Logo ={0} - Retour à l'accueil

indiennerie puis filature de coton de l'Isle-Dieu, puis tissage de coton Pouyer-Quertier puis Liegault puis Flipo, puis usine de ferblanterie Coqueval, puis usine de pièces techniques en matière plastique Plastiques de l'Andelle

Dossier IA27002692 réalisé en 2016

Fiche

Précision dénominationfilature de coton
tissage de coton
indiennerie
usine d'articles ménagers en aluminium
usine de pièces techniques en matière plastique
Appellationsfilature de l'Isle-Dieu, tissage Pouyer-Quertier, usine d'articles ménagers Coqueval, usine des Plastiques de l'Andelle
Destinationslogement, entrepôt industriel
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, atelier de fabrication, entrepôt industriel, bâtiment d'eau, logement patronal
Dénominationsusine d'impression sur étoffes, filature, tissage, usine de ferblanterie, usine de pièces détachées en matière plastique
Aire d'étude et cantonbassin hydrographique de l'Andelle - Romilly-sur-Andelle
Hydrographiesbief de dérivation dit canal de l'Isle Dieu l'Andelle
AdresseCommune : Perruel
Lieu-dit : L'Ile-Dieu
Adresse : 82 Chemin
de l'Ile-Dieu
Cadastre : 1836 A 624 ; 2019 ZA 203

Le 17 mai 1791, l’abbaye de l’Isle-Dieu devenue bien national est vendue pour la somme de 230 200 livres en un seul lot au bourgeois rouennais Pierre Girault. Les bâtiments abbatiaux sont rétrocédés par acte notarié en 1795 au négociant rouennais Louis Thomas Quesnel qui envisage d'y établir une fabrique d’indiennes. Louis Thomas Quesnel décède avant que le projet ne voit le jour et les bâtiments sont revendus par sa veuve à un tiers. C'est finalement son neveux, Edouard Quesnel, qui en 1819 intéressé par l'affaire, devient locataire du site et reconvertit l’ancien monastère en indiennerie. La même année il complète son établissement par la mise en activité d'une batte à indienne qu'il fait édifier sur le canal de l’Isle-Dieu, une dérivation de l’Andelle créée par les moines pour alimenter le moulin à blé de l’abbaye.

Edouard Quesnel rachète progressivement terrains et bâtiments conventuels dans le but de développer l'activité textile sur le site en y édifiant une filature de coton. La construction de l'usine est autorisée par l’ordonnance royale du 28 novembre 1837. La nouvelle filature est équipée d’une roue hydraulique par-dessous elle aussi alimentée par le canal de l'Isle-Dieu. Pour augmenter l'apport énergétique nécessaire au fonctionnement de sa filature hydraulique, Edouard Quesnel est autorisé à relever de 18 cm le repère posé en tête du canal de l'Isle-Dieu par l'ordonnance royale du 12 septembre 1842. Mais la force obtenue n’étant toujours pas suffisante, il est contraint d’équiper son usine d’une machine à vapeur de 12 CV, comme l’y autorise l’arrêté préfectoral du 2 juillet 1850. Parallèlement, Edouard Quesnel rachète en 1841 la filature de coton la Blanche établie à Vascoeuil et fait édifier en 1845 la filature de coton la Rouge également située à Perruel.

