Logo ={0} - Retour à l'accueil

Casino dit Le Salon des Bains, ou Le Casino-Salon, ou Le Grand Salon ou Le Grand Casino, ou Le Salon de Trouville

Dossier IA14004073 réalisé en 2005
AppellationsLe Salon des Bains, Le Casino-Salon, Le Grand Salon, Le Grand Casino, Le Salon de Trouville
Parties constituantes non étudiéesjardin, mur de soutènement, kiosque
Dénominationscasino
Aire d'étude et cantonTrouville-sur-Mer - Trouville-sur-Mer
AdresseCommune : Trouville-sur-Mer
Adresse : Promenade des planches, rue de la, Plage, rue
Alexandre Dumas
Cadastre : 2005 AB 14, 15, 265

Centre des réunions et des divertissements d’une société mondaine estivale, le Casino-Salon fut construit en 1845 sur le front de mer à l’initiative de Joseph Olliffe. Pour satisfaire la clientèle aux goûts évolutifs, la Société du Casino-Salon, chargée de son exploitation, élargit l’éventail des divertissements, dont la répartition dans des lieux spécialisés nécessita des agrandissements successifs ou l’adjonction d’annexes. Conçu par l’architecte Desle-François Breney, l’édifice original, aux allures de gare de chemin de fer, se transforma progressivement en un véritable complexe de loisirs à l’architecture hétérogène. En 1862, son aspect fut unifié grâce à la reprise des élévations en sous-oeuvre dans le style néo-classique et l’aménagement d’une galerie couverte courant sur la façade côté mer. Ces remaniements furent réalisés par l’architecte Pinçon, qui conçut en 1865 une nouvelle salle de spectacles, ornée avec fastes par les artistes peintres Auguste-Alfred Rubé, Philippe Marie Chaperon et Vincent, spécialisés dans les décors d’opéra. Racheté en 1880 par la Société des Eaux Minérales et de Bains de Mer, l’édifice fut reconstruit l’année suivante dans le style Grand Siècle (fronton triangulaire sculpté, grandes baies cintrées, pilastres à chapiteaux ioniques, balustres). Alors que le peintre Fernand Truffaut acheva la rénovation des décors intérieurs, l’établissement fut partiellement détruit le 9 août 1903 par un incendie. Sa reconstruction fut confiée à Edouard Niermans, spécialiste de l’architecture de loisirs, qui conçut une nouvelle façade. Les décors intérieurs de style Art-Nouveau furent l’oeuvre du décorateur Gérard Westerman et du peintre Fernand Le Quesne. Bien que concurrencé par le casino municipal construit en 1912 sur la Cahotte, le Casino-Salon poursuivit ses activités jusqu’en 1922. Edifice emblématique de la station durant près de huit décennies, il fut détruit en 1926. Les terrains furent acquis en 1937 par Fernand Moureaux et lotis d’un hôtel de voyageurs (cf. notice : IA14004032) et d'un immeuble résidentiel (cf. notice : IA14004031).

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1845, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Breney Desle-François
Breney Desle-François (1804 - 1891)

Fils de Gabriel Joseph Breney, commis des Ponts et Chaussées, et de Anne Josèphe Mazet, né à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) le 26 décembre 1804, mort à Deauville le 17 juillet 1891. Auteur du casino-salon de Trouville (1847), du plan de Deauville (1859), du Cercle de Deauville, et, dans cette même station, des villas Breney, Sergevna, Victoria Lodge, Elisabeth et Poisson, de la place Morny, du lotissement des Arcades, du temple protestant et de l'église Saint-Augustin. Chevalier de la légion d'honneur (12 novembre 1867). Maire de Deauville de 1861 à 1876.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Pinçon architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Rubé Auguste-Alfred
Rubé Auguste-Alfred (1817 - 1899)

Peintre décorateur, élève de Pierre-Charles Ciceri (1782-1868), il collabore avec Philippe Marie Emile Chaperon (1823-1907) à la réalisation de nombreux grands décors des spectacles de son temps (Aïda de Verdi, Faust de Gounod...), ainsi qu'à celle de plusieurs théâtres. Auteur avec Chaperon des salons de la Lune et du Soleil et du rideau de l'avant-scène de l'opéra Garnier, il exécute avec lui la couple et le rideau du théâtre de la Renaissance, les rideaux de l'Odéon et de la Comédie française, à Paris .La Bibliothèque musée de l'Opéra de Paris conserve nombre de témoignages de son activité de décorateur. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1869.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre attribution par travaux historiques
Auteur : Chaperon Philippe Marie peintre attribution par travaux historiques
Auteur : Vincent architecte d'intérieur attribution par travaux historiques
Auteur : Truffaut Fernand peintre attribution par travaux historiques
Auteur : Niermans Edouard architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Westerman Gérard architecte d'intérieur attribution par travaux historiques
Auteur : Le Quesne Fernand peintre attribution par travaux historiques
Personnalité : Olliffe Joseph commanditaire attribution par travaux historiques

Le casino initial était d'une composition simple : un corps de bâtiment rectangulaire abritant une salle haute et deux ailes latérales en rez-de-chaussée. En maçonnerie, ce petit casino était comparé par les guides touristiques à une gare de chemin de fer. Agrandi au fil des saisons, il fut partiellement détruit par un incendie, le 9 août 1903, et reconstruit selon les plans dressés par l'architecte Edouard Niermans. L'établissement présentait alors une façade côté mer de style classique marqué par les baies en plein cintre en enfilade, la balustrade couronnant le toit et les grands frontons cintrés. Le rez-de-chaussée était prolongé par une rotonde demi-circulaire monumentale. On y accédait depuis la grande terrasse par une galerie métallique couverte en zinc.

Mursenduit
maçonnerie
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
croupe
État de conservationdétruit

Références documentaires

Documents figurés
  • Trouville. Photographie, Henry Le Court.

Bibliographie
  • L'Avenir de Trouville et de Deauville”

  • Les Plages Normandes

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hébert Didier
Hébert Didier

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1993 à 2012, associé à l'étude sur le canton de Cambremer (Calvados), puis en charge des études sur les stations balnéaires de Deauville et Trouville (Calvados).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.