Nanterre (Kerhuel, G. "Jean-Paul et Jacques Chauliat : vers une logique industrielle de l’architecture", Fabric A, n° 88, 2014, p. 94-123).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Levesque René
Levesque René (1873 - 1948)

René Levesque est l'auteur de l'hôtel de ville, de la gendarmerie, du bureau de poste, de l'usine à gaz, de l'école de garçons et du vélodrome d'Equeurdreville, de deux cliniques (docteur Ardouin et docteur Viel), de la chapelle de l'institut Saint-Paul, de la cité dite des Trente-Deux Logements (rue du docteur Carré), d'une maison Art Déco (44 rue du Val-de-Saire), de la villa Pâquerette (125bis rue Émile Zola) et de l'agrandissement de l'hôte du vice-amiral Lecannelier) à Cherbourg, de l'agrandissement de l'hôtel Millet à Landemer, de plusieurs écoles et salles des fêtes à Portbail, Néhou, Vindefontaine, La Haye-du-Puits, Saint--Sauveur-le-Vicomte, Saint-Lô et Tourlaville. Il intervient également sur les églises de Nacqueville, Saint-Laurent de Tocqueville, Notre-Dame de Cretteville (rénovations) et Saint-Joseph-des-Mielles à Tourlaville (construction).

Concernant les sources conservées aux archives départementales de la Manche, voir le Portail européen des archives (consulté le 08/03/2017) :

URL : https://www.archivesportaleurope.net/ead-display/-/ead/pl/aicode/FR-FRAD050/type/fa/id/FRAD050_00690.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Parcevaux Maurice de
Parcevaux Maurice de ( - 1978)

Architecte en chef des Cités cherbourgeoises. Auteur dans la Manche des groupes scolaires de Querqueville, des immeubles de la cité Charcot-Spanel, de l'église Sainte-Marie-Madeleine Postel et de la piscine municipale à Cherbourg, des laiteries de Benoistville et Quettehou. En charge de l'aménagement du château de Tocqueville, il intervient également dans la construction de l'église de Millières.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Vimond Paul
Vimond Paul (20/06/1922 - 29/01/1998)

Élève à l'École préparatoire des Beaux-arts de Rennes - élève d’Alexandre Courtois, Félix Dumail, Auguste Perret et André Remondet -, puis à l'École des Beaux-Arts de Paris. Premier Grand Prix de Rome le 26 juillet 1949, il est pensionnaire à l'Académie de France, Villa Médicis à Rome, de janvier 1950 à avril 1953. Architecte et urbaniste à Paris entre 1953 et 1984, et en 1994 ; architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux en 1954, architecte en chef de plusieurs Zup et Zac, dont Cherbourg ; architecte du cadre du ministère des P. et T. ; architecte du Conseil économique et social, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris. Chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques, des Arts et des Lettres et du Mérite pontifical, Meilleur ouvrier de France honoris causa, Médaille d'argent de la Ville de Paris (voir le Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), notice de Vimond, Paul © INHA__PERSONNES__156529, URL : http://www.purl.org/inha/agorha/002/156529 ; http://agorha.inha.fr).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Viviès André
Viviès André

Architecte rouennais.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte

Les premières cités aménagées à la fin du XIXe siècle forment des ensembles de taille modeste. Leur capacité d’accueil ne dépasse pas une vingtaine de foyers. Construites à l‘aide de matériaux locaux (schiste, calcaire, brique), elles se composent d’une succession de pavillons mitoyens, pourvus d’un jardinet réservé aux cultures vivrières et répartis le long d’une allée centrale (cité impasse Paradis, IA5000158, cité Milinaire, IA50001594, cité avenue des Villas, IA50001527).

Ce modèle, où prédomine l’habitat individuel, continue à s’imposer au cours de l’entre-deux-guerres, ce dont témoignent des réalisations comme le lotissement du docteur Carré en 1922 (IA50001549). La cité de l’Infanterie coloniale, avec ses maisons et immeubles en béton et ses toitures en terrasse, constitue à ce titre une exception stylistique.

Après la Libération, les Trente Glorieuses sont marquées par l’apparition de grands ensembles composés de tours et de barres qui regroupent plusieurs centaines de logements (cité dite résidence Pierre de Coubertin, IA50001557 ; cité dite résidence Chantereyne, IA50001663 ; cité dite des Tours Casino, IA50001667). Certains, telles les ZUP Divette et d’Octeville, forment de véritables quartiers indépendants qui, aux côtés des habitations, intègrent commerces, écoles et établissements religieux.

Toitsardoise, béton en couverture, tuile
Mursbéton enduit
brique
calcaire
granite
schiste enduit
Décompte des œuvres repérés 29
étudiés 20
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.