Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme, actuellement maison

Dossier IA50000308 réalisé en 2003

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesétable
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes de Sèves-Taute - Carentan
AdresseCommune : Auxais
Lieu-dit : la Fosserie
Cadastre : 1990 ZH 44

Le permis de construire de la ferme de la Fosserie est accordé le 27 décembre 1948. Les plans sont dressés par les architectes Henry Le Roy, Georges Letélié et François Champart. Un bâtiment de plan en L, comportant primitivement un logis et une dépendance, est réalisé selon la technique du pisé. Sa maçonnerie à peine achevée, l'entreprise italienne chargée des travaux fait faillite. Pendant plus d'un an, l'édifice reste sans couverture, ce qui entraîne de nombreux désordres dans la maçonnerie de terre. Il devient alors une simple dépendance, un nouveau logis étant construit d'après les plans de l'architecte Henri Pouey (permis de construire délivré le 20 août 1954, certificat de conformité des travaux en date du 22 décembre 1958). La ferme de la Fosserie est la seule ferme reconstruite en terre crue, ou pisé, dans la Manche.

Période(s)Principale : milieu 20e siècle
Dates1948, daté par source
1954, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Roy Henry architecte attribution par source
Auteur : Letélié Georges architecte attribution par source
Auteur : Champart François
Champart François

Architecte parisien, auteur de l'église d'Urville-Nacqueville et, à Cherbourg, des cités du docteur Deslandes, des Fourches et Durosoy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Pouey Henri architecte attribution par source

Construit pour compenser les désordres de maçonnerie survenus dans l'édifice en pisé, ce logis à trois travées est réalisé en maçonnerie de béton aggloméré enduit au ciment. A partir des terres de récupérations des édifices en bauge détruits alentour, un bâtiment en L, comportant primitivement un logis et une dépendance, a été réalisé selon la technique du pisé, sur une assise en moellons de grès. Le bâtiment principal se compose de cinq travées, celui implanté en retour d'équerre en compte deux. L'un et l'autre présentent de nombreuses lézardes verticales liées aux aléas du chantier de construction. A l'instar du logis, l'ensemble est couvert en tuile plate mécanique.

Mursciment
terre
pisé
grès
béton aggloméré
moellon
Toittuile plate mécanique
Plansplan rectangulaire régulier, plan régulier en L
Étages1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant
Typologiesbâti de la Reconstruction
État de conservationbon état, état moyen

Seul bâtiment en pisé du secteur d'étude.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionparc naturel régional
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Patte Erwan
Patte Erwan

Chercheur mis à disposition par le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin de 2001 à ???, en charge des études sur la communauté de communes Sèves-Taute (Manche) et sur l'architecture en terre dans le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.