Logo ={0} - Retour à l'accueil

halle au blé

Dossier IA50001571 réalisé en 2006
Précision dénominationhalle au blé
Dénominationshalle
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : place Divette

La construction d'une halle au blé, destinée à offrir aux grainetiers un espace adéquat pour la vente, organisée autrefois en centre-ville dans l'étroite rue du Nouet, est adoptée par le Conseil municipal de Cherbourg dès l'année 1807, 4 ans avant la publication le 6 juin 1811 d'un décret impérial dont l'article 14 proclame la nécessité d'un tel bâtiment à Cherbourg. Le premier projet prévoit l'aménagement d'une suite de marchés couverts de forme rectangulaire réservés à la vente du blé, desservis par des rues pour les vendeurs et les acheteurs ainsi que par une voie principale pour l'entrée et la sortie des voitures. Ces marchés auraient été inclus dans un enclos rectangulaire de près de 100 mètres de long, bordés au nord par des boutiques abritant un logement de concierge et des lieux pour la vérification des poids et mesures, au sud par des dépendances. Les deux entrées principales, au sud et au nord, devaient être marquées par un portail encadré par des pilastres à bossage de type néoclassique. Repoussé en 1817, ce premier projet fait l'objet d'un nouveau plan de réalisation en 1827, signé de l'architecte de la ville Louis-Pierre Le Sauvage, adopté par le conseil municipal en 1828. Implanté au nord de la place Divette, là où devait se regrouper la plupart des monuments publics de la ville, l'édifice est ouvert au public en 1832. Utilisée à partir de 1882 pour servir d'écrin au nouveau théâtre conçu par l'architecte Charles de Lalande (IA50001617), la halle et ses derniers vestiges disparaissent à la fin des années 1970 lors de la construction du Centre culturel.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1832, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Sauvage Louis-Pierre
Le Sauvage Louis-Pierre (1775 - 1858)

Né à Coutances en 1775, mort à Cherbourg le 9 juin 1878. Les sources documentaires le désignent professeur de dessin en 1811, « dessinateur géographe » en 1813. Architecte de la ville de Cherbourg de 1813 à 1851, il est notamment l’auteur de la halle aux grains (1827-1833), du premier musée Thomas-Henry (1836), de l’extension du collège (1843) et du portail de la tour carrée de l’église de la Trinité. Il intervient sans doute sur l’église Notre-Dame du Vœu. Il est également l’auteur de la mairie de Saint-Pierre (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville attribution par source

La halle aux grains était un monument carré de forme pyramidale inclus dans un enclos composé de murs aveugles ponctué de petits pavillons. Cet édifice d'allure monumentale comprenait un espace central recouvert d'une charpente en bois apparente et une galerie de circulation tout autour, appuyée en appentis sur le vaisseau central. Les galeries de circulation étaient ponctuées d'arcades. L'entrée principale se situait au sud.

Mursschiste moellon
calcaire pierre de taille
granite pierre de taille
Toitardoise
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit brisé en pavillon
État de conservationdétruit

La halle au blé de la place Divette fut l'un premier grands édifices publics construit par la municipalité aux côtés de la prison (IA50001621) et du tribunal (IA50001622), également édifiés par Louis-Pierre Le Sauvage.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.