Logo ={0} - Retour à l'accueil

collège de Cherbourg puis Lycée Victor Grignard

Dossier IA50001631 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

  • panneau décoratif
  • tenture murale : L'Envol
Appellationslycée Victor Grignard
Dénominationscollège, lycée
Aire d'étude et cantonCherbourg-Octeville - Cherbourg
AdresseCommune : Cherbourg-Octeville
Adresse : 12 rue
Guillaume Fouace
Cadastre : 1824 C 571 ; 2008 BD 362

La construction des premiers bâtiments qui abritent l'actuel lycée Victor Grignard débute le 1er août 1810, date de la pose de la première pierre, et s'achève en 1811. Ces derniers, établis en bordure de la rue Guillaume Fouace (ex-rue Bailly), sont destinés à abriter un collège de garçons dont la création, réclamée depuis le 29 juillet 1803 par le maire Pierre-Joseph Delaville, a été autorisée par le ministre de l'Intérieur Chaptal en 1804. L'ensemble comprend alors un corps principal, avec deux ailes en retour, délimitant une cour rectangulaire. Doté en 1844, par l'architecte de la ville Louis-Pierre Le Sauvage, d'une seconde cour à l'ouest, encadrée par deux nouveaux bâtiments en retour d'équerre, l'établissement fait l'objet entre 1878 et 1882 d'une ambitieuse politique d'agrandissement destinée à satisfaire l'augmentation constante du nombre des élèves. Menée sous la direction de l'architecte municipal Gaston Drancey, celle-ci aboutit à l'érection, du côté de l'entrée primitive, d'un nouveau portail de style éclectique ainsi qu'à l'aménagement de six nouvelles cours à l'ouest, au nord et à l'est, bordées par une succession de bâtiments de style rationaliste. Dans la cour d'honneur, une chapelle, dotée d'une tribune pouvant accueillir 200 personnes, est installée dans l'aile est, reconstruite comme son pendant à l'ouest dans un style identique aux bâtiments érigés sous l'Empire, et un gymnase est édifié en bordure de la rue de la Duché. Transformé en lycée de garçons le 22 juillet 1886, l'établissement ne manque pas de connaître encore au XXe siècle plusieurs transformations. Baptisé le 20 mai 1936 lycée Victor Grignard, en souvenir d'un élève prix Nobel de Chimie en 1912, il est investi pendant la Seconde Guerre mondiale par les troupes allemandes de la Marine puis restitué à l'Education nationale en septembre 1945. Entre 1946 et 1958, la restauration des locaux fait disparaître une partie des enduits, les blockhaus installés dans la cour septentrionale par les Allemands, ainsi que la chapelle construite par Gaston Drancey.Transformé provisoirement en Collège d'Enseignement Secondaire en 1970, l'institution redevient lycée en 1988.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1810, daté par source
1844, daté par source
1878, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Sauvage Louis-Pierre
Le Sauvage Louis-Pierre (1775 - 1858)

Né à Coutances en 1775, mort à Cherbourg le 9 juin 1878. Les sources documentaires le désignent professeur de dessin en 1811, « dessinateur géographe » en 1813. Architecte de la ville de Cherbourg de 1813 à 1851, il est notamment l’auteur de la halle aux grains (1827-1833), du premier musée Thomas-Henry (1836), de l’extension du collège (1843) et du portail de la tour carrée de l’église de la Trinité. Il intervient sans doute sur l’église Notre-Dame du Vœu. Il est également l’auteur de la mairie de Saint-Pierre (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville
Auteur : Drancey Gaston
Drancey Gaston (1823 - 1910)

Gaston Drancey débute sa carrière en 1875. Architecte de la ville de Cherbourg de 1879 à 1883, il la clôture en 1907. Il est l'auteur de plusieurs maisons à Cherbourg, à la Butte-Fauconnière (6 et 8 rue du Roule et 4bis allée Marguerite), 2 de la rue Sébastopol, 41 rue de l'Alma, 3 quai Lawton Collins et 40 rue Aristide-Briand. Il est le père de René Drancey, également architecte.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de la ville

Le lycée Victor Grignard est implanté en bordure d'un îlot de forme triangulaire, délimité au sud par la rue Guillaume Fouace, à l'est la rue Emmanuel Liais, à l'ouest la rue de la Duché. Etendu sur une surface de 12000m2, Il comprend 12 corps de bâtiment répartis autour de 8 cours de taille et de forme très différente. Au 12 rue Guillaume Fouace, l'entrée principale de l'établissement est marquée par un portail monumental en pierre de taille. Encadré par deux murs bas surmontés d'une grille ajourée, celui-ci comprend une arcade en plein cintre, aux piédroits ornés de deux pilastres de style dorique, une architrave où figure en lettres capitales le nom de l'établissement et un fronton triangulaire à modillons dont le tympan est occupé par un écusson aux armes de la ville de Cherbourg. Les bâtiments primitifs construits sous l'Empire et la monarchie de Juillet, se répartissent autour de la cour d'honneur et de sa voisine à l'ouest. Bâtis en schiste bleu-vert, ils comprennent trois niveaux d'élévation un rez-de-chaussée, un premier et un second étage coiffés de toits à double pan. Tous sont éclairés par des baies rectangulaires couronnées tantôt par des plates-bandes en schiste, tantôt par des linteaux en grès quartzeux du Roule. Les autres bâtiments construits par Gaston Drancey vers 1880 respectent le même niveau d'élévation bien que leur articulation soit différente. Recouvertes d'un enduit blanc, leurs façades sont rythmées par des fenêtres en arc segmentaire composé d'un appareillage en brique. L'aile située dans le fond de la troisième cour le long de la rue Guillaume Fouace est surmontée par une tour lanterne dont l'une des faces est éclairée par des baies géminées. La grande cour de récréation se situe au nord derrière les bâtiments qui longent la rue Guillaume Fouace.

Mursschiste
calcaire
granite
enduit
maçonnerie
Toitardoise, verre en couverture
Étagesrez-de-chaussée, 3 étages carrés, étage de comble
Couvrementsvoûte plate
charpente métallique apparente
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à deux pans
toit polygonal
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier en équerre en maçonnerie
Techniquesferronnerie
sculpture
Représentationsornement végétal ornement géométrique symbole profane
Précision représentations

Une croix marine encadrée par des lauriers orne la partie supérieure de la grille en fer forgé qui donne accès à la cour d'honneur. Cette composition est l'emblème du Lycée. Elle fait allusion à la vocation maritime de l'établissement qui accueillit dès 1811 des cours de marine, officialisés sous la monarchie de Juillet puis transformés en classes spéciales préparatoires au concours d'entrée à l'Ecole Navale jusqu'en 1948.

Le lycée Victor Grignard, ex-collège de Cherbourg, est le plus ancien établissement secondaire laïc de la ville, les lieux d'enseignement précédents, tenus par des religieux, ayant tous disparu.

Statut de la propriétépropriété publique
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hirard Barbara - Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.