Après le décès d'Edouard Quesnel en 1851, la filature de l'Isle-Dieu est reprise par son gendre le vicomte Alphonse d’Osmoy qui en confie l’exploitation à Louis Quesnel, un autre membre de la famille, puis à un certain Rousselin. La filature de l’Isle-Dieu est condamnée à rester au chômage durant la grande crise cotonnière du début des années 1860. En 1872, l’usine est rachetée par Michel Delaporte, qui en confie l’exploitation à la société Filatures et Tissages Pouyer-Quertier comme tissage de coton. Les bâtiments, dévastés par un incendie en 1887, sont aussitôt reconstruits au même emplacement : l'usine à étages est remplacée par un vaste atelier de plain pied s'étendant sur plus de 2 300 m2 et couvert d'une toiture en shed offrant un éclairage naturel zénithal. La société anonyme des Filatures et Tissages Pouyer-Quertier et Cie, devenue propriétaire du site, en assure l'exploitation jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Après la Grande Guerre, l'usine de l’Isle-Dieu, est brièvement reprise par la société R. Liegault qui l'exploite également comme tissage pour y poursuivre la fabrication de tissus de cretonne écrue et de couleur destinés essentiellement à l’ameublement. Le tissage Liegault compte pas moins de 320 métiers en 1923. La même année, la société Flipo reprend l’exploitation du tissage et y emploie 150 ouvriers. L’activité textile est définitivement arrêtée en 1953.

Le site est ensuite racheté par la société anonyme Coqueval, fondée à Paris en 1920, qui est autorisée par l’arrêté préfectoral du 5 avril 1955 à y établir une usine de ferblanterie spécialisée dans la fabrication d’articles de ménage et de camping ainsi que de jouets en aluminium de la marque Comme Maman (dinettes, cuisines, électroménagers miniatures). Elle utilise pour cela un équipement regroupant des machines à découper, emboutir, sertir, repousser et polir. Un nouveau bâtiment à usage de bureau est édifié et une façade de style art-déco est accrochée sur l'élévation ouest du vaste atelier en shed. En 1972, la ferblanterie Coqueval emploie 120 personnes et exporte ¼ de sa production en Europe. Dans les années suivantes, l’usine de l’Isle-Dieu change à nouveau de propriétaire et de fonction : elle est rachetée par la société Les Plastiques de l’Andelle, spécialisée dans la fabrication de pièces techniques à base de matière plastique.

L’activité industrielle y est définitivement arrêtée en 2008. L’usine est désormais reconvertie en logements et en entrepôt.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates1819, daté par travaux historiques
1837, daté par travaux historiques
1887, daté par travaux historiques
1955, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Quesnel Louis-Thomas
Quesnel Louis-Thomas

Fils de Nicolas Louis Quesnel et de Marie Elisabeth Baraguey.

Achète l'abbaye de l'Ile Dieu et son moulin en 1795

Achète le moulin à blé de Saint-Denis le Thiboult vers 1811.

Achète le moulin à blé de Ry en 1818.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Quesnel Edouard
Quesnel Edouard (1781 - 1851)

Fils de François Prosper Quesnel.

Neveux de Louis Thomas Quesnel.

Fonde la filature de l'Isle-Dieu à Perruel (27) en 1837.

Rachète le moulin à blé et la filature de coton la Blanche à Vascoeuil (27) en 1841.

Fonde la filature de coton la Rouge en 1845 à Perruel (27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : vicomte d’Osmoy Alphonse propriétaire, commanditaire, personnage célèbre attribution par source
Personnalité : Pouyer-Quertier Augustin-Thomas
Pouyer-Quertier Augustin-Thomas (1820 - 1891)

Marié en 1847 à Blanche Delamare (fille d’un négociant rouennais)

L’influence britannique :

Après son instruction secondaire au collège royal de Rouen en section mathématiques préparatoires, il passe trois ans en Angleterre pour compléter ses connaissance théoriques par des études pratiques. C’est là qu’il apprendra les techniques de l’industrie textile mécanique.

L’industriel : 1er filateur normand sous le 2nd Empire

Exploite puis rachète les usines suivantes :

Fleury-sur-Andelle : - filature de Saint-Victor

Perruel : - filature la Rouge (15 000 broches avec renvideurs modernes) dans les années 1860.

Petit-Quevilly : - rachat de la filature de lin la foudre en 1859 qu’il transforme un complexe cotonnier de 56 000 broches avec tissage.

1864 : élabore un règlement concernant l’écoulement des eaux de l’Andelle afin que les filatures et tissages fonctionnent avec régularité.

