Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme, actuellement maison

Dossier IA61001480 réalisé en 2019

Fiche

Destinationsmaison
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Feings
Lieu-dit : Sauveloup
Cadastre : 1830 B 980 ; 2019 ZC 186

La terre de Sauveloup est citée dans les sources d’archives dès la seconde moitié du 13e siècle comme siège d'une petite seigneurie. Dans une charte de 1266, Guillaume de Sauvelou (de salvo lupo), chevalier, cède à Robert Jagant deux pièces de terre et un pré. En 1277, cette terre dépend déjà, tout ou partie, des moines du Val-Dieu qui ont bénéficié de divers legs, cessions et accords conservés aux archives départementales de l'Orne. Dès 1407, deux métairies sont attestées au Bas-Sauveloup ainsi qu'au Haut-Sauveloup. Les moines du Val-Dieu les baillent à ferme à des métayers comme le prouvent deux baux de 1492 et de 1682 (AD Orne).

Parmi les bâtiments de la ferme, la grange et le logis possèdent des caractéristiques architecturales communes : chaînages d'angle en pierre de taille de grès roussard, ouvertures ornées de chanfreins se terminant en sifflet). Le premier bâtiment porte une date accompagnée du blason sculpté du Val-Dieu, en signe d’appartenance au monastère, qui orne le claveau central de la porte charretière en plein cintre. Le dernier chiffre du chronogramme n’est plus tout à fait lisible et sa transcription résulte de la tradition orale : 162[6]. Le deuxième bâtiment pourrait en être contemporain.

Au début du 20e siècle, Pierre Goblet, cultivateur, est le propriétaire exploitant de la ferme. Il est sans doute à l'initiative des travaux de modernisation qui consistent dans le percement de baies (emploi de la brique) ou le rehaussement de bâtiments agricoles (partie de l'étable, écurie et remise).

L'activité agricole perdure jusqu'au troisième quart du 20e siècle, date à laquelle la ferme perd sa vocation pour devenir une maison.

Période(s)Principale : 2e quart 17e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1626, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Goblet Pierre
Goblet Pierre

Cultivateur, propriétaire exploitant à Sauveloup (Feings, Orne).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La ferme de Sauveloup se situe en limite nord-est de la commune, à environ deux kilomètres de l'ancien monastère du Val-Dieu. Elle comprend quatre bâtiments juxtaposés et organisés en "L" autour d'une cour ouverte au sud.

- L'aile est abrite le logis - comprenant une salle et deux chambres - contre laquelle sont adossées une laiterie en façade postérieure nord ainsi qu'une écurie.

- L'aile ouest se compose d'une remise, d'une écurie et d'une étable hébergées sous un même toit. Juxtaposée au sud-ouest se trouve la grange qui conserve une porte charretière dont le claveau central de l'arc en plein cintre est sculpté des armoiries du Val-dieu et porte la date 162[6]. Cette porte se doublait initialement d'une porte piétonne bouchée qui a perdu son encadrement. La charpente se compose de six fermes à poinçon long, faîtière et sous-faîtière reliées entre elles par des croix de Saint-André. La présence d’une septième ferme au centre témoigne de la subdivision antérieure du rez-de-chaussée. Les vestiges d’un cloisonnement en bardeau de chêne et la présence de mortaises vides sous l'entrait attestent cette disposition ancienne.

Les murs sont en moellons de calcaire, de grès roussard et de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont, pour les parties les plus anciennes, en pierre de taille de grès roussard et de calcaire, ou en brique pour les parties les plus récentes. Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate.

Murscalcaire moellon enduit
silex moellon enduit
grès moellon enduit
Toittuile plate
Plansplan régulier en L
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état, restauré
Techniquessculpture
Représentationsblason, chronogramme

Comme à la Huberderie, à la Revardière et au Grand Boulay, la ferme de Sauveloup conserve une grange dîmière dépendant du monastère du Valdieu. Sa date portée 162[6] sur les armoiries du Val-Dieu, la qualité de la mise en œuvre de ses matériaux, ses ouvertures anciennes, son volume et sa charpente renforcent l’intérêt de cette construction dont la protection au titre des monuments historiques pourrait être étudiée.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite classé, parc naturel régional
Protectionsprotection totale, 2003/07/11
Précisions sur la protection

Forêt de Réno-Valdieu : site classé par décret du 11 juillet 2003.

