Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme, actuellement maison et gîte de groupe

Dossier IA61001479 réalisé en 2019

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéeslogis, grange, étable, écurie, remise, cellier, fournil
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Feings
Lieu-dit : (la) Revardière
Cadastre : 1830 B 817 ; 2019 OB 470

La ferme de la Revardière dépendait de la chartreuse du Val-Dieu. Bien qu'aucun document antérieur au livre de recette de l'abbaye, daté de 1735, ne mentionne le lieu-dit, l'édifice conserve une grange de 1655, date portée sur le claveau central de l'arc en plein cintre de la porte charretière principale, enrichie des armoiries du Val-Dieu. Sur le plan cadastral de 1830, ce bâtiment est localisé à l'ouest de la ferme qui comprend alors trois bâtiments disposés en "U" ainsi qu'un fournil situé à l'écart au sud. De cet ensemble ne subsistent que la grange et le fournil. Le corps de logis a été reconstruit in situ en 1835, date portée sur une jambe harpée en façade nord, marquant peut-être un rehaussement du bâtiment, et en 1870 pour Noël Guimond suivant la mention des matrices cadastrales. Les dépendances existantes en 1830, probablement des étables et des écuries, ont été détruites et reconstruites plus à l'est, en vue d’agrandir la ferme. La date 1872 portée sur une pierre de taille de ces dépendances marque la fin du chantier. La ferme reste en exploitation jusqu'à la fin du 20e siècle. Elle a récemment fait l'objet d'importants travaux pour transformer les anciennes écuries en salle de réception et de séminaire et en gîte de groupe.

Période(s)Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1655, porte la date
1835, porte la date
1870, daté par source
1872, porte la date
Auteur(s)Personnalité : Guimond Noël
Guimond Noël

Cultivateur et propriétaire à la Revardière (Feings, Orne) dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source

La ferme de la Revardière se situe en hauteur d'une colline surplombant la vallée de la Villette qui marque la limite nord de la commune. Elle comprend quatre bâtiments répartis en "U" autour d'une cour ouverte au sud :

- A l'ouest se situe la grange accolée à une remise. La façade principale de la grange, s'ouvrant vers la cour à l'est, est percée de trois ouvertures en plein cintre : une porte charretière principale occupant une position centrale, une secondaire et une porte piétonne menant à la cave. Le claveau central de l'arc en plein cintre de la porte charretière principale portent les armes du Val-Dieu et la date de 1655. Trois fermes à poinçon long, faîtière et sous-faîtière reliées entre elles par de simples liens ou une croix de Saint-André, structurent la charpente. La ferme centrale conserve les vestiges d'un cloisonnement en lattis qui séparait le volume en deux espaces à peu près équivalent.

- Au nord se trouve le logis à un étage carré comprenant plusieurs salles et chambres. Sa façade principale, donnant au sud, est percée de dix portes et fenêtres formant cinq travées. Le bâtiment se prolonge par une série d'étables et d'écuries surmontées d'un vaste étage carré à usage de grenier.

- En retour d'équerre, mitoyennes au précédent bâtiment, sont établies les écuries également surmontées d'un étage carré à usage de grenier. Cette construction se distingue de la précédente par ces portes plus grandes en arc segmentaire.

- Situé à l'écart, le fournil comprend un petit bâtiment qui lui est adossé, servant d'atelier.

Les murs sont en moellons de calcaire, de silex et de grès roussard couverts d'un enduit plein ou à pierre vue (partie rénovée). Les encadrements des ouvertures et les chaînages d'angles sont majoritairement en brique à l'exception de ceux de la grange en pierre de taille calcaire. Un bandeau en brique sépare les deux niveaux du logis ainsi que des étables et écuries. Les toits à longs pans et à croupe (logis et écuries) sont couverts en tuile plate.

Toittuile plate
Plansplan régulier en U
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couvertures
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant

État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationschronogramme, blason

Comme à la Huberderie, au Grand Boulay et à Sauveloup, la ferme de la Revardière, conserve une grange dîmière de grandes dimensions relevant du monastère du Val-Dieu. Cette ferme a connu un développement important dans la seconde moitié du 19e siècle sous l'impulsion de ses propriétaires, les Guimond, une famille de notables ruraux, propriétaires et exploitants. Sa protection au titre des monuments historiques mériterait d’être également étudiée.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite inscrit, parc naturel régional
Protectionsprotection partielle, 1976/01/08
Précisions sur la protection

Forêt de Réno-Valdieu : site Inscrit par arrêté ministériel du 8 janvier 1976.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. 3 P 3-160/1 à 3 P 3-160/7. Matrices cadastrales de la commune de Feings.

  • AD Orne. H 5509. Livre de recette de la chartreuse du Valdieu (1735-1789).

Documents figurés
  • AD Orne. 3 P 2-160/1 à 3 P 2-160/12. Plans cadastraux de 1830 de la commune de Feings.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.