Logo ={0} - Retour à l'accueil

école de filles, actuellement maison

Dossier IA61001473 réalisé en 2019

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéescour, clôture, portail, logement
Dénominationsécole
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Feings
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 2019 ZM 59

Dès 1868, l'instruction des filles est assurée dans la mairie-école : l'unique salle de classe, initialement destinée aux garçons, est alors subdivisée en deux salles. En 1883, une maison est louée par la municipalité à M. Dangereux pour servir de maison d'école de filles. A cette époque, la construction d'un groupe scolaire réunissant écoles de filles, de garçons et mairie est envisagée à l’est du bourg, le long de la route de Longny. Préoccupée par la translation du cimetière, la municipalité délaisse temporairement le projet. Un rapport de l'inspecteur académique daté du 30 janvier 1893 indique que la maison servant d'école de filles "ne convient guère à sa destination : il n'y a pas de cour de récréation et le logement est tout à fait insuffisant, mais comme il n'est pas possible d'en trouver d'autre, je ne vois rien qui s'oppose à l’approbation du bail joint au présent rapport."

Suite à la rectification du chemin d'intérêt commun n°81 dans la traversée du bourg en 1883, l'ancien chemin à l'ouest et au nord de l'église avait été vendu à MM. Leroy et Dangereux. Ces derniers le cèdent par la suite à la municipalité qui envisage dès le 26 mars 1896 la construction d'une école de filles. Le 15 mars 1897, les plans et devis proposés par Hector-Octave Vivier, agent voyer cantonal, pour la somme de 15 850 francs, sont acceptés.

Le devis général comprend la construction "d’un pavillon à un étage destiné au logement de l’institutrice, d’une classe de 45 m² de superficie pour 36 élèves, d’un préau couvert en communication directe avec la classe, de lieux d’aisance, d’un puits avec pompe, d’une cave pour les besoins de l’enseignante, devant ces bâtiments une cour de récréation et le jardin de l’institutrice clos par des murs surmontés de grillage." Dans les conditions générales sont précisées la nature et la provenance des matériaux à mettre en œuvre : "Les moellons pour les maçonneries en fondation et en élévation soient de grès ou de silex dur de pays et de parfaite qualité, le sable sera pris à Feings dans les carrières désignées par l’architecte, la chaux hydraulique aux fours d’Irai, la brique proviendra des fourneaux du Pont ou de Bellegarde, elle sera parfaitement cuite et sourde, celle pour les parements [...] sera rabattue, la pierre de taille calcaire proviendra des carrières de pays reconnues les meilleures, elle sera dure, choisie, parfaitement travaillée et sans gélives. [...] L’ardoise pour la couverture proviendra des carrières de Chattemau (?) ou d’Angers et aura une épaisseur d’au moins 3 mm."

Le procès-verbal de réception définitive est dressé le 17 juillet 1901. En 1922, en plein exode rural, les effectifs d'élèves diminuent fortement, contraignant la municipalité à rattacher l'école de filles à celle des garçons qui redevient mixte. L'édifice est alors loué à Mlle Corbière, ancienne institutrice en retraite. Il devient un logement communal en 1986 avant d'être privatisé en 2018.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates1901, daté par source
Auteur(s)Auteur : Vivier Hector-Octave
Vivier Hector-Octave

Agent voyer du canton de Mortagne-au-Perche au tournant du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer attribution par source

Située à l'ouest de l'église paroissiale, le long de la route menant de Villiers-sous-Mortagne à Longny, l'école de filles comprend deux corps de bâtiment mitoyens sur un terrain clos de murs surmontés de grilles. Bâtie en rez-de-chaussée, l'école elle-même est précédée d'une cour de récréation. Elle est flanquée sur sa face ouest d'un préau couvert, doté à son extrémité de lieux d'aisance, et d'une cave mitoyenne au sud. La salle de classe, prévue pour accueillir 36 élèves, est éclairée par trois grandes fenêtres au nord et au sud.

Dans le prolongement de l'école se trouve, à l'est, le logement de l'institutrice précédé d'une cour et d'un jardin engazonné. Son élévation rythmée par deux travées régulières s'élève sur deux niveaux et un comble éclairé par une petite baie sur le pignon est. La travée ouest abrite le vestibule menant à un escalier tournant en bois desservant l'étage. Au rez-de-chaussée se trouvent une cuisine - salle à manger, une salle et une laverie. L'étage dispose de deux chambres, d'un cabinet et d'une garde-robe.

Les murs sont en moellons de grès et de silex couverts d'un enduit plein. Les chaînages d'angles, les encadrements d'ouvertures en arc segmentaire ainsi que les bandeaux, corniches et la souche de cheminée sont en brique. Les toits à longs pans sont couverts en ardoise.

Mursgrès moellon enduit
silex moellon enduit
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 étage carré, rez-de-chaussée
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant

Jardinsarbre isolé, pelouse
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionparc naturel régional
Protections

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. O 603. Ecoles de filles de Feings (1889-1930).

  • AD Orne. Z 411. Ecoles, mairie, presbytère, cimetière de Feings (1854-1901).

Bibliographie
  • ROBERT. Feings : Son école, ses instituteurs de 1789 à nos jours. [s.l.] : [s. d.], 1965, 44 p.

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.