Annexes

  • Contenu de la liasse H 2706 des archives départementales de l'Orne

    Charte de Guillaume de Sauvelou (de Salvo lupo), chevalier, contenant cession, avec le consentement de Guillaume de Sauvelou, son fils, à Robert Jagant, de deux pièces, de terre et d'un pré qu'il avait acquis de feu Odeline la Forniesse, pour 60 sous de monnaie courante et une douzaine de poulets (1266) ; – du ministre et des frères de let maison de Saint-Éloi de Mortagne, contenant cession aux religieux du Val-Dieu, du legs fait à la dite maison, par Gérard de Sauvelou (1277, mercredi après Noël, n. s.) ; – de Guillaume de Sauvelou, écuyer, contenant accord avec le prieur du Val-Dieu, au sujet des héritages qu'il avait achetés de Girard de Sauvelou, chevalier, son oncle, et de Guillaume Sauvelou, chevalier, son père, dans son fief du Pont et dans le fief du Breuil, en censive, en nef et en domaine, par lequel il reconnaît qu'il est tenu de leur garantir la possession des dits héritages et qu'il ne peut faire passer les hommages et les corvées attachés aux dites terres en autres mains, à la charge de leur payer seulement 3 deniers de monnaie du pays, à la mort de l'homme de foi, qu'ils sont tenus de lui donner (1279) ; – du même et de Mabille, sa femme, contenant vente aux religieux du Val-Dieu, pour 50 sous t. d'une rente de 5 sous, monnaie du pays, acquise par feu Guillaume de Sauvelou, chevalier, son père, de Hugues de Mémoussu, aboutissant à la terre de Jean de Memoussu et aux champs de Perrousset (1284). – Donation par Geoffroi de Sauvelou, aux religieux du Val-Dieu, d'une mesure de froment à la mesure de Corbonnais, « six deniers moins que lite, » de rente annuelle.

  • Contenu de la liasse H 2707 des archives départementales de l'Orne

    Vente par Jean de Bellegarde, à Lubin de Sauvelou et à Clémence, sa femme, d'une rente de 4 livres (1340, février, n. s.) ; – par les mêmes, aux religieux du Val-Dieu de la même rente (1340). – Ensaisinement au profit des religieux, exécuté par Gaultier de Meulles, sergent de madame d'Alençon, des héritages appartenant à la veuve de Lubin de Sauvelou, tutrice de ses enfants sous-âgés, à Guillaume de Sauvelou et à Jeanne, sa sœur, veuve de Jean Potier (1362). – Donation par Guillaume de Sauvelou, Perrot de Sauvelou, clerc, et Jeanne, fille du dit Guillaume, et par Laurent, fils de la dite Jeanne, aux religieux du Val-Dieu, de tous leurs biens meubles et héritages pour être associés de leur vivant aux bienfaits des dits religieux et avoir leur sépulture dans leur maison après leur mort (1365).

  • Contenu de la liasse H 2709 des archives départementales de l'Orne

    Aveu rendu à très noble et puissante dame, madame Isabel de Montejehan, jadis femme de monsieur messire Nicolas, seigneur de Longni, chevalier, dame de la Beurière et de la Houssaye, au regard de la terre de la Beurière, ayant la garde de ses enfants mineurs, par les prieurs et le couvent du Val-Dieu, à foi, hommage, rachat, tailles et cheval de service, abonnés à la somme de 50 sous t., par feu Jehan de la Houssaye, seigneur du dit lieu, pour une métairie appelée le Bas-Sauvelou (1407). – Donation par Noëlle Sauvage, aux religieux du Val-Dieu, de ses droits sur la métairie du Haut-Sauvelou (1488). – Acquêt par les religieux du Val-Dieu, d'héritages sis à Sauvelou (1587).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. H 2706. Charte de Guillaume de Sauvelou (1266-1299).

  • AD Orne. H 2707. Sauveloup (Feings) - vente, ensaisinement et donation au profit des religieux du Val-Dieu (1340-1365).

  • AD Orne. H 2708. Métairies des haut et bas Souveloup (Feings) - aveu, donation et acquêt (1407-1587).

  • AD Orne. H 2709. Bail à ferme par les religieux du Val-Dieu à Philippot Hutin, de la métairie de Sauvelou (1492) ; - par les mêmes à Jacques Deshayes, de la même terre (1682).

  • AD Orne. 3 P 3-160/1 à 3 P 3-160/7. Matrices cadastrales de la commune de Feings.

Documents figurés
  • AD Orne. 3 P 2-160/1 à 3 P 2-160/12. Plans cadastraux de 1830 de la commune de Feings.

Bibliographie
  • FISCHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.