Logo ={0} - Retour à l'accueil

filature de coton Decaen puis usine de boissellerie Gilles-Alipray, puis usine de pièces en bakélite Isodio, dite usine du Roule

Dossier IA27002654 réalisé en 2016

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationfilature de coton
usine de pièces moulées en bakélite
Appellationsusine du Roule, usine Isodio
Destinationslogement
Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, vanne, atelier de fabrication, logement, remise, cellier, transformateur
Dénominationsfilature, usine de boissellerie, usine d'articles en matière plastique
Aire d'étude et cantonbassin hydrographique de l'Andelle - Romilly-sur-Andelle
Hydrographiesbief de dérivation la Lieure (affluent de l'Andelle)
AdresseCommune : Rosay-sur-Lieure
Lieu-dit : Le Roule
Adresse : 3 rue
de l'Usine
Cadastre : 1849 C 97 à 100 ; 2018 C 53

Le 7 janvier 1823, Jean-Baptiste Gabriel Decean, demeurant à Fleury-la-Forêt, demande l'autorisation à l’administration des Ponts et Chaussées d’aménager une chute d'eau au lieu-dit du Roule afin d'établir une filature de coton mue par une roue hydraulique placée sur la Lieure. Le pétitionnaire a racheté le terrain au Marquis de Frémont, dit Marquis de Rosay, et est alors propriétaire des deux rives de la rivière sur une longueur de 60 m. Son projet consiste à ouvrir un canal de dérivation sur la rive gauche de la Lieure pour y placer la roue qui doit actionner sa filature et à former une retenue au moyen d’un barrage établi en travers de la rivière. La perspective de telles transformations provoque l’opposition du Marquis de Rosay, à cette époque maire de la commune, qui craint que l’eau ne reflue dans les prairies et bois qu’il possède en amont. Cette opposition va retarder quelque peu le projet de Jean-Baptiste Decean. Celui-ci obtient enfin, par l'ordonnance royale du 21 décembre 1825, l’autorisation d’ouvrir sur sa propriété le canal de dérivation devant alimenter la filature projetée. En juin 1826, le procès-verbal de visite des travaux réalisé par l’ingénieur des Ponts et Chaussées atteste que le canal et la filature sont bien construits à cette date. L’usine est mise en activité la même année.

D’après l’enquête industrielle de 1847, la filature du Roule a une valeur locative de 4 000 F et est soumise à une patente de 299 F. La valeur annuelle des matières premières qui y sont utilisées s’élève à 80 000 F et la valeur annuelle des produits finis se monte à 123 000 F. L’usine emploie à cette date 45 personnes dont 14 hommes, 21 femmes et 10 enfants et est équipée de 33 machines et métiers, totalisant 2 000 broches. A cette date l’usine appartient à Mme Vve Manneville (fille de M. Decean) qui demeure 29 rue du Renard à Rouen et son exploitation est confiée à M. Pierre Grenier qui en est locataire. La même année, elle expose dans une lettre adressée au préfet que suite au passage de l’ingénieur des Ponts et Chaussées pour le replacement du repère de l’usine qui avait été enlevé, ce dernier estimant que sa prise d’eau était trop importante a donné l’ordre d’ouvrir les vannages de décharge. Il en résulte que l’usine, faute d’être suffisamment alimentée en eau, n’est plus en mesure de fonctionner. Mme Vve Manneville alerte le préfet des conséquences de cette décision qui "réduit à la mendicité le personnel de sa filature" et requiert l’obtention d’une prise d’eau un peu plus élevée. L’autorisation lui est accordée par le décret présidentiel du 6 novembre 1848. Elle peut ainsi relever de 20 cm la retenue d’eau fixée par l’ordonnance du 21 décembre 1825 qui règle l’usine. Celle-ci est alors dotée d’un nouveau repère.

En 1857, Jean-Charles Manneville, petit-fils de Jean-Baptiste Decaen, hérite de la filature qui compte alors 2 300 broches. Frappée par la crise cotonnière des années 1860, l’usine du Roule décline et est finalement mise en vente en juin 1874.