Ultra protectionniste : il est très opposé au traité franco-britannique de 1860 : traité de libre échange qui offrait à l’Angleterre le débouché français à ses produits manufacturés, moins chers que ceux fabriqués en France au moment où la guerre de Sécession générait, suite au blocus des états cotonniers du sud, une pénurie de matière première.

De 1866 à 1891 : est le président du syndicat des usiniers de l'Andelle

L’homme politique :

- Conseiller général de l’Eure dès 1852

- Maire de Fleury-sur-Andelle de 1854 à sa mort en 1891

- Député de Seine-Inférieure de1857 à 1869

- Ministre des finances de Thiers le 25 février 1871, il prit part aux négociations du traité de Francfort avec Bismarck

- Sénateur de Seine Inférieur de 1871 à 1891


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire, personnage célèbre attribution par source
Personnalité : société Coqueval propriétaire, commanditaire attribution par source

Il ne reste aujourd'hui de l'abbaye de l'Isle-Dieu que de rares vestiges de l’église tant les transformations apportées par différentes industries qui se sont succédé sur ce site, ont été radicales. Quelques blocs de calcaire, restes de façade nord de la nef et de ses contreforts, constituent le mur d'un entrepôt dont les autres élévations sont en brique (l'intérieur cependant n'a pu être visité). Cet entrepôt est accolé au vaste atelier en brique et ossature métallique construit de plain-pied sur 3200 m2, le tout couvert en shed, qui fut édifié en 1887 sur les ruines de la précédente usine à étages. Le bâtiment de la turbine qui lui est contigu à l'est est un petit édicule en brique en mauvais état et son moteur n'est plus en place. Un immense entrepôt de type halle, en maçonnerie de brique et pan de bois, également bâti après l'incendie de 1887 complète le site. Les bureaux construits en 1955 sont bâtis de plain-pied en parpaing de ciment. C'est à la même époque qu'une façade moderne est plaquée sur l'entrepôt qui fait face au portail d'entrée de l'usine. Tous ces bâtiments sont aujourd'hui désaffectés et servent de parking ou d'entrepôt. La chaufferie, la salle de la machine à vapeur ainsi que la conciergerie et la menuiserie sont pour leur part reconvertis en logements. Le logement du directeur de l'usine situé sur la rive opposée du canal n'a pu être visité.

Mursbrique
bois pan de bois
ciment parpaing de béton
calcaire pierre de taille
Toittuile mécanique, ardoise
Étagesrez-de-chaussée
Couvrementscharpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couverturesshed
toit à longs pans pignon couvert
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Détail des sources.

    Procès-verbal d’accession des lieux, 15 mai 1813.

    « …je soussigné, Jean Moniée (Monier), meunier à l’Isle Dieu, (…) jouissant de la vieille usine qui existe sur la rivière de l’Isle Dieu… » « L’isle Dieu est un monastère bénédiction dont le moulin à blé est attesté en aout 1497 (…) devenu plus tard moulin à drap, il fut converti ensuite en moulin à papier »

    AD Eure. 19 S 2.

    Situation 1819.

    M Quesnel loue les bâtiments de l’ancien couvent à usage de fabrique d’indiennes et fait construire une « batte à indiennes » réglementée en 1821 ; les chutes des deux roues du moulin à blé sont additionnées ce qui définit la puissance du nouveau moulin.

    AD Eure. 19 S 2.

    Plan cadastral, section A parcelles 620 à 633, 1835.

    AD Eure. 3 PL 681/4.

    Plan de la filature de l’Ile Dieu (remplaçant l’ancien moulin) appartenant à M. Quesnel, 16 octobre 1836.

    AD Eure. 19 S 2.

    Pétition, Edouard Quesnel, 18 avril 1836.

