Logo ={0} - Retour à l'accueil

café, puis 1er casino dit Le Chalet des Fêtes, puis casino de Coutainville

Dossier IA50002825 réalisé en 2008
AppellationsLe Chalet des Fêtes, Casino de Coutainville
Destinationscafé, puis casino
Dénominationscafé, casino
Aire d'étude et cantonAgon-Coutainville - Saint-Malo-de-la-Lande
AdresseCommune : Agon-Coutainville
Adresse : Promenoir Chausey
Cadastre : 2005 AN 886

Le Chalet des Fêtes est bâti en 1905 sur un terrain du front de mer, à l'emplacement de paillottes détruites pour la circonstance. Il ne s'agit alors que d'un café (Guide Joanne, 1907). Deux ans plus tard, son propriétaire obtient l'autorisation d'y exercer les jeux. Le Chalet des Fêtes prend alors le nom de "Casino". Vers 1910, l'établissement est agrandi d'une vaste verrière installée sur la terrasse côté mer, prolongeant ainsi les pièces du premier étage. La terrasse du rez-de-chaussée est supprimée en 1929. Cette même année, un pavillon en rez-de-chaussée et à toit en terrasse est aménagé au sud pour recevoir une nouvelle salle de jeux. Après la Seconde Guerre mondiale, l'édifice est entièrement repris en sous-oeuvre : suppression de l'auvent couronnant la partie haute de la façade maritime, suppression du décor de lambrequin sur la verrière du premier étage, occultation des baies du deuxième étage. En 1972, il est détruit pour laisser place à un immeuble résidentiel. Simultanément, un nouveau casino est construit à proximité du champ de courses (IA50002826).

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle , (détruit)
Dates1905, daté par travaux historiques
1929, daté par travaux historiques
1972, daté par travaux historiques

Le casino de Coutainville était organisé selon un plan rectangulaire régulier. Le gros-oeuvre était masqué par un enduit en ciment, le toit à longs pans probablement couvert en ardoise. La façade côté mer, ordonnancée, comptait quatre travées de fenêtres. Elle était couronnée par un bahut animé par deux frontons, qui masquait la toiture. Le rez-de-chaussée, rythmé par l'enfilade de baies en plein cintre, était prolongé par une terrasse couverte ménageant un point de vue privilégié sur le paysage maritime. Le décor de lambrequin en bois découpé qui ornait la verrière du premier étage donnait à l'édifice un caractère pittoresque.

Murspierre enduit
Toitardoise (?)
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
État de conservationdétruit
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général - Hébert Didier
Hébert Didier

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 1993 à 2012, associé à l'étude sur le canton de Cambremer (Calvados), puis en charge des études sur les stations balnéaires de Deauville et Trouville (Calvados).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.