La filature et ses dépendances sont rachetées par Émile Gilles, boisselier de métier et demeurant à Rouen, le 24 mars 1877 pour la somme de 14 000 F, par acte passé devant Maitre Layer, notaire à Rouen. L'acte de vente précise qu’il s’agit d’un "établissement à usage de filature pouvant être mis facilement à tout autre usage, mu par une chute d'eau de la force de douze chevaux...". Cette propriété d'une contenance de quatre-vingt-seize ares (soit un hectare environ) est traversée par deux bras d'eau. Elle se compose d'un grand bâtiment divisé en deux parties, l'une à usage de filature, l'autre servant d'habitation et des diverses autres construction consistant en batteur, dévidoir, magasin, écurie et cellier, roue avec son hydraulique. Le tout est entouré de cour et jardin. Suite à cette vente, la filature est reconvertie en scierie-boissellerie où sont produits des objets de la vie quotidienne : brouettes, fléau, joug, chaufferette, sabots, boîtes… En avril 1901, M. Laval, directeur de la scierie Gilles-Alipray demande l’autorisation de détourner temporairement l’eau de la Lieure pour remplacer « la roue à palettes » de son usine par une turbine hydraulique plus puissante. Celle-ci lui est accordée par l'arrêté préfectoral du 3 juillet 1901.

La scierie du Roule ferme en 1937 et les bâtiments sont rachetés par la société Isodio, dont le siège est à Neuily, spécialisée dans la fabrication de pièces moulées en bakélite puis en acétate de cellulose (boutons, poignées..). Elle est notamment le fournisseur agréé du ministère des Armées, des PTT et des chemins de fer. Elle réutilise, pour son fonctionnement, la turbine hydraulique en place et lui associe une dynamo pour produire de l'électricité. Outre l'usine du Roule, la société Isodio rachète au même moment et dans le même but la scierie de Marcel Douville établie à Charleval sur la Lieure. En 1961, pour développer son activité, elle édifie dans le prolongement de l’ancienne filature, le long de la Lieure, un vaste bâtiment moderne en béton, à usage d'atelier de fabrication (moulage, polissage, mécanique). L'ancienne filature est alors transformée en habitations (3 logements), en laboratoire, vestiaire et cabinet d'aisance, les autres bâtiments servant de remises. La société Isodio cesse son activité en 1982. Après plus de 10 années d'abandon, l’usine du Roule est rachetée par un propriétaire privé et transformée en habitations.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates1826, daté par source
1877, daté par source
1901, daté par source
1961, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Decean Jean-Baptiste Gabriel
Decean Jean-Baptiste Gabriel

Fondateur de la filature de coton du Roule, à Rosay-sur-Lieure (27) en 1826.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source
Personnalité : Gilles Émile propriétaire attribution par source
Personnalité : société Isodio
société Isodio

Transforme la filature puis scierie du Roule à Ménesqueville en usine de pièces moulées en bakélite en 1937.

Rachète la scierie Douville (ex moulin de l'Eglise) à Charleval (27) à la fin des années 1930 pour y développer la production de pièces en bakélite.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, commanditaire attribution par source

La filature du Roule est un bâtiment à étages comprenant 4 niveaux avec l'étage de comble. Ses élévations en maçonnerie de brique sont protégées par un essentage d'ardoise. La turbine hydraulique est encore en place mais envasée. L'usine est prolongée par un corps de bâtiment en pan de bois servant à l'origine de logement. Les ateliers de fabrication édifiés au début des années 1960 sont construits en béton sur un étage et couverts d'un toit terrasse. Les façades sont percées par de larges baies rectangulaires qui assurent un éclairage naturel maximal.

Le système hydraulique comprend les vannages d'alimentation et de décharge à l'amont, deux bras de décharge et le canal d'alimentation envasé où se trouve la turbine hydraulique.

Mursbrique maçonnerie
ardoise essentage
béton
brique creuse
bois pan de bois
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
charpente en béton armé apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans pignon couvert
appentis
terrasse
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant en charpente
Énergiesénergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
énergie électrique produite sur place
État de conservationétablissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesfilature, machine énergétique (étudiée dans la base Palissy)

Annexes

  • Détail des sources

    Pétition de Jean Baptiste Gabriel Decean, 7 janvier 1823.

    Pour l’autorisation de la construction d’une filature de coton

    AD Eure. 19 S 41-2

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 23 avril 1823.

    Suite à une pétition de M. Jean-Baptiste Decean demandant autorisation d’établir une filature de coton mue par une roue hydraulique sur la Lieure. Le pétitionnaire est propriétaire des deux rives de la rivière sur une longueur de 60 m. Son projet serait d’ouvrir un canal de dérivation sur la rive gauche pour y placer la roue qui doit actionner sa filature et de former une retenue au moyen d’un barrage établi en travers de la rivière. Opposition du Marquis de Rosay qui craint que l’eau reflue dans sa propriété.