    Par laquelle il demande l’autorisation d’établir une filature de coton dans l’ancien couvent de l’Isle Dieu. Depuis 1819, il avait placé dans les lieux une batte à indiennes.

    AD Eure. 19 S 2.

    Livret Quesnel visant la défense de ses droits, octobre 1836.

    Le partage des eaux avec les usines de MM. Hain et Grimaux entraine un procès.

    AD Eure. 19 S 2.

    Ordonnance royale, 28 novembre 1837.

    Autorisant M. Edouard Quesnel à construire de nouvelles usines à usage de filature au lieu et place du moulin qu’il possède sur le bras de l’Isle Dieu.

    AD Eure. 18 S 90.

    Ordonnance royale du 12 sept 1842.

    Autorisant M. Quesnel à relever de 18 cm le repère posé en tête du canal de l’Isle Dieu

    AD Eure. 19 S 2.

    Section : A

    N° du plan : 624

    Lieu-dit : L’Isle Dieu

    Edifice : filature

    Propriétaire : Edouard Quesnel

    Revenu : 2600

    Obs : construction nouvelle en 1849- vendu en 1851 à Alphonse d’Osmoy- vendu en 1872 à Michel Delaporte

    AD Eure. 3 P 7 738, Cadastre Napoléonien-matrice, Perruel, 1835.

    AD Eure. 3 P 6 574, Cadastre Napoléonien-état section, Perruel, 1835.

    Arrêté préfectoral, 2 juillet 1850.

    Autorisant M. Edouard Quesnel à faire usage dans sa filature de l’Isle Dieu d’une chaudière à vapeur cylindrique à deux bouilleurs et d’une machine à vapeur de 12 cv.

    AD Eure. 5 M 309.

    Rapport de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, 7 août 1852.

    M. Louis Quesnel est exploitant d’une filature située sur le Bras de l’Ile Dieu à Perruel et appartenant aux héritiers de M. Edouard Quesnel. Cette usine est réglée par ordonnance royale du 28 novembre 1837.

    M. Louis Quesnel est également exploitant d’une autre usine réglée par ordonnance royale du 14 décembre 1835.

    AD Eure. 18 S 90.

    AD Eure. 19 S 2.

    Pétition d’Osmoy, 23 novembre 1854.

    M. le Vicomte d’Osmoy, propriétaire de l’usine de l’Isle Dieu la donne en location à M. Louis Quesnel.

    AD Eure. 19 S 2.

    Pétition Rousselin, 11 mai 1857.

    M. Rousselin locataire de la filature de l’Isle Dieu, fabricant demeurant 29 rue de Buffon à Rouen.

    « …mais ayant été forcé par la suite d’un accident arrivé à ma pompe à vapeur de ne travailler qu’au moyen de ma roue (…) lorsque l’eau est arrêtée mes ouvriers sont forcés de chômer ».

    AD Eure. 19 S 2.

    Plan masse, 11 juillet 1857.

    Filature appartenant Edouard Quesnel (rachetée au Vicomte d’Osmoy).

    Rousselin locataire exploitant.

    AD Eure. 18 S 8.

    Situation : 1861-1863.

    L’usine ne fonctionne pas

    AD Eure. 19 S 2.

    Rapport de l’ingénieur ordinaire résidant à Gisors, 22 septembre 1863.

    M. D’Osmoy propriétaire et M. Durécu locataire de l’usine qui travaille les indiennes.

    AD Eure. 19 S 2.

    Situation 1872.

    M. D’Osmoy : propriétaire.

    Société Pouyer-Quertier : locataire.

    AD Eure. 19 S 2.

    Situation : 1873-1874.

    L’usine est arrêtée.

    AD Eure. 19 S 2.

    Certificat d’épreuve d’appareil à vapeur, 9 octobre 1883.

    Pour un réchauffeur provenant des ateliers Green & Sons à Manchester installé au Tissage de l’Ile Dieu exploité par la société des Filatures et Tissages Pouyer Quertier et Cie

    AD Eure. 5 M 309.

