Logo ={0} - Retour à l'accueil

fort des Flamands

Dossier IA50001368 réalisé en 2006

Fiche

Appellationsdes Flamands
Dénominationsfort
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Tourlaville
AdresseCommune : Tourlaville
Adresse : terre-plein des
Mielles
Cadastre : 2010 BM 02

La construction d'un nouveau fort, destiné à protéger l'entrée de la passe sud-est de la rade ainsi qu'à servir de dépôt de poudre à la Marine, est décidée lors du vote de la loi du 25 juin 1841 qui accorde un crédit supplémentaire de dix-huit millions de francs pour l'achèvement des fortifications de Cherbourg. Les craintes suscitées par les capacités mobiles des premiers bateaux à vapeur anglais, susceptibles de franchir en haute mer ce lieu encore insuffisamment défendu par les tirs lointains du fort de l'île Pelée, motivent la construction du nouvel ouvrage, dont la Marine est chargée, conformément aux délibérations de la commission mixte du 18 avril 1842, de l'édification de la base, en la personne du directeur des travaux hydrauliques Félix-Jean-Baptiste-Joseph Reibell, les officiers du Génie Bourgeois et Javain étant chargés du reste des opérations (enveloppe fortifiée, réduits, magasins à poudre). Les plans retenus par la conférence du 21 septembre 1841, approuvés définitivement par arrêté ministériel du 8 août 1847, prévoient la construction sur le rocher des Flamands, à 400 mètres de la côte, d'un édifice en granite de Fermanville et schiste du Becquet, de forme trapézoïdale, desservi au sud-est par un port de refuge et comprenant, au centre de la cour, plusieurs magasins à poudre, entourés par une enveloppe fortifiée dotée de 53 casemates. Le soubassement du fort, commencé en 1844, suite à une adjudication passée avec l'entrepreneur Lanzeray le 29 août, est achevé en 1849, les fortifications et les magasins en 1855, les murs de contrescarpe en 1858. Entre 1923 et 1927, les travaux d'aménagement du port de commerce en eau profonde, placés sous la houlette de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Paul Minard, bouleversent l'environnement de l'ouvrage, dont la façade occidentale est désormais enveloppée par la digue des Flamands, construite pour protéger l'entrée des nouveaux bassins. A la fin des années 70, la construction du terre-plein des Mielles (IA50001361) retire définitivement au fort son caractère maritime puisque celui-ci se retrouve entouré de toutes parts par une série de terrains artificialisés. Désaffecté depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le fort est rétrocédé par la Marine, le 1er janvier 2007, au syndicat du port autonome de Cherbourg.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1844, daté par source
Auteur(s)Auteur : Reibell Félix Jean-Baptiste Joseph
Reibell Félix Jean-Baptiste Joseph (1795 - 1867)

Sources :

Archives nationales de France consulté le 6 octobre 2017, Ministère des travaux publics, Ingénieurs des Ponts-et-Chaussées (1748-1932), Inventaire-index, cote : F/14/2310/2, URL : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sm/sm_pdf/F14%20Ingenieurs%20Ponts.pdf.

Site internet Wikipedia consulté le 6 octobre 2017, URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_Jean-Baptiste_Joseph_Reibell.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur civil attribution par source
Auteur : Bourgeois A. ingénieur militaire attribution par source
Auteur : Javain Jules Auguste
Javain Jules Auguste (1812 - 1893)

Né le 1er novembre 1812 à Cherbourg et décédé en 1893. Fils de Paul Honoré Javain général du génie (en retraite à Cherbourg en 1832) et de Marie Anne Groult. Il entre à l’École polytechnique en 1832. Sous-lieutenant élève du génie à l’École d’application du génie et de l’artillerie (1834-1836), il sert aux 1er et 2e R.G. à Arras, Montpellier, Vincennes (1837-1839) et pendant 6 ans, à Cherbourg. A 27 ans, il est lieutenant du génie (mentionné comme tel dans l'acte de naissance de son cousin Jules-Louis Dufresne né en 1840 à Cherbourg et figurant à titre de témoin). Marié le 2 juillet 1855, il est nommé général le 19 décembre 1870. Blessé le 13 janvier 1871, il pars en retraite en 1878. Commandeur de la Légion d'honneur par décret du 5 mai 1871.

Sources :

Site internet BNF, Gallica consulté le 10 octobre 2017 : Le Temps, 18 avril 1893, Nécrologie, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k233672z/f3.item.r=Javain.texteImage.zoom

État nominatif, par affaires et par corps, des officiers tués ou blessés dans la deuxième partie de la campagne (du 15 septembre 1870 au 12 février 1871) : guerre de 1870-1871 / par A. Martinien, publié sous la direction de la section historique de l'état-major de l'armée13 janvier 1871, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6461447x/texteBrut. Coup de main sur le Moulin-de-Pierre.

Site internet des Archives nationales de France, Inventaire F/1a,F/4,LH - F/1bI/331, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982) consulté le 10 octobre 2017, URL : https://francearchives.fr/fr/facomponent/925f7ceedb2f1b4c9b0ac4ada97bc6e8ee90401c.

Base Léonore consultée le 10 octobre 2017, URL : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=Cnoms&VALUE_1=Javain&FIELD_2=PRENOMS&VALUE_2=&FIELD_3=DATE-NSS&VALUE_3=&FIELD_4=LIEU-NSS&VALUE_4=&FIELD_5=Nom%20de%20jeune%20fille&VALUE_5=&FIELD_6=SEXE&VALUE_6=Homme&FIELD_7=COTE&VALUE_7=&NUMBER=1&GRP=0&REQ=%28%28Javain%29%20%3aNOM%2cNOM2%2cNOM-JF%2cNOM-MARI%2cSURNOM%2cNOTES%20%20ET%20%20%28%28Homme%29%20%3aSEXE%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All.

Site internet Bibliothèque Centrale École polytechnique consulté le 10 octobre 2017, URL : http://bibli-aleph.polytechnique.fr/F/?func=find-b&request=JAVAIN+Jules+Auguste+1832&find_code=WPE&adjacent=N&local_base=BCXC2.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire attribution par source
Auteur : Lanzeray
Lanzeray

Avec Lefrançois et Lebuhotel, cet entrepreneur a participé à la construction de l'établissement des bains de mer à Cherbourg (1828-1829).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source
Auteur : Minard Paul
Minard Paul (1858 - 1941)

Source :

Site internet Académie de marine consulté le 6 octobre 2017, URL : http://www.academiedemarine.com/refondateurs/Minard.php.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées attribution par source

Le fort est intégré dans une vaste plateforme bétonnée faite de terrains gagnés progressivement sur la mer. L'enveloppe casematée, répartie sur trois côtés, est le seul ensemble ayant réellement survécu. Elle est pourvue, sur cour, d'une série de fenêtres rectangulaires en arcs segmentaires, et du côté mer, d'une suite de sabords de forme quadrangulaire. L'intérieur de l'enveloppe est occupé par 53 casemates, voûtées en berceau, reliées entre elles par une galerie. Les magasins à poudre ont disparu, excepté les structures adossées au pourtour de l'enveloppe élevées en 1882. Côté est, la moitié de la gorge du fort a été détruite.

Mursgranite pierre de taille
schiste moellon enduit
béton
Étages1 étage carré
Couvrementsvoûte en berceau
voûte d'arêtes
Couverturesterrasse
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
État de conservationvestiges
Techniquesfonderie
Représentationsmasque
Précision représentations

Masques et masques-feuilles ornent les gargouilles.

Statut de la propriétépropriété publique
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.