Logo ={0} - Retour à l'accueil

indiennerie Liesse puis Hutrel puis Daliphard, puis usine de moteurs hydrauliques Blot, dite usine de la Bove

Dossier IA27000586 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénominationfabrique d'indiennes
usine de moteurs hydrauliques
Appellationsusine de la Bove
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation
Dénominationsusine d'impression sur étoffes, scierie, usine de construction mécanique, usine de matériel d'équipement industriel
Aire d'étude et cantonbassin hydrographique de l'Andelle - Romilly-sur-Andelle
Hydrographiesla Lieure (affluent de l'Andelle)
AdresseCommune : Charleval
Lieu-dit : La Bove
Cadastre : 1836 D 20 à 31 ; 2019 AM 289

En 1778, Martin Liesse, imprimeur dans la fabrique d'indienne rouennaise de Noël Fleury, décide de se mettre à son compte et obtient par bail du marquis Delafosse, deux vastes parcelles sur la commune de Charleval, au lieu-dit de la Bove, pour «y étendre toutes les toiles, indiennes et marchandises qu’il jugerait à propos », autrement-dit pour y fonder sa propre indiennerie. Le bail prévoit également la location d’une demeure voisine qu’il transforme, avec le consentement du propriétaire, en atelier d'imprimerie sur tables. L'indiennerie de Martin Liesse est implantée sur la Lieure dont l’eau claire et abondante est utilisée pour le trempage et le rinçage des toiles et comprend une dizaine de bâtiments : ateliers de gravure, d'impression, de teinture et autres dépendances. Pour compléter l'ensemble, Martin Liesse annexe des prairies voisines, y fait aplanir le sol et élever des digues dans le but de faire sécher à l'air libre toutes les toiles produites dans son établissement. Martin Liesse fait appel pour la gravure de ses planches à imprimer, au dessinateur-graveur Jean-Antoine Rigaud qui restera à son service pendant près de 20 ans, se réservant pour sa part le travail de colorisation. En 1783, lors du renouvellement du bail, un nouvel atelier est édifié.

Après la Révolution Française, Martin Liesse profite de la vente des biens nationaux pour se rendre acquéreur des immeubles qu'il louait jusqu'alors. En 1789, la fabrique emploie une centaine d'ouvriers et devient sous le Consulat l'indiennerie la plus florissante de la région. Elle totalise alors trente tables d'impression et occupe 300 ouvriers. Ceux-ci résident pour la plupart dans les communes environnantes mais logent à Charleval chez un maître de pension durant la période d'activité de la fabrique, soit de mars à novembre. En hiver, l'activité est arrêtée en raison des intempéries qui rendent impossible le séchage des toiles en plein air. L'indienneur profite donc de cette période de chômage pour s'approvisionner en calicots et en siamoises à la halle de Rouen où il tient une maison de commerce. C’est là qu’il écoule les 12 000 pièces imprimées que sa fabrique de Charleval produit chaque année.

A partir de 1806, la production régresse et tombe à 9 000 pièces par an. La fabrique emploie tout de même 260 ouvriers, et son équipement est estimé à 65 000 livres. C’est à cette époque que Martin Liesse s'associe à Jean-Baptiste Vacossin avant de se retirer définitivement des affaires. Malgré les efforts des deux associés, la fabrique n’occupe plus que 73 hommes et 21 femmes en 1810 et produit 4 000 mouchoirs par an. La faillite de l’entreprise ne peut être évitée et l’ensemble des biens fait l’objet d’une vente par adjudication le 3 novembre 1819.

La fabrique d’indienne est rachetée par Michel Hutrel, un entrepreneur rouennais, qui engage aussitôt sa modernisation : il fait percer sur son terrain un canal de dérivation de 230 m de longueur et d’1,5 m de largeur et y installe une machine à battre les toiles mue par une roue hydraulique. L'usine fonctionnant jusqu’alors sans autorisation administrative, Michel Hutrel demande en 1823 la permission de conserver son moulin à battre les toiles. Pour obtenir l’accord de l’administration, il se voit contraint à quelques réaménagements pour palier ses exactions : il est en effet accusé à raison d’avoir détourné l’eau de la rivière à son profit en créant sur son terrain ce bief de dérivation sans le consentement des propriétaires de la rive gauche et d'avoir construit sur ce canal un barrage en pieux et planches pour produire une importante chute. L’autorisation légale de conserver son moulin lui est finalement accordée par l'ordonnance royale du 23 avril 1829, à condition de remplacer le barrage illégal par un déversoir en maçonnerie de 2 m de large.