    Situation : 1906.

    Le tissage de l’Isle Dieu est toujours exploité par la société anonyme des Filatures et Tissages Pouyer Quertier.

    AD Eure. 5 M 309.

    Perruel, état matrice du syndicat des usiniers de la vallée de l’Andelle, 1872-1909.

    La société Pouyer-Quertier propriétaire et exploitant de l’usine de 1882-1909.

    AD Eure. 18 S 6.

    Lettre de R. Liegaut au préfet de l’Eure, 18 juin 1920.

    L’informant qu’il met en service dans son Tissage de l’Isle Dieu, deux cylindres d’encolleuse destinés au séchage des fils, provenant des ateliers Dickinson & sons à Blackburn Angleterre.

    AD Eure. 5 M 309.

    Enquête industrielle 1923 (en vue du n° spécial de l’Illustration économique).

    La société Flipo emploie 150 ouvriers.

    AD Eure. 9 M 4.

    Lettre de C. & F. Flipo au préfet de l’Eure, 16 décembre 1924.

    L’informant qu’ils ont pris la suite de M. Liegaut pour l’exploitation du Tissage de l’Ile Dieu. Et qu’ils maintiennent en service deux encolleuses à deux tambours provenant des ateliers Dickinson & sons à Blackburn Angleterre, entre autres…

    AD Eure. 5 M 309.

    Etat récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31-12-1925.

    Titre en vertu duquel l’usine est autorisée : ordonnance royale 12 septembre 1842

    Concessionnaire : Josse

    Hauteur de chute : 2,43 m

    Puissance brute : 19 kw

    AN, F 143.

    Etat récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31-12-1926.

    Concessionnaire : Josse

    Hauteur de chute : 2,43

    Puissance brute : 19 kw

    AD Eure. 1 J 465.

    Lettre de la société Coqueval, 25 juin 1954.

    Décrivant les machines utilisées dans l’usine :

    9 presses à emboutir de 5 à 80 T

    1 balancier à friction

    2 balanciers à main

    6 tours de repousseur

    2 machines à Rogner

    2 machines à moulurer

    2 perceuses

    2 tours outillage

    1 étau limeur

    1 scie à moteur

    2 tourets à meuler

    3 tourets de polissage

    1 cisaille guillotine à moteur

    1 cisaille à main

    1 machine à grignoter

    9 machines à poser les rivets

    2 machines à sertir

    1 tonneau à polir

    AD Eure. 18 W 250.

    Plan masse de l’usine Coqueval, 1/500e, 1954.

    AD Eure. 18 W 250.

    Arrêté préfectoral, 5 avril 1955.

    Autorisant la Société Coqueval dont le siège social est à Paris 12e arrondissement, à installer à Perruel dans l’ancien Tissage de l’Isle Dieu fermé depuis janvier 1953, une fabrique d’articles de ménage, camping et jouets en aluminium. Dans les ateliers sont travaillés les métaux, principalement l’aluminium à l’aide de machines à découper, emboutir, sertir, repousser et polir.

    AD Eure. 18 W 250.

    Situation : 1988

    La société Les Plastiques de l’Andelle reprend le site pour la fabrication de pièces techniques à base de matières plastiques.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Procès-verbal d’accession des lieux, 15 mai 1813.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Situation 1819.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Plan de la filature de l’Ile Dieu (remplaçant l’ancien moulin) appartenant à M. Quesnel, 16 octobre 1836.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Livret Quesnel visant la défense de ses droits, octobre 1836.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 90. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle. Perruel.

    Ordonnance royale, 28 novembre 1837.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Ordonnance royale du 12 septembre 1842.
  • AD Eure. Série P ; Sous-série 3 P : 3 P 7 738. Perruel. Matrices, registre des augmentations et diminutions.

    Section : A - N° du plan : 624
  • AD Eure. Série P; Sous-série 3 P : 3 P 6-574. État de section, 1836.