    AD Eure. 18 S 517.

    Plan de l’usine du Roule projetée par Jean Baptiste Gabriel Decean, 17 juin 1823.

    AD Eure. 18 S 517.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Ordonnance royale, 21 décembre 1825.

    Autorisant Jean Baptiste Gabriel Decean, demeurant à Fleury la Forêt, à ouvrir sur sa propriété traversée par la rivière Lieure, commune de Rosay, un canal de dérivation des eaux de cette rivière afin de mettre en jeu une filature de coton qu’il désire construire au hameau du Roule.

    AD Eure. 18 S 517

    AD Eure. 19 S 41-2

    Procès-verbal de visite des travaux, 3 juin 1826.

    La filature est construite à cette date et elle est établie sur le canal de dérivation autorisé par l’ordonnance royale de 1825. Pose du repère de l’usine.

    AD Eure. 18 S 517.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    ENQUETE INDUSTRIELLE 1847

    Lieu : 27 ROSAY

    Edifice : FILATURE

    Exploitant : GRENIER

    Valeur locative : 4 000 FF

    Patente : 299 FF

    Valeur annuelle des matières premières : 80 000 FF

    Valeur annuelle des produits finis : 123 000 FF

    Effectif : HOMME: 14, FEMME: 21, ENFANT: 10

    Salaire : HOMME: 1.90 FF, FEMME: 1.30 FF, ENFANT: 0.55 FF

    Moteur : ENERGIE HYDRAULIQUE

    Machines : METIER: 15, MACHINE: 14

    BN O 600 (11), p208, n°142 (3° arrondissement des Andelys)

    Procès-verbal de pose de repère, 14 avril 1847.

    A cette date la filature du Roule appartient à Mme Vve Manneville (fille de Mr Decean). M. Pierre Grenier est le locataire exploitant l’usine.

    AD Eure. 18 S 517.

    Lettre au préfet de Mme Louise Victorine Decaen, Vve Manneville, 26 avril 1847.

    Par laquelle elle expose que suite au passage de l’ingénieur des Ponts et Chaussées pour replacement du repère de l’usine qui avait été enlevé et qui à la mm occasion, estimant que la prise d’eau était trop considérable a immédiatement donné l’ordre de couper les vannages, le vannage de retenue ayant été remplacé depuis 1826 puisqu’à cette époque il existait 3 vannes alors qu’elles ne sont plus que deux … Depuis cette opération, la propriétaire se plaint du fait que son usine n’a pu fonctionner laissant 60 personnes inoccupées et se trouvant réduits à la mendicité. Est donc demandé l’obtention d’une prise d’eau un peu plus élevée. L’usine est alors exploitée par Mr Grenier, locataire.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Pétition, 29 avril 1847.

    Par laquelle Mme Vve Manneville demande la surélévation du niveau d’eau de sa filature du Roule à Rosay.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Plan de situation de la filature de coton de Mme Vve Manneville, 20 juillet 1847.

    AD Eure. 18 S 517.

    Décret présidentiel, 6 novembre 1848.

    Autorisant Mme Louise Victorine Decaen, Vve Manneville, demeurant à Rouen 29 rue du Renard et propriétaire de la filature du Roule, à relever de 20 cm la retenue d’eau fixée par l’ordonnance du 21 décembre 1825 qui règle l’usine. Elle sera marquée par un nouveau repère.

    AD Eure. 18 S 517.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Plan de situation du moulin de Villaine à Lyons appartenant à M. Mazire et de la filature du Roule à Rosay, 1862.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 8 juin 1901.

    Suite à la pétition du 5 avril 1901 de Gilles Alipray pour le détournement de l’eau de la Lieure pour remplacer par la roue à palettes de sa scierie boissellerie (ancienne filature du Roule) par une turbine. L’usine est établie section C parcelle 163.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Arrêté préfectoral, 3 juillet 1901.

    Autorisant Mr Laval, directeur de la scierie Gilles-Alipray à installer une turbine dans son usine et à détourner les eaux de la rivière pendant les travaux.

    AD Eure. 18 S 517.

    Plan de situation de l’usine du Roule dressé sur le rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 8 juin 1901.

