Logo ={0} - Retour à l'accueil

établissement de bains et casino dits Bains et Casino de Villerville, puis casino, actuellement café et restaurant dits Le Casino

Dossier IA14005202 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsBains et Casino de Villerville, puis Le Casino
Destinationscafé et restaurant
Dénominationsétablissement de bains, casino, café, restaurant
Aire d'étude et cantonVillerville - Trouville-sur-Mer
AdresseCommune : Villerville
Adresse : 3 rue des
Bains
Cadastre : 2005 AB 923

Dès les années 1860, suite aux plaintes des estivants déplorant l'absence d'un casino dans la station, la municipalité demande à chacun des architectes Jean-Louis Celinski de Zaremba et Alexandre Buchard de dresser les plans d'un établissement de jeux. Les deux projets sont refusés, la municipalité considérant que l'implantation envisagée sur l'estacade en bois exposait le futur bâtiment aux assauts de la mer et compromettait son avenir. Un terrain est acquis au pied des falaises, face à l'estacade, et les deux architectes sont de nouveau sollicités. Les plans proposés par Alexandre Buchard sont finalement retenus et la construction est réalisée en 1887. Le casino réunissait en son sein des espaces dévolus aux divertissements mais aussi à la médication. Le rez-de-chaussée abritait une salle pour le jeu des petits chevaux, un café et une salle dispensant des bains chauds d'eau douce ou d'eau de mer, de varech, de son ou d'amidon. A l'étage, se trouvaient une salle de billard, un salon pour les dames et une salle des fêtes avec une scène. L'établissement assurait également la location de chaises sur la plage ou sous la tente-abri, de cabines de bains sur l'estacade (cabines ordinaires ou de luxe avec bains de pieds chauds), de linge (costumes de bains, peignoirs, serviettes et chaussures), ainsi que les services de guides-baigneurs et de professeurs de natation. Après des débuts difficiles, l'exploitation du casino est confiée en 1892 à Simon Max, né Max-Simon Nicolas (1852-1923), comédien et chanteur d'opérette parisien. Deux ans plus tard, il le fait agrandir pour exposer le squelette d'une baleine échouée la même année sur la plage, qu'il utilise pour abriter un théâtre (dit "théâtre de la baleine" ou "théâtre baleine"). En 1896, il projette la construction d'un hôtel de voyageurs, associé au casino, pour répondre à la demande de certains baigneurs. Mais cet établissement, qui devait avoir "le confort moderne qui est offert aux baigneurs de toutes les stations balnéaires voisines ou éloignées", n'est pas réalisé. Les jeux autorisés dans le casino étaient les petits chevaux, la boule, le whist, le bridge, la bésigue et le piquet. En 1913, le casino se voit refuser l'autorisation d'exploiter le jeu de baccara, réservé, selon le ministère de l'Intérieur, aux établissements plus "achalandés". A partir de 1914, malgré des travaux d'embellissement, le casino de Villerville entre dans une période de déclin.

Détruit en 1937, il est reconstruit cette même année par l'architecte Louis Lemaire. Il abritait dans la partie sud les espaces dévolus aux divertissements (bar, salle de danse, salle de boule, salle de cinéma et de salle spectacle contenant 221 places), dans la partie nord les logements pour le personnel. Dans les années 1980, l'établissement est transformé en restaurant. Une véranda est installée sur le grand balcon du premier étage, toutes les fenêtres à guillotine sont remplacées par des baies à montants en aluminium, les façades sont badigeonnées d'une couleur plus claire que celle d'origine.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1887, daté par source
1937, daté par source
Auteur(s)Auteur : Buchard Alexandre
Buchard Alexandre

Architecte vérificateur attesté à Deauville en 1886. Convertit en 1898 le temple réformé de Deauville en salle des fêtes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Lemaire Louis
Lemaire Louis

Architecte installé à Villers-sur-Mer, où il construit sa propre maison (les Buissonnets). Publie en 1937 "Les petites villas d'aujourd'hui" (éditions H. Vial, à Dourdan), dont un exemplaire est conservé à la bibliothèque municipale de Lisieux (Norm 1680).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Personnalité : Simon Nicolas-Marie , dit(e)
Simon Nicolas-Marie , dit(e) (1847 - 1923)

Né à Reims en 1847, Nicolas- Marie Simon (ou Max-Simon Nicolas), dit Max Simon ou Simon Max. Comédien et chanteur français (opéra bouffe). Propriétaire du casino de Villerville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre attribution par source

Construit au creux de la falaise, le premier casino était implanté sur la terrasse. De plan massé, il comptait un rez-de-chaussée et un étage carré. Les guides touristiques mentionnent une construction en bois, mais les cartes postales suggèrent plutôt une réalisation en maçonnerie - probablement brique avec pierre en remplissage sous enduit - bardée de planches. La façade côté mer était de composition tripartite : un corps central marqué par un fronton et encadré par deux avant-corps coiffés d'un toit à longs pans et croupes, prolongés de pavillons latéraux avec toit en terrasse. Ménageant un point de vue sur le paysage maritime, un balcon, avec garde-corps en bois, courait sur tout le premier étage. Les espaces intérieurs étaient éclairés par de nombreuses baies, dont des fenêtres à guillotine qui rythmaient la façade principale.

De plan rectangulaire, le second casino est construit en béton armé recouvert d'un enduit (à l'origine, d'un crépi). La façade principale, agrémentée d'un parement en brique au rez-de-chaussée, est animée par un bow-window qui marquait autrefois la séparation entre la partie réservée aux distractions et celle dévolue aux logements. La façade asymétrique multiplie les références au style paquebot : baies circulaires, qui rappellent les hublots des navires, angle arrondi nord-ouest, qui évoque une proue, et toit en terrasse, qui fait référence au pont d'un bateau.

Mursbéton béton armé enduit

Toitbéton en couverture
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesterrasse
Typologiesstyle paquebot
État de conservationremanié
Statut de la propriétépropriété privée
propriété de la commune
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hébert Didier
Hébert Didier

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1993 à 2012, associé à l'étude sur le canton de Cambremer (Calvados), puis en charge des études sur les stations balnéaires de Deauville et Trouville (Calvados).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.