    Section : A - N° du plan : 624
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 90. Cours d'eau et usines hydrauliques. Perruel.

    Plan de situation, 1840.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 309. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Arrêté préfectoral, 2 juillet 1850.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Rapport de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, 7 août 1852.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 90. Cours d'eau et usines hydrauliques. Perruel.

    Rapport de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, 7 août 1852.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Pétition d’Osmoy, 23 novembre 1854.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Plan masse, 11 juillet 1857.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Situation : 1861-1863.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Rapport de l’ingénieur ordinaire résidant à Gisors, 22 septembre 1863.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Situation 1872.
  • AD Eure. Série S ; sous-série 19 S : 19 S 2. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de l'Andelle.

    Situation : 1873-1874.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 309. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Certificat d’épreuve d’appareil à vapeur, 9 octobre 1883.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 309. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Situation : 1906.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 18 S : 18 S 6. Syndicat des usiniers de l'Andelle.

    Perruel, état matrice du syndicat des usiniers de la vallée de l’Andelle, 1872-1909.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 309. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Lettre de R. Liegaut au préfet de l’Eure, 18 juin 1920.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 9 M : 9 M 4. Enquêtes administratives et industrielles (1884-1926).

    Enquête industrielle 1923 (en vue du n° spécial de l’Illustration économique).
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 5 M : 5 M 310. Établissements industriels, dangereux et insalubres. Appareils à vapeur.

    Lettre de C. & F. Flipo au préfet de l’Eure, 16 décembre 1924.
  • AD Eure. Série J ; Sous-série 1 J : 1 J 465. État récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31/12/1926 dans l’Eure.

    Etat récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31-12-1926.
  • AD Eure. Série W. Sous-série 18 W : 18 W 250. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Perruel.

    Lettre de la société Coqueval, 25 juin 1954.
  • AD Eure. Série W. Sous-série 18 W : 18 W 250. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Perruel.

    Plan masse de l’usine Coqueval, 1/500e, 1954.
  • AD Eure. Série W. Sous-série 18 W : 18 W 250. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Perruel.

    Arrêté préfectoral, 5 avril 1955.
Bibliographie
  • CATHERINE, Éric. Balade au fil de l'eau. À la rencontre des moulins. Filatures et fonderies de la vallée de l'Andelle. Éditions Mémoires et Cultures, 2009. 143 p.

    p. 38-39
  • BELHOSTE, Jean-François. La vallée de l’Andelle : histoire et archéologie industrielles (1780-1870). In Tisser l’histoire. L’industrie et ses patrons. Mélanges offerts à Serge Chassagne. Valenciennes : Presses universitaires de Valenciennes, 2009. 406 p.

    p. 44, 49
  • BODINIER, Bernard. De la Révolution à la Séparation de l’Église et de l’État : le sort des abbayes normandes. Bulletin annuel de Montivilliers hier, aujourd’hui, demain, 2013, p. 73-101.

  • SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU BASSIN DE L'ANDELLE. Plan Pluriannuel de Restauration et d'Entretien de l'Andelle et de ses affluents 2015-2019. 369 p.

    p. 202-206 (ROE 84097)
Périodiques
  • Eure. L’Illustration économique et financière, n° spécial, septembre 1923.

    p. 66
  • Si l’Andelle m’était contée… Présence Normande, n° 1 et 2, 23e année, 1972.

    p. 7
  • BELHOSTE, Jean-François. L'Andelle, une grande vallée textile normande. L'archéologie industrielle en France, 2008, n°53.

    p. 40
  • CHAMPY, Philippe. De l'Andelle au Vexin normand : l'implantation d'une dynastie rouennaise du négoce, les Quesnel. Etudes normandes, n°3, 2011, p.5-28

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Real Emmanuelle
Real Emmanuelle

Chargée de recherches à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Haute-Normandie, puis de Normandie, depuis 1992. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.