    AD Eure. 18 S 517.

    AD Eure. 19 S 41-2.

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 26 avril 1924.

    La scierie du Roule appartient à M. Gilles, elle bénéficie d’une chute de 2,60 m de hauteur et d’un débit moyen de 390 l/sc et d’une puissance de 10 kw.

    AD Eure. 18 S 517.

    Etat récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31-12-1926.

    Moulin le Roule, Gilles propriétaire, autorisé par décret du 6 novembre 1848, 2,60m de hauteur de chute, 10 kw de puissance brute.

    Le moulin est alors à usage de scierie.

    AD Eure. 1 J 465.

    Lettre de M. Savary directeur de la Société Isodio au service des Ponts et Chaussées, 16 juin 1967.

    L’usine du Roule appartient à cette date à la Société Isodio. Le courrier signale que l’usine n’est plus alimentée en eau en raison de la rupture d’une berge du canal d’amenée et de défaut de curage de la rivière.

    AD Eure. 18 S 517.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Pétition de Jean Baptiste Gabriel Decean, 7 janvier 1823.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 23 avril 1823.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Plan de l’usine du Roule projetée par Jean Baptiste Gabriel Decean, 17 juin 1823.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Plan de l’usine du Roule projetée par Jean Baptiste Gabriel Decean, 17 juin 1823.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Ordonnance royale, 21 décembre 1825.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Ordonnance royale, 21 décembre 1825.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Procès-verbal de visite des travaux, 3 juin 1826.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Procès-verbal de visite des travaux, 3 juin 1826.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Procès-verbal de pose de repère, 14 avril 1847.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Lettre au préfet de Mme Louise Victorine Decaen, Vve Manneville, 26 avril 1847.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Pétition, 29 avril 1847.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Plan de situation de la filature de coton de Mme Vve Manneville, 20 juillet 1847.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Décret présidentiel, 6 novembre 1848.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Décret présidentiel, 6 novembre 1848.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Plan de situation du moulin de Villaine à Lyons appartenant à M. Mazire et de la filature du Roule à Rosay, 1862.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 8 juin 1901.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Arrêté préfectoral, 3 juillet 1901.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Plan de situation de l’usine du Roule dressé sur le rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 8 juin 1901.
  • AD Eure. Série S ; Sous-série 19 S : 19 S 41. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure.

    Plan de situation de l’usine du Roule dressé sur le rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 8 juin 1901.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Rapport de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 26 avril 1924.
  • AD Eure. Série J ; Sous-série 1 j : 1 J 465. Etat récapitulatif des usines hydrauliques existantes au 31/12/1926 dans le département de l'Eure.

    Gilles propriétaire.
  • AD Eure. Série S. Sous-série 18 S : 18 S 517. Cours d'eau et usines hydrauliques. Rivière de la Lieure. Rosay-sur-Lieure.

    Lettre de M. Savary directeur de la société Isodio au service des Ponts et Chaussées, 16 juin 1967.
Bibliographie
  • BN Paris-Richelieu-Louvois. O 600. Enquête industrielle, 1847.

    Exploitant : GRENIER
  • PINGAULT Jean-Marie. Le moulin du Roule à Rosay-sur-Lieure. Confluence 2007, Découverte du patrimoine en Pays de Lyons, AMSE

    p. 83-84
  • CATHERINE, Éric. Balade au fil de l'eau. À la rencontre des moulins. Filatures et fonderies de la vallée de l'Andelle. Éditions Mémoires et Cultures, 2009. 143 p.

    p. 68-71
  • BELHOSTE, Jean-François. La vallée de l’Andelle : histoire et archéologie industrielles (1780-1870). In Tisser l’histoire. L’industrie et ses patrons. Mélanges offerts à Serge Chassagne. Valenciennes : Presses universitaires de Valenciennes, 2009. 406 p.

    p. 54
  • SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU BASSIN DE L'ANDELLE. Plan Pluriannuel de Restauration et d'Entretien de l'Andelle et de ses affluents 2015-2019. 369 p.

    p.276-279 (ROE 53324)
Périodiques
  • BELHOSTE, Jean-François. L'Andelle, une grande vallée textile normande. L'archéologie industrielle en France, 2008, n°53.

    p. 40

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Real Emmanuelle
Real Emmanuelle

Chargée de recherches à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Haute-Normandie, puis de Normandie, depuis 1992. Spécialité : patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.