Après le décès de Michel Hutrel, ses héritiers s'associent à Victrix Delanos, commerçant à Rouen. L'usine est à nouveau réglementée par l'ordonnance royale du 7 mai 1840 qui modifie la hauteur de la retenue et du repère de l’usine fixée par la précédente ordonnance royale, et ordonne la construction d’un aqueduc maçonné à la naissance du canal de dérivation de son usine. La roue motrice est placée dans un coursier de 0,68 m de largeur. Parallèlement il fait édifier au voisinage de son usine, une cité ouvrière de 12 logements. Le 5 novembre 1841, l’indiennerie est transmise par héritage à la nièce de Michel Hutrel, Marie Françoise Engerant épouse Gallot puis Durand, mais la famille Delanos en assure toujours l’exploitation. D’après l’enquête industrielle de 1847, l’indiennerie Delanos fils dépense 189 000 f en matière première et dégage annuellement 254 250 f de valeur de production. Elle emploie à cette date 50 hommes et 47 enfants. En 1849, la fabrique d’indienne de Mme Vve Gallot est louée 4000 f et donne un impôt de 900 f. L’usine cesse de fonctionner comme indiennerie dans les années 1860 et ses installations sont reconverties quelque temps au travail de la laine et plus spécifiquement au dégraissage des draps.

En 1887, suite à la mise en vente par adjudication publique des biens de l'héritière de Michel Hutrel, l'ensemble des bâtiments industriels et une partie de la cité Hutrel sont rachetés pour la somme de 30 000 f par l'indienneur Auguste Daliphard qui exploitait depuis 1842 en association avec Nicolas Dessaint, l’indiennerie de Radepont fondée en 1800 par les frères Anty.

En 1890, Auguste Daliphard cède son usine à Isidore Blot, mécanicien constructeur qui occupait déjà, comme locataire, l'ancienne fabrique d'indiennes reconvertie en scierie et en atelier de construction mécanique spécialisés dans la fabrication de moteurs hydrauliques, roues et turbines. L’établissement d'Isidore Blot emploie une dizaine d’ouvriers au début du XXe siècle. Son fils, Edouard Blot (maire de Charleval de 1925 à 1945) poursuit l'activité de l'usine sous son nom jusqu’en 1942, puis sous le nom de Blot-Massien jusqu’en 1948. Durant toute cette période, la force hydraulique de la Lieure est continuellement sollicitée pour entraîner une grande partie des machines à bois. En 1948, l’usine de construction mécanique est reprise par MM. E. De Vriendt et F. Clybouw, puis rachetée en 1985 par la société Métalab. Le dernier atelier de l'usine de la Bove est finalement rasé en 2000 pour fait place à un supermarché.

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 1er quart 19e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : limite 20e siècle 21e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Dates1778, daté par travaux historiques
1783, daté par travaux historiques
1819, daté par travaux historiques
1840, daté par travaux historiques
1890, daté par travaux historiques
2000, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Liesse Martin
Liesse Martin

Indienneur à Rouen.

Fontadeur d'une indiennerie à Charleval (27) en 1778.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Hutrel Michel
Hutrel Michel

Entrepreneur rouennais.

Repreneur en 1820 de la fabrique d'indiennes fondée par Martin Liesse à Charleval (27) en 1778.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Daliphard Auguste
Daliphard Auguste

Indienneur.

Repreneur en 1842 en association avec M. Dessaint, de l’indiennerie de Radepont (27) fondée par les frères Anty en 1800.

Rachète la filature de la Tannebrune en 1871.

Repreneur en 1887 de l’indiennerie fondée par Martin Liesse à Charleval (27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Blot Isidore
Blot Isidore

Constructeur-mécanicien.

Repreneur en 1890 de l'indiennerie Liesse-Hutrel- Daliphard fondée en 1778 à Charleval pour la reconvertir en usine de construction de moteurs hydrauliques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source

L'indiennerie comptait, dans les années 1830-40, une quinzaine de bâtiments de plan rectangulaire massif ou allongé. Deux d'entre eux était bâtis à cheval sur la Lieure et dotés chacun d'une roue hydraulique. Les autres étaient implantés le long de la Lieure ou du canal dit le rü des Prés, une dérivation de la rivière Andelle qui bordait le site à l'ouest. Cette configuration montre l'importance de l'eau dans l'activité d'indiennage, tant comme matière première que comme force motrice. A la fin du XIXe siècle, lorsque l'indiennerie est reconvertie au travail du bois et du métal, seuls les bâtiments dotés d'un moteur hydraulique sont conservés et reconvertis pour l'un en scierie, pour l'autre en atelier de mécanique. Seul ce dernier subsiste dans les années 1980 et consiste en un atelier en brique de deux étages et de 202,5 m2 de surface au sol (soit 22,50 m sur 9 m). Il est détruit en 2000.

Mursbrique
Toitardoise
Étages2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationdétruit

Annexes

  • Détail des sources

    État des manufactures de toiles peintes, 1806.

    La fabrique Liesse, créée en 1777, 300 ouvriers en 1804 et produit 12 000 pièces de coton. En 1806 elle occupe 260 ouvriers et produit 9 000 pièces de coton. Lieux d’approvisionnement en toiles blanches de coton : halles de Rouen. Lieux où il écoule ses produits : Rouen et Paris. M. Liesse occupe 30 tables d’impression en 1804 et 12 seulement en 1806.

    AD Eure. 6M 1240.

    Statistiques industrielles, 1806.

    Fabrique de toiles peintes Vacossin Jean Baptiste : création 1790, 94 ouvriers.

    AD Eure. 6 M 1240.

    Statistique industrielle, 1812.

    La fabrique de toiles peintes Vacossin emploie 94 ouvriers, à 1,25 f/j. Les ouvriers ne sont pas logés dans l’établissement. Ils demeurent dans la commune soit en location soit en pension. L’établissement ne travaille que pendant 8 mois sur l’année, il ne peut travailler les 4 autres mois de l’année lorsqu’on ne peut plus mettre les toiles sur le pré. Il emploie des matières exotiques jusqu’à 500 quintaux par an et les paye 120 à 160 f le quintal. Il emploie aussi des matières indigènes 2000 quintaux qu’il paye depuis 2 à 10 f le quintal.

    AD Eure. 6 M 1240.

    Pétition de Michel Hutrel, 19 avril 1823.

    Demandant l’autorisation à conserver une machine à battre les toiles (construite sans autorisation) mise en mouvement par une roue qu’il a fait construire il y a plusieurs années pour sa fabrique d’indiennes sur la Lieure qui est ni navigable ni flottable. Pour cela M. Hutrel a ouvert un canal de dérivation d’une longueur de 230 m et a établi dans le lit de la rivière près de la naissance du dit canal un barrage composé de pieux et de planches. Cette machine à battre mue par une roue hydraulique a été établie par M. Hutrel après son adjudication aux enchères le 3 novembre 1819

    AD Eure. 19 S 41.

    AD Eure. 18 S 511.

    Arrêté préfectoral, 9 octobre 1824.

    Autorisant Michel Hutrel, propriétaire demeurant à Rouen, à conserver la machine à battre les toiles… à condition que le barrage irrégulier qu’il a fait construire pour former la retenue à travers le lit de la rivière près de la naissance de son canal de dérivation soit remplacé par un déversoir en maçonnerie de deux mètres de large ….

    AD Eure. 1 9 S41.

    Rapport de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, 19 novembre 1824.

    Constatant que Michel Hutrel quoique n’étant pas proprio des deux rives, a détourné l’eau à son profit en ouvrant sur son terrain un canal de dérivation de 200m environ sans le consentement des propriétaires de la rive gauche…et qu’il a fait un barrage en pieux et planches pour y introduire les eaux de la rivière et profiter de la chute.

    AD Eure.19 S 41.

    Plan de situation de l’usine de Michel Hutrel, 20 janvier 1824.

    AD Eure. 19 S 41.

    AD Eure. 18 S 511.

    Ordonnance royale, 23 avril 1829.

    Autorisant Michel Hutrel à conserver son usine de (erreur sur le calcul niveau du repère).

    AD Eure. 19 S 41.

    AD Eure. 18 S 511.

    Ordonnance royale, 7 mai 1840.

    Modifiant la hauteur de la retenue et du repère de l’usine de Michel Hutrel fixée par la précédente OR. Et ordonnant la construction d’un aqueduc maçonné à la naissance du canal de dérivation de son usine.

    AD Eure. 19 S 41.

    AD Eure. 18 S 511.

    Arrêté préfectoral, 10 octobre 1844.

    Autorisant M. Gallot à relever de 10 cm la crête de ses vannes de décharge et à déraser le déversoir à 5 cm au-dessous du repère.

    AD Eure. 18 S 511.

    Enquête industrielle 1847.

    USINE D'IMPRESSION SUR ÉTOFFE DELANOS fils

    Valeur locative : 4 000 FF

    Montant des patentes 463 FF

    Valeur annuelle des matières premières : 189 000 FF

    Valeur annuelle des produits finis : 254 250 FF

    Effectif : HOMME: 50, ENFANT: 47

    Salaire : HOMME: 3 FF, ENFANT: 0.50 FF

    Moteur : ÉNERGIE HYDRAULIQUE

    Machines : FOURNEAU: 6, MÉTIER : 1

    BN O 600 (11), p208, n°156 (3° arrondissement des Andelys)

    Plan de situation de la fabrique d’indiennes de Mme Vve Gallot située en amont du moulin à blé de M. Lancelevée, 7 juin 1848.

    AD Eure. 18 S 510.

    Lettre au préfet de l’Eure, 20 juillet 1849.

    La fabrique d’indienne de Mme Vve Gallot est louée 4000 f et donne un impôt de 900 f.

    AD Eure. 19 S 31.

    Arrêté préfectoral, 7 septembre 1885.

    Autorisant M. Lampsin (en qualité de propriétaire ou de locataire ?) à reconstruire le vannage de décharge de son usine.

    AD Eure. 18 S 511.

    Arrêté préfectoral, 7 avril 1891.

    L’usine appartient alors à M. Isidore Blot…Fixant la répartition des dépenses de curage de la rivière en amont de l’usine Blot.

    AD Eure. 18 S 511.

    Pétition Edouard Blot, 5 juin 1907.

    Demandant l’autorisation de relever le niveau du bief de son usine.

    AD Eure. 18 S 511.

    Rapport de l’ingénieur ordinaire, 22 juillet 1907

    Appuyant la demande d'Edouard Blot de relever le niveau du bief de son usine pour améliorer son rendement, d’autant que cette surélévation serait favorable au service de chemin de fer qui utilise les eaux du bief pour actionner un bélier servant à alimenter le réservoir de la gare de Charleval en vue de l’exploitation de la nouvelle ligne de chemin de fer de Charleval à Serqueux.

    AD Eure. 18 S 511.

    État récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31-12-1926.

    Titre en vertu duquel l’usine est autorisée : ordonnance du 7 mai 1840

    Concessionnaire : Blot

    Hauteur de chute : 0,60m

    Puissance brute : 5 kW

    AD Eure. 1 J 465.

    Lettre à la préfecture de l’Eure, 16 février 1948.

    Par laquelle MM E. De Vriendt et F. Clybouw font connaitre qu’ils exploitent un atelier de mécanique depuis 1947, anciens Ets Blot-Massien fondés en 1942 et spécialisés en mécanique générale (roue hydraulique, turbine…)

    AD Eure.18 W 93.

    Plan des ateliers E. De Vriendt et F. Clybouw, 1948.

    AD Eure. 18 W 93.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Eure. Série E. Sous-série 4 E : 4 E 50/69 - Notaire de Charleval.

    Bail du marquis Delafosse à Martin Liesse pour l’établissement d’une fabrique d’indienne, 1778.
  • AD Eure. Série E. Sous-série 4 E : 4 E 50/70 - Notaire de Charleval.

    Renouvellement du bail du marquis Delafosse à Martin Liesse et construction d’un nouveau bâtiment de production, 1783.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 6 M : 6 M 1240. Statistiques industrielles et commerciales.

    Statistiques industrielles, 1806.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 6 M : 6 M 1240. Statistiques industrielles et commerciales.

    Etat des manufactures de toiles peintes, 1806.
  • AD Eure. Série M ; Sous-série 6 M : 6 M 1240. Statistiques industrielles et commerciales.

    Statistique industrielle, 1812.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Pétition Hutrel, 19 avril 1823.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Pétition Hutrel, 19 avril 1823.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Arrêté préfectoral, 9 octobre 1824.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Rapport de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, 19 novembre 1824.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Plan de situation de l’usine de Michel Hutrel, 20 janvier 1824.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Plan de situation de l’usine de Michel Hutrel, 20 janvier 1824.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Ordonnance royale, 23 avril 1829.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Ordonnance royale, 23 avril 1829.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Ordonnance royale, 7 mai 1840.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Ordonnance royale, 7 mai 1840.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Arrêté préfectoral, 10 octobre 1844.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 510. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Plan de situation de la fabrique d’indiennes de la Vve Gallot située en amont du moulin à blé Lancelevée, 7 juin 1848.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 19 S : 19 S 31. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière du Fouillebroc.

    Lettre au préfet de l’Eure, 20 juillet 1849.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Arrêté préfectoral, 7 septembre 1885.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Arrêté préfectoral, 7 avril 1891.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Pétition Edouard Blot, 5 juin 1907.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 511. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Charleval.

    Rapport de l’ingénieur ordinaire, 22 juillet 1907.
  • AD Eure. Série J ; Sous-série 1 J : 1 J 465. État récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31/12/1926 dans l’Eure.

    Information usine Blot.
  • AD Eure. Série W : Sous-série 18 W : 18 W 93. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Charleval.

    Lettre à la préfecture de l’Eure, 16 février 1948.
  • AD Eure. Série W : Sous-série 18 W : 18 W 93. Administrations, depuis 1940. Installations classées. Charleval.

    Plan des ateliers De Vriendt et F. Clybouw, 1948.
Bibliographie
  • BN Paris-Richelieu-Louvois. O 600. Enquête industrielle, 1847.

    Usine d'impression sur étoffes Delanos fils.
  • PASSY, Louis. Rapport sur le progrès de l'Agriculture et de l'Industrie dans l'arrondissement des Andelys. 1862.

    p. 65
  • CHASSAGNE, Serge. Le coton et ses patrons. France, 1760-1840. Paris : EHESS, 1992.

    p. 106, p. 171
  • TAUPIN, Robert. Moulins et usines à Charleval. 1997.

    p. 4, 9-16
  • DORE, Mylène. Quand les toiles racontent des histoires – les toiles d’ameublement normandes au XIXe siècle. Rouen : Ed. des Falaises, 2007, 247 p.

    p. 56
  • BELHOSTE, Jean-François. La vallée de l’Andelle : histoire et archéologie industrielles (1780-1870). In Tisser l’histoire. L’industrie et ses patrons. Mélanges offerts à Serge Chassagne. Valenciennes : Presses universitaires de Valenciennes, 2009. 406 p.

    p. 44, 55
Périodiques
  • BELHOSTE, Jean-François. L'Andelle, une grande vallée textile normande. L'archéologie industrielle en France, 2008, n°53.

    p. 35
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Real Emmanuelle
Real Emmanuelle

Chargée de recherches à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Haute-Normandie, puis de Normandie, depuis